Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 00:09

Après la liquidation judiciaire, prononcée le 4 novembre 2009, des entreprises GTC (tirage de films) et Centrimage (vidéo), c’est la mémoire même de la filière qui s’en va. Héritières des laboratoires Pathé, installés quai Gabriel Péri à Joinville-le-Pont, les sociétés conservaient des pellicules anciennes ou en cours de traitement.

Un communiqué de presse daté du 5 novembre 2009 du liquidateur, M° Pellegrini (Saint Maur des Fossés) a annoncé le transfert des archives film GTC et Centrimage. Assurant qu’il « a la responsabilité d’assurer la pérennité des films ou éléments de film actuellement en dépôt chez GTC et Centrimage », il demande aux ayants droits d’indiquer à la société Eclair Laboratoires le laboratoire vers lequel ils souhaitent le transfert des films ou éléments de films.

A défaut d’instruction de leur part d’ici le 5 décembre, le mandataire de justice transférera les éléments à Augy stock (filiale de stockage d’Eclair Laboratoires), à Augy (Yonne).

En septembre 2009, une délégation de dix chefs d’entreprises de la FICAM (Fédération des industries techniques du cinéma, de l'audiovisuel et du multimédia) avait transmis au directeur du Centre national du cinéma (CNC) un état des lieux de la filière technique qui mettait en évidence la situation alarmante des entreprises de la filière. La FICAM indiquait que le « chiffre d’affaires des entreprises a chuté de 10% à 30%, et [les] résultats se sont dégradés de 30 à 80%. »

Elle remarquait que, à la date du 28 septembre, « les entreprises ont déjà dû procéder à 164 licenciements. Près de 500 autres suppressions d’emplois sont envisagées à très court terme. Voici 6 mois, la FICAM prédisait déjà un risque de 1500 licenciements. » Les dirigeants lançaient l’appel à une aide publique d’urgence pour les 150 entreprises de la production française cinéma/télévision, qu’elle chiffrait à 100 millions d’euros.

Dans une lettre adressée, à Frédéric Mitterrand, ministre de la culture et de la communication, le 30 octobre 2009, vingt quatre organisations professionnelles se sont unies pour saisir les pouvoirs publics sur la gravité de la situation que traversent les industries techniques du cinéma et de l’audiovisuel.

Ils s’inquiètent de « voir disparaître un savoir-faire et une filière sans laquelle l’indépendance et la diversité de la production nationale serait irrémédiablement remise en cause. »

L’industrie remarque qu’elle est confrontée simultanément « à une baisse de 47% du nombre de journées de tournage audiovisuel due à l’érosion de leur financement, à un effondrement de 37% du financement des longs métrages, à la décroissance du tirage des copies de films en photochimique et enfin à l’accélération spectaculaire des mutations technologiques. »

Pour les dirigeants de tous les secteurs professionnels du cinéma, « la filière technique nationale doit trouver d’urgence le soutien des pouvoirs publics pour financer la restructuration qu’oblige cette conjonction exceptionnelle d’évènements. »

Aucune réponse du gouvernement n’est pour l’instant venue. La fermeture de GTC et Centrimage est venue confirmer ces sombres prédictions.

Quant à l’avenir du site de Joinville, aucune indication n’est pour l’instant fournie par la mairie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans cinéma et jeux vidéo
commenter cet article

commentaires

Marjo 14/11/2009 10:14


Je réagis sur votre blog à l'article de Monsieur Dosne sur les manifestations du 11 novembre à Joinville. Je suis sûre, ici, de ne pas être censurée.
Comme par hasard, cette année on pose des fleurs à GTC en prenant soin de préciser que c'était prévu depuis l'année dernière.Devoir de mémoire pour ceux qui ont perdu la vie, d'accord, mais
attention à ne pas perdre la mémoire immédiate. Quel soutien pour les licenciés?? quelle manifestation??? ben rien et même plus de structure communale, Agora par exemple.
Il me semble par ailleurs que l'auteur du commentaire publié, puisqu'il vous attaque, manque d'honnêteté intellectuelle; je n'imagine même pas que vous n'ayez pas argumenté votre
décision. 


Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes