Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Joinville-le-Pont au jour le jour

Joinville-le-Pont au jour le jour

La vie locale sur les bords de Marne


Le bilan d’un maire Ump ordinaire

Publié par Marie-France Astégiani-Merrain, Yves Tamet, Marc Verstraete, Florence Weissler-Lopez, Benoit Willot sur 13 Janvier 2012, 00:04am

Catégories : #conseil municipal

Tribune libre des élus de gauche de la liste Joinville en mouvement, parue dans le « Bilan de mi-mandat » (janvier 2012).
Retrouvez les anciennes tribunes libres sur la page : Tribunes libres de la liste Joinville en mouvement.

 

Élu en 2008 contre le candidat officiel de l’Ump, le maire de Joinville-le*Pont, Olivier Dosne allait tout faire pour qu’on oublie très vite cet épisode. Depuis, il tient à s’afficher plus sarkozyste que Sarkozy lui-même, transformant la municipalité de Joinville en lieu d’application des directives du parti de la majorité présidentielle, sans même s’intéresser à la situation réelle de la commune.
Le président de la République affirme que le chômage va baisser et décide, en conséquence qu’il faut fermer une bonne partie des agences pour l’emploi ; bon élève, le maire de Joinville arrête le service emploi de la commune (Agora) – et ce, alors même que le nombre de chômeurs augmente en flèche.
En 2007, le président Nicolas Sarkozy, assure que « si je suis élu, dans deux ans, plus personne ne dormira dans la rue ». Puisque le problème est ainsi soi-disant réglé, la droite réduit les subventions aux organismes qui s’occupent des sans-abris (qui n’ont jamais été aussi nombreux). À Joinville, on ferme donc le centre d’hébergement d’urgence.
La politique gouvernementale vise la réduction des services de santé de proximité ; le centre de sécurité sociale de Joinville ferme. La majorité municipale en profite pour arrêter le petit service de prévention, baptisé JASPE.
Le maire pousse même le zèle sarkozyste juqu’aux reniements les plus flagrants. Ainsi, le président déclarait : « Je n'ai pas été élu pour augmenter les impôts et je ne le ferai pas » avant, on le sait, de procéder à des hausses en rafale. Le programme de la liste Olivier Dosne faisait chorus en assurant qu’il y aurait une « baisse de la taxe professionnelle » et une « baisse de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères. » Ces deux impôts ont très fortement augmenté à Joinville, comme la taxe foncière et la taxe d’habitation.
L’impuissance économique, marque du régime Ump qui dirige la France sans partage depuis dix ans, est également flagrante à Joinville : la commune assiste, sans réagir, à la disparition de la quasi-totalité des industries du cinéma, à la fermeture d’une des principales entreprises de lunetterie et à la mort lente des guinguettes.
Dans le bilan de la municipalité, depuis 2008, il faut cependant constater qu’il y a une caractéristique locale particulière : la destruction des parkings. Avec la fermeture du parc de stationnement du RER de Joinville-le-Pont et la disparition régulière de dizaines de places pour les voitures dans la plupart des quartiers, la vie des gens devient plus compliquée, et les commerces souffrent car leurs clients renoncent.
Même dans des domaines où le consensus aurait pu exister, comme l’environnement, l’urbanisme ou la culture, l’obstination à refuser le dialogue avec les habitants et leurs associations, le sectarisme vis-à-vis de toutes les expressions un tant soit peu critiques ont fait que les trois années depuis 2008 peuvent se résumer par un sigle : UMP (Un Mandat Perdu)

 

.elus JEM

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents