Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 00:06

Le commissaire enquêteur, dans son rapport sur la Zac des Hauts de Joinville remis le 6 mars 2010, avait émis des conditions suspensives à son avis favorable, notamment celle-ci : la participation financière de l’aménageur « devra être substantiellement augmentée. »

Il remarquait en effet que l’utilité publique du projet serait remise en cause si la charge financière que les Joinvillais devront supporter était souvent trop importante, comme il le remarquait, « les équipements nouveaux utiles aux Joinvillais et aux futurs nouveaux résidents sont peu nombreux. »

Nous avions souligné pertinemment la forte baisse à la fois du volume des équipements prévus, mais aussi la part que finançait la société chargée de construire ce nouveau quartier.

Dans le projet Dosne, elle se monte à 3,08 millions d’euros (8,8% du coût total du projet de Zac). Dans la version précédente, l’apport était de 4,53 millions d’euros (9,3%).

Encore faut-il savoir que le financement était affecté à des investissements qui ont, pour une grande part, été abandonnés. Si la crèche reste prévue (bien que ramenée de 60 à 34 berceaux), le projet phare, à savoir un « équipement culturel et sportif » est reporté à un avenir plus qu’incertain. L’espace vert, lié à la démolition de l’ancien gymnase, est fortement remis en cause. Quant à l’aménagement d’un parking sous la place du 8 mai 1945 (le marché), il n’en est plus du tout question.

En conséquence, l’aménageur sera dispensé de verser sa part, puisqu’il n’y aura peu d’investissement.

Par contre, la commune va devoir dépenser des sommes conséquentes sur de nouvelles opérations qui, de manière incroyable, n’avaient pas été incluses dans le programme initial de la Zac. C’est le cas de l’école du Centre. Depuis le début, on savait qu’il y aurait, au minimum, 40 enfants de plus à accueillir en maternelle. Mais, le discours officiel est : « il y a de la place dans les écoles, pas la peine de prévoir un agrandissement. »

Avant même que ne soient livrés les premiers appartements, cet incohérent optimisme appartient maintenant au passé. La ville vient de lancer en septembre 2012 une étude sur l’extension de cette école. En conséquence, les frais ne sont pas compris dans le programme de la Zac, comme cela aurait été normal ; et la reconstruction ou les extensions seront intégralement à la charge exclusive de la ville, puisque le besoin n’avait pas été indiqué dans le contrat liant la commune et la société Eiffage.

Il faut agrandir et repenser l’école du Centre. Il aurait été normal que l’aménageur des 570 nouveaux logements participe à cet équipement indispensable au cœur du quartier. L’imprévoyance de la majorité municipale fait qu’en fin de compte, les contribuables joinvillais seront les seuls à en supporter le coût.

Marc Verstraete

Centre.jpg

 L'école du centre

Partager cet article

Repost 0
Published by Marc Verstraete - dans écoles & collèges
commenter cet article

commentaires

Laurent FEIGENBAUM 22/11/2012 02:54


" ... si la charge financière que les Joinvillais devront supporter était souvent trop importante" lit-on plus haut :

elle l'est au vu dela Taxe d'habitation qui a doublé depuis 2010, y a-t-il relation de Cause à Effet à la Lecture de cet Article

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes