Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Joinville-le-Pont au jour le jour

Joinville-le-Pont au jour le jour

La vie locale sur les bords de Marne


Lutte contre le bruit : pas avant 11 ans ?

Publié par Benoit Willot sur 3 Octobre 2011, 22:35pm

Catégories : #environnement

Le conseil régional d'Île de France a voté à l’unanimité le 30 septembre 2011, un plan anti-bruit qui couvre la période 2011-2021, et c’est une excellente chose.

Il prévoit l’éradication des principaux points noirs de ce qui constitue la première source de stress des Franciliens, la pollution sonore générée par les routes, les voies ferrées et le transport aérien.

Le président de la région, Jean-Paul Huchon (Ps) et son vice-président en charge des Transports, Jean-Vincent Placé (le nouveau sénateur EELV), ont fait adopter un investissement de 290 millions d’euros, dont 200 millions pour la route et 90 millions pour le rail (l’aérien n’est pas de la responsabilité de la région). C’est un chiffre quatre fois plus important que l’effort fait dans la décennie passée.

La région a retenu dix points noirs routiers à résorber dont trois dans le Val de Marne : A4-A86 à Saint-Maurice, Maisons-Alfort et Créteil ; l’A4 à Charenton et Saint-Maurice ainsi que les autoroutes A6a et A6b du boulevard périphérique parisien à Chevilly-Larue.

Pour ce qui concerne les nuisances ferroviaires, sur neuf opérations, trois également couvrent le département : Vincennes-Saint-Mandé-Fontenay (RER A), Champigny-sur-Marne (RER E) et Gentilly-Arcueil-Cachan (RER B).

La région a pris comme référence les sites où la nuisance est supérieure à 70 dB le jour et 65 dB la nuit. On remarquera que Joinville et Nogent sont totalement écartées de ces aménagements prévus. Pourtant, l’étude publiée par la DDE en janvier 2010 montrait que 7 129 Joinvillais vivaient dans des immeubles affectés par des pollutions dépassant ce seuil.

L’étude de l’ODES en 2008 chiffrait pour sa part à 4 700 la population soumise à un bruit diurne dépassant 70 dB soit 27% de la population communale, et à 1 100 ceux exposés à plus de 65 dB la nuit (6,4%).

L’essentiel de la pollution provenait des voies A4 et A86, mais également des grands axes aujourd’hui départementaux et du RER A. Pourtant, malgré l’action continue du Comité de défense de l’environnement des riverains des autoroutes, malgré le consensus de la concertation 2006 qui démontrait la faisabilité de protections acoustiques efficaces et pas trop coûteuses, rien n’est prévu pour notre part des Bords de Marne.

Le maire de Joinville, Olivier Dosne (Ump), avait fait de cette question le principal point qu’il voulait défendre au conseil régional (où il a siégé plus d’un an) et à l’Assemblée nationale. Hélas, les résultats ne sont pas là.

Bruitparif, observatoire régional du bruit a lancé un site diffusant des données sur  le niveau sonore capté dans 30 stations aujourd’hui et 80 dans trois ans ; il n’y en a pas encore dans la boucle de la Marne. Mais une station recueille des données, quai de Polangis.

Ø      Le site de Bruitparif diffusant les données :http://rumeur.bruitparif.fr.

 

Polangis-station-son.jpg 

La prise de son joinvillaise (source : Bruitparif)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents