Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

24 août 2011 3 24 /08 /août /2011 23:02

La libération de Joinville-le-Pont par les forces de la résistance est lancée le 19 août 1944. Le 20 août, le comité de libération, présidé par Robert Deloche (futur maire de Joinville) sort de la clandestinité et occupe la mairie. Le 22 les Forces française des l’intérieur (FFI), les Francs-tireurs et partisans (FTP) et les cheminots résistants dressent des barricades sur le pont de Joinville et à l'entrée de la commune rue Chapsal.

Après la libération de Paris le 24, une violente bataille s'engage à Joinville le 25 août.

Une unité allemande venant du fort de Champigny de s'avance au début de l'après-midi pour détruire la barricade de la rue Chapsal défendue par les FFI et des volontaires, venus en renfort des communes voisines. Les allemands veulent faire sauter le pont pour protéger leur retraite et ralentir la progression des alliés.

Des barricades s'élèvent rue de Paris. Tandis que des renforts FFI viennent de Nogent, Saint-Maur, Saint-Maurice et Champigny, les Allemands tirent à la mitrailleuse lourde et au canon. La bataille pour le pont de Joinville dure tout l'après-midi. Vers 19h, un char américain venu de la gare de Joinville reçoit la reddition des soldats allemands.

Après les combats, on relève une quinzaine de morts, dont deux femmes et des vieillards. De nombreux blessés gisent, parmi lesquels certains sont très gravement atteints devaient succomber peu de temps après. Au total, dix-neuf personnes périrent, du côté français, du fait de cette bataille.

Le 25 août 1944, lors de la bataille à l'angle de la rue du Pont (actuelle rue Jean Mermoz) et de la rue Chapsal, le service de la Croix Rouge évacue les morts et les blessés. Émile Dupuis participe à cette action. Il est arrêté par les Allemands, bien qu’il leur montre le brassard de l’organisation humanitaire fixé à son bras. Les Allemands lui font signe de partir, alors qu'il s'éloigne, ils lui tirent dans le dos.

Au 2, rue Charles Pathé à Joinville-le-Pont (Val de Marne), à l’angle de la place de Verdun une plaque est apposée sur la façade de l'immeuble : « Ici Émile Dupuis a été assassiné par les Allemands le 25 août 1944. »

Les obsèques des victimes sont célébrées solennellement, en présence d'une foule considérable, lundi 28 août.

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans histoire
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes