Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

2 octobre 2010 6 02 /10 /octobre /2010 23:08

Un nom, c’est important. Pour l’écrivain Suzanne Dracius, martiniquaise, « c'est ce qui constitue ce monde, un être, un peuple, il se solidifie, il se consolide. » Marcel Proust consacrait plusieurs centaines de pages aux noms de pays.

Donc, quand le conseil municipal doit débattre d’un nouveau nom pour l’Office public de l’habitat de Joinville-le-Pont (OPH), ce n’est pas tout à fait anodin. La preuve, la questions a fait l’objet de fort longs débats au conseil d’administration dudit OPH et des discussions houleuses ont eu lieu entre la présidente de l’office, Chantal Durand, maire adjointe (droite) et les amicales de locataires de la Confédération nationale du logement (CNL), qui sont parmi les plus grosses associations joinvillaises en terme d’adhérents.

Pour la CNL, et pour un bon nombre d’autres administrateurs de l’OPH, la cause est entendue : un décret du 18 juin 2008 impose que « dans tous les actes ou documents destinés aux tiers dans lesquels l’office emploie un nom d’usage, celui-ci est précédé ou suivi immédiatement des mots “office public de l’habitat” ou du sigle “OPH”. » Le maintien dans les noms utilisés de la référence à ce statut est, pour beaucoup, un symbole important au moment où le logement social est attaqué par le gouvernement qui réduit de manière importante ses crédits et alors que le manque d’habitations accessibles aux plus défavorisés mais aussi aux classes moyennes est criant.

La discussion au conseil municipal du 30 septembre 2010 sera confuse car les textes remis aux élus sont contradictoires. On lit ainsi (page 1) que « le conseil d’administration de l’OPH de Joinville a proposé de changer de nom pour Joinville-le-Pont Habitat’ ». Six lignes plus loin, on lit qu’il y a une « décision du conseil d’administration de l’OPH de Joinville-le-Pont du 8 juillet 2010 de changer son appellation en ‘Joinville Habitat’ ». Enfin (page 5) il un courrier du conseil d’administration de l’OPH demande au conseil municipal de se prononcer « sur le changement de nom et de logo de l’Office public de l’habitat de Joinville-le-Pont en ‘Joinville-le-Pont Habitat OPH’. »

Cette dernière proposition correspondait au souhait des représentants des locataires. C’était aussi celle que Marie-France Astégiani-Merrain et moi-même avons faite, au nom des élus de gauche. C’est celle qu’a reprise André Bizeul, un conseiller municipal de la majorité (et l’un des seuls à exprimer son avis lors des débats dans l'assemblée).

Bref, il y avait là matière à un consensus.

Mais un consensus, c’est exactement ce dont ne veut, à aucun prix, le maire de Joinville, Olivier Dosne (Ump). Contre l’avis des associations, mais aussi contre la proposition d’André Bizeul, il décide de rayer la mention OPH du nom de la structure qui gère les appartements Hlm de Joinville.

H-Pinson-2.jpg Immeubles de l'OPH de Joinville, rue H. Pinson

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans logement
commenter cet article

commentaires

glandidus 05/10/2010 14:51



 


A Joinville, il y a bien longtemps que la population a compris que le Maire et sa majorité ne sont pas à la hauteur du mandat qui leur a été confié. Pourquoi les Joinvillais devraient ils
attendre encore des mois avant de dire tout simplement qu'ils se sont trompés en plaçant à la tête de la commune M. Dosne ?


L'opposition est tout à fait dans son rôle lorsqu'elle relaie ce sentiment partagé par de très nombreux Joinvillais, cela me semble non seulement inévitable mais très sain.


Vous semblez rêver, comme le Maire d'une opposition qui, plutôt que de faire valoir son point de vue, flatterait l'égo, déjà bien enflé, de cette municipalité en toute occasion.


C'est une conception bien étrange du débat politique et du pluralisme qui constitue l'essence même de toute démocratie.


 



Jean 05/10/2010 10:56



Bonjour,


joinvillais, je m'intéresse de temps à autre des actions de la ville et de la municipalité en place. je profite de quelques jours de congés pour me mettre à jour grâce à ce formidable outil
qu'est Internet.


Après avoir visité le site de la ville, j'avoue m'être laissé "avoir" lors des premières minutes passées sur ce blog trouvé sur google : il porte le nom de "joinville-info" ce qui porte à
confusion pour celui qui recherche une source officielle d'information.


Je pense que ce n'est pas honnete de la part de son auteur puisque il est encarté dans un parti politique et qu'il distille, entre des informations 'à tendance officielles", d'autres informations
à caractère plus politique. Bref, je souhaitais simplement dire ce que j'en pensais.


Il gagnerait en honnêteté à s'appeler par le nom de son auteur (puisque c'est le principe du blog je crois) comme le fait par exemple le maire de Joinville.


Sur le fond, comme d'habitude, que ce soit pour la droite et la gauche, je suis attristé de voir que l'opposition en place n'accompagne jamais  les politiques mises en place et s'attarde à
être dans la critique.


Par exemple, je n'ai pas trouvé un seul compliment sur ce qui se fait de bien dans notre ville. Ok, je vous l'accorde, je ne suis pas un initié des affaires municipales mais sérieusement, depuis
2008, je trouve que notre ville a regagné de la tonicité, de la vie, sans doute parce que les équipes précédentes étaient trop vieilles et usées et que les nouvelles personnes en place amènent du
dynamisme.


En réalité, en tant que citoyen, j'aimerai que les oppositions, quelles qu'elles soient, accompagne le travail de la majorité pendant son mandat et six mois avant -sauf grave dérapage) face un
bilan de ce qui a marché et n'a pas marché dans un climat appaisé. La on sentirait un intéret pour les citoyens.


Cordialement,


 



Joinvillais en colère 04/10/2010 14:10



 


De la com., toujours de la com, encore de la com,


Qu'est ce qui peut justifier la changement de nom l'office public de l'habitat ? Si ce n'est une nouvelle opération de communication dont M. Dosne a le secret ?


Le Maire UMP ne peut supporter l'idée qu'à Joinville plus de 25 % de la population vit en HLM, que Joinville a été une banlieue ouvrière où dans les années 60 et 70 on a construit beaucoup
d'habitat social. Une des façons de se persuader qu'il est à la tête d'une ville de droite c'est de nier la réalité voire de cacher les signes qui témoignent d'un passé pour notre ville plus
besogneux que bourgeois. Ne plus parler d'"office public" mais de" Joinville habitat " ne résout pas les problèmes de ceux qui y vivent mais ça fait « plus classe », plus bling bling,
plus en adéquation avec les standards UMP. Non M. Dosne, Joinville-le-Pont ne sera Jamais Neuilly-sur-Seine et c'est tant mieux.


Quant au débat, pendant le conseil municipal, personne n'y a rien compris. En effet, ce qui était écrit sur les documents n'était pas ce qu'il fallait comprendre, on a entendu parler d'erreur des
services administratifs. Même le Conseiller Bizeul qui pensait aider à clarifier les choses en expliquant ce qu'il croyait être la vérité, avait mal compris selon sa collègue Madame Durand.


C'était une fois encore, mal conduit, pas réfléchi, dans l'improvisation et dans la fébrilité. Et pour couronner le tout, le Maire qui s'emporte et qui traite Mr Willot de ridicule. LAMENTABLE ET
DETESTABLE !!!



locataire 03/10/2010 09:27



Moi, ce que je veux savoir, c'est l'impact d'une telle décision sur les loyers et sur les conditions d'attribution des appartements. Et puis, pourquoi en débattre au Conseil puisque, sauf erreur
de ma part, à propos d'une de vos questions diverses on vous avait adressé une non réponse au motif que la mairie ne gérait pas l'office.Est-ce qu'une subtilité m'échappe?


Ce qui m'inquiète aussi, c'est ce qu'annonce la Cnl à propos "du classement" des résidences selon leur état d'entretien et leur distance des commodités (commerces transport...)


Et puis, cequi me dérange aussi, c'est la différence de loyer pour une même surface occupée dans les Hlm. Les nouveaux paientbeaucoup plus en loyer de base que les anciens. Fidélisation???
comment alors diminuer les longues listes d'attente. C'est même bizzare que l'amicale des locataires ne soit pas génée par cette différence de traitement des locataires.


Je viens de lire leblog de Monsieur Dosne; il fait part d'un conseil appaisé; tant mieux il n'a pas été malmené (lol) il parle cependant du temps passé sur les débats à propos de l'oph,
c'est peut être que le sujet n'était pas si simple.   



Benoit Willot 04/10/2010 00:24



La lutte pour l'égalité de traitement des locataires et contre des hausses abusives sera un des thèmes de la campagne pour les élections des représentants des locataires en décembre 2010. Nul
doute que la CNL en fer son cherval de bataille. L'exemple de Saint Maur montre qu'on peut hélas parfaitement liquider un office de logement social.



Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes