Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 23:01

Le 8 février 1895, une chaudière explose à l’usine du Bi-Métal à Joinville-le-Pont, faisant outre d’importants dégâts, 4 morts et 6 blessés.

Les assurances couvriront les frais de réparation, environ 40 000 francs. Mais l’accident provoque une importante série de commentaires, parmi les ingénieurs en particulier. Plusieurs dizaines d’articles sont publiés sur le sujet, et notamment par la Société des ingénieurs civils de France ou la revue Le Génie civil.

Mais l’analyse la plus fouillée est sans doute celle faite par Michel Hervier, ingénieur civil des Mines, diplômé des Arts et métiers, né en 1842 à Moulins (Allier).

Il commence d’abord par tordre le cou à ce qu’il appelle une « légende » : l'explosion serait la faute du chauffeur, qui aurait laissé la chaudière manquer d'eau. Outre qu’il assure que ce ne fut pas le cas, Hervier démontre que si cette idée est « inscrite dans tous les traités de physique », elle n’est pas applicable aux chaudières à vapeur.

L’ingénieur s’attaque ensuite à une autre rumeur : le chauffeur aurait calé les soupapes de sûreté. L’ingénieur remarque que des ouvriers « ont été trop souvent accusés à tort de cette manœuvre » aussi improbable qu’inutile. Ce n’est donc pas parmi les salariés qu’il faut chercher la cause de la catastrophe.

Michel Hervier revient ensuite sur les calculs, base de son métier. Selon la théorie, il faudrait, pour assurer la sécurité des chaudières du type de celle de Joinville, des tôles d’une épaisseur de 2 millimètres. Mais pour le spécialiste, si ce modèle est admis, son résultat « parait grotesque ». D’ailleurs, aucun industriel ne s’en contente. En général, ils ont des épaisseurs au moins quatre fois plus grandes ; les chaudières de Joinville, avec des tôles de 12 millimètres, était six fois plus épaisses que ce que les calculs préconisaient.

Notre savant remarque que, malgré le respect des normes et même bien plus, il arrive que les chaudières explosent, comme l’exemple de Joinville le montre. Certains ingénieurs ont d’ailleurs essayé de formuler des hypothèses, qu’il qualifie de bizarres, justifiant ces marges de sécurité.

Hervier, qui sera décoré de la Légion d’honneur en 1911, s’inquiète de la fausseté de ces raisonnements, polémiquant avec leurs auteurs les ingénieurs Hirsch, Richard et Bâclé. Il les accuse de proposer une « sécurité illusoire ». Il appelle à lancer des recherches sérieuses sur les véritables causes de ces explosions.

Au dix-neuvième siècle déjà, la sécurité industrielle était un sujet qui traversait la société.

(à suivre)

Ø      Pour en savoir plus : La Science française, 1er et 15 mars 1895.

 

1910_Bi-metal_atelier2.jpg Un atelier de l'usine Bi-Métal (source: BNF)

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans histoire
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes