Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 23:04

Pour Jérôme Seydoux, président de Pathé « La seule garantie dont nous disposons quand on parle de la conservation des films, c’est la pellicule. »

C’est sur ce créneau que la société Digimage a voulu se placer en créant à Joinville-le-Pont « Le Lab » dans les locaux de l’ancienne société GTC. Ce pourrait être, selon la Lettre de l'AFC de janvier 2011, « le dernier laboratoire photochimique à être créé en France. »

Pour le PDG de Digimage Cinéma, Denis Auboyer, si le numérique est incontournable, il est malgré tout indispensable de proposer un retour sur film en 35 mm à partir de fichiers numériques, notamment pour l’archivage.

Dans un journal du groupe Kodak (Le Mag, 34-35 2011), Denis Auboyer remarquait que « la photochimie, ça fait 100 ans qu’elle existe et 100 ans qu’un négatif bien conservé peut ressortir pour être utilisé ». Il pensait créer un laboratoire dans ses locaux de Montrouge, mais craignait que les autorisations nécessaires durent plus de deux ans à obtenir. Connaissant le dossier de GTC « depuis 40 ans » et constatant que « personne ne s’y est intéressé » il a sollicité l’autorisation de reprendre l’activité.

En mars 2010, Digimage a d’abord racheté le matériel de l’ex-laboratoire GTC, liquidé fin 2009 avec pour ambition de demeurer, à terme, « les ultimes artisans de l’argentique. » Puis la société a récupéré également les locaux de GTC, y rénovant la partie technique (tirage, développement), le transformant en « atelier périphérique » de la production numérique. En 2011, Denis Auboyer, en tirait « un bilan très positif » avec cinq longs métrages en production et une vingtaine d’autres réclamant des copies de série. Et les tirages, supposés devoir être petits, on parfois dépassé 300 copies, comme pour Titeuf.

Le site Charles Pathé, quai Gabriel Péri à Joinville, semble donc avoir encore un certain avenir.

P1060606.JPG

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans cinéma et jeux vidéo
commenter cet article

commentaires

Michel Garenne 29/01/2012 12:21


Pendant qu'à Joinville-le-Pont, ville emblématique du 7ème Art, nos élus assistent, impuissants, à la disparition pure et simple de ce qu'il restait de son industrie cinématographique, le Maire
de Vincennes, lui, organise un ambitieux festival du Cinéma (Rencontres Internationales du Cinéma), sur 4 jours, affichant ainsi son attachement et son soutien à ce secteur d'activité...  
  

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes