Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 17:00

Le tribunal de commerce a prononcé, le 30 septembre 2009, la liquidation judiciaire de trois sociétés filiales du groupe Éclair avec, à la demande des dirigeants de ce groupe, une poursuite d’activité d’un mois « afin de favoriser la reprise de ces sociétés et la poursuite de leur exploitation. »

Le groupe Éclair est lui-même dans une situation très difficile. En juillet 2009, il a cédé au ses studios d’Epinay-sur-Seine (Seine Saint-Denis). Puis, le 8 septembre 2009, Éclair Group a été placé en « procédure de sauvegarde » par le tribunal de commerce de Nanterre. Le groupe emploie 630 personnes.

Les trois filiales concernées par la liquidation sont GTC, G2M et Centrimage. GTC est un laboratoire photochimique reconnu, fondé en 1947 par Pathé et Gaumont, implanté quai Gabriel Péri à Joinville-le-Pont. Centrimage, sur le même site, est une entreprise de post-production vidéo numérique née de la fusion de GTC Vidéo et de Citélab. G2M, dont le siège est à Paris, est une société financière holding de GTC.

Un projectionniste travaillant chez GTC déclarait fin septembre : « Il y en pour un mois pas plus.... On espère se faire racheter, mais rien n'est fait. »

Selon un communiqué du groupe Éclair, diffusé le 3 octobre, « de nombreux investissements en matériels et bâtiments ont été réalisés récemment dans ces deux sociétés qui s'appuient sur une équipe de qualité et bénéficient désormais d'un outil de production, photochimique et numérique de très bon niveau technique. »

Selon des déclarations faites à l'AFP par Thierry Forsans, directeur général du groupe Éclair (4/10/2009), c’est le passage au numérique qui serait responsable de la crise : « Le chiffre d'affaires du numérique est dix fois inférieur à celui de l'argentique et il emploie dix fois moins de personnes. »

Les offres de rachat peuvent être déposées jusqu'au 15 octobre et sont examinées par l'administrateur judiciaire, Me Gilles Baronnie (qui a ses bureaux à Nogent sur Marne). Si aucune offre de rachat n’est acceptée d’ici le 30 octobre, l’activité cessera et les actifs des deux entreprises, qui constituent le cœur du site historique du cinéma joinvillais, seront mises à l’encan.

Les sites internet de GTC et Centrimage renvoient le même message : « actuellement en travaux. »

GTC avait 86 salariés fin 2008, et n’en compte actuellement, après le plan social de l’an passé que 62. Centrimage compte en 2009 24 employés permanents fin 2007. Ce sont donc 86 salariés qui sont directement menacés.

J’ai l’intention d’aborder la question de cette entreprise lors du conseil municipal du 13 octobre 2009.

 Sortie du personnel devant les usines Pathé, au début du 20e siècle

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans cinéma et jeux vidéo
commenter cet article

commentaires

nouchema 12/10/2009 21:27


La procédure de sauvegarde en question, mis en oeuvre par le groupe ECLAIR est aussi une "excellente" parade pour faire en sorte qu'aucun reclassement dans le groupe Eclair ne soit, désormais,
possible.

La situation du numérique a bon dos... Le message d'Eclair, à propos du passage au tout numérique, est d'avantage alarmiste que fondé sur une réalité économique.

A ce jour, seulement 250 écrans sont équipés d'un projecteur numérique sur un total de plus de 5.000 salles. La marge est encore large pour ce qui est du tirage photochimique.

Et les récentes déclarations de MK2 confirme le caractère "progressif" du transfert des salles vers le numérique : les 52 salles parisiennes seront équipées en projo numérique à l'horizon fin
2010.

ET si le passage est progressif, il devrait alors permettre d'envisager la mise en place d'une GPEC (gestion prévisionnelle de l'emploi) adéquate pour l'ensemble des salariés des laboratoires, et
du groupe Eclair en particulier. Il serait d'ailleurs grand temps d'y penser, depuis le temps que la fin du photochimique est annoncée...

Le site de Joinville, pour en revenir à lui, a subit de plein fouet le défaut d'un projet stratégique d'envergure. Le seul soutien financier par sa société mère, n'a pas suffit à relancer le
laboratoire. Ce soutien financier a même conduit à isoler plus encore qu'ils ne l'étaient, les salariés du site de Joinville vis à vis du groupe Eclair.

ET, le personnel du site, aujourd'hui, comme hier, paye le prix de ce défaut de visibilité.

Dans l'espoir de voir un repreneur courageux qui redonnera au site le futur qu'il mérite encore d'attendre
Cordialement
Nouchema
 


Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes