Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 00:03

Il fut un temps où Joinville disposait d’importants équipements en matière de santé publique : un centre municipal de santé (avenue Wilson), une Caisse locale de Sécurité sociale (rue Vel-Durand).

En 2003, la majorité municipale, contre l’avis des usagers et malgré une pétition signée par près de 2000 personnes, fermait le CMS.

La caisse de l’assurance maladie aura tenu un peu plus longtemps. Malgré un temps d’ouverture réduit à deux jours par semaine, elle restait ouverte sous forme d’un espace d’information, mais fermait déjà lors des périodes de vacances scolaires.

Dorénavant, il n’y a plus rien depuis début janvier 2011. Le panonceau extérieur a été arraché. Et seule une affichette manuscrite prévient que le courrier ne sera plus ramassé. Ni fleurs, ni couronnes : on enterre discrètement les services publics.

Lancé en 2007, le plan Convergences et présence de la CPAM du Val-de-Marne prévoit de passer à 6 lieux d’accueil pour tout le Val de Marne, selon des informations transmises oralement aux employés de la CPAM. Il y en avait 41, il en reste encore 24 aujourd’hui ; celui de L’Haÿ-les-Roses a fermé en septembre 2010. Celui de Saint Maur a cessé de fonctionner le 24 janvier 2011 (selon le Saint Maur blog). Le Kremlin Bicêtre devrait suivre, avant bien d’autres.

Après la disparition du commissariat de police, de la gendarmerie et de l’agence Pôle emploi (en 2009), c’est à nouveau une suppression d’un service public à Joinville-le-Pont.

Le 16 février 2010, le conseil municipal de Joinville-le-Pont avait adopté à l’unanimité un « vœu sur le maintien de la caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) ». Tous les élus réclamaient que « la Caisse Primaire d’Assurance Maladie respecte ses engagements et maintienne une antenne sur le territoire Joinvillais afin de permettre aux usagers, souvent fragilisés, d’accéder à ce service public de proximité » ; ils n’auront pas été entendus.

220120111004

220120111002

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans santé
commenter cet article

commentaires

Laurent FEIGENBAUM 26/01/2011 04:44



Merci pour cette information importante mais tout à fait désolante et déplorable. Je me souviens qu'il y a quelques années des travaux importants avaient été entrepris pour moderniser ce lieu,
ils n'ont vraisemblablement pas été amortis. Si je puis me permettre de relater mon cas personnel : je me suis rendu vers mi juin 2010 rue Vel Durand à ce "centre" : la fermeture d'été
avait  été avancée de 2 semaines pour "raisons exceptionnelles". J'ai donc dû me rendre à Champigny à plusieurs reprises car là non plus les horaires d'été n'étaient pas respectés.



Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes