Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 00:06

La loi organique du 25 février 1992 limite le droit d’un élu à additionner les sommes qui lui sont versées par le parlement et des collectivités locales : un élu disposant de plusieurs casquettes ne peut percevoir plus de 9 857 euros bruts par mois en 2010, selon les sites de l’Assemblée nationale et du Sénat.

Un sénateur ou un député touche 7 100 € pour son mandat, et ne peut donc récupérer de ses éventuels mandats locaux plus de 2 757 € par mois. Des sanctions sont applicables en cas de non-respect du plafonnement, la perception d’indemnités de fonction par un élu au delà du montant auquel il sait avoir droit est qualifiée de « concussion » par la chambre criminelle de la cour de cassation.

Mais c’est aux collectivités locales d’appliquer ce principe, et le contrôle n’est pas toujours évident. Le président du Sénat, Gérard Larcher, maire de Rambouillet, a ainsi été mis en cause par la justice à la demande d’un de ses opposants. L’association Anticor a lancé depuis l’automne 2009 une campagne « Comment contrôler les indemnités de vos élus municipaux. »

Dans le Val de Marne, c’est le groupe Anticor de Saint Maur des Fossés qui s’intéresse à la question. Il se demande si le député-maire, Henri Plagnol (Ump), ne dépasse pas le plafond des indemnités fixé par la loi. Le 26 juillet 2010, Anticor a écrit à la mairie de Saint-Maur et a calculé, à partir de la réponse reçue, que l’ancien secrétaire d’État percevrait 3 011 €, c'est-à-dire – selon Anticor – plus que la limite légale.

Anticor est une association nationale, dont le saint-maurien Jean-Pierre Roux est le président. Une élue du département figure aussi dans son comité de parrainage, Cécile Duflot, maire-adjointe de Villeneuve Saint Georges et vice-présidente du conseil régional d’Île de France (Verts).

Trois responsables d’Anticor participent à un débat du Forum politique nogentais lundi 15 novembre 2010 (20h30) : Moraliser la vie publique et le monde des affaires ? Le débat est organisé lundi 15 novembre à 20h30 dans la salle Damotte de la Maison des associations de Nogent-sur-Marne (5 bis, rue Anquetil à Nogent - voir plan joint). Entrée gratuite.

 Jean-Pierre Roux, président d'Anticor

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Val de Marne
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes