Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 23:44

La troupe Les Utopistes de Saint-Maur des Fossés donne, sur la scène Prévert de Joinville-le-Pont, samedi 15 Janvier à 20 h 30 une représentation de J'y suis j'y reste,

Selon Chantal Allain, conseillère municipale déléguée de Joinville-le-Pont, en charge des handicapés, « toute la recette sera reversée intégralement aux structures de personnes en situation de handicap, l'APF et l'ESAT de Joinville. »

Le foyer Palissy de l’Association des paralysés de France (APF) est un centre d’accueil, situé rue du 42ème de Ligne. Les Ateliers de Polangis sont une entreprise sociale adaptée, un ex-centre d’aide par le travail, qui emploie des personnes handicapées.

Présentée sous l'égide du Lions Club de Joinville, J'y suis, j'y reste est une comédie de Raymond Vincy et Jean Valmy, mise en scène par Jean-Pierre Bernard. Voici la présentation qui en est faite :

« Dans un château du Périgord, règne la despotique comtesse Apolline de Mont-Vermeil.

Tout ploie devant elle : son neveu Hubert, Gisèle, demoiselle de compagnie, Lucie, la jolie soubrette et Patrice, le digne (?) majordome...

Ce dernier a donné à la Comtesse le goût des courses. Il lui conseille cyniquement tous les toquards et non moins cyniquement encaisse les paris au nom d'un bookmaker imaginaire.

A l'impromptu, arrivent Antoinette Mercier, dite "Nénette", plantureuse créature dans les veines de laquelle coule à coup sûr le sang de la mère Angot et de sa cousine jumelle Madame Sans-Gêne, et Jules, à la fois barman du caboulot géré par Nénette et son fiancé.

Nénette, voulant épouser Jules, apprend avec stupéfaction que pour l'état civil, elle est déjà mariée avec le baron Hubert de Mont-Vermeil qu'elle n'a jamais vu ! A la vérité, ses papiers d'identité lui ont été volés naguère et grâce à eux, une inconnue a pu se faire épouser sous son nom par le naïf baron, puis elle a disparu.

En venant au château des Mont-Vermeil, Nénette s'imaginait un divorce amiable mais, il ne peut être question de divorce chez les Mont-Vermeil... et ce jour-là moins que jamais, car on attend un visiteur de marque, le Cardinal de Tramone.

Mais Nénette, qui ne l'entend pas de cette oreille, décide de ne pas quitter le château avant d'avoir obtenu gain de cause, et s'écrie : "J'Y SUIS, J'Y RESTE !" ..... et alors ..... »

  • Salle Pierre et Jacques Prévert, 23, rue de Paris à Joinville-le-Pont (plan d’accès). J’y suis, j’y reste, samedi 15 janvier 2011 20h30 ; tarif : 10€, 8€ pour les enfants de 12 à 18 ans, gratuit pour les moins de 12 ans.

jysuis2.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans théâtre & danse
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes