Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 23:32

Le conseil municipal du 13 octobre 2009 à Joinville-le-Pont a débattu de la mise en place de la vidéosurveillance au sein de deux quartiers : la rue de Paris depuis le RER jusqu’à l’avenue Kennedy et le quartier des Studios.

Avant de définir leur position, les élus de la liste de gauche Joinville en mouvement ont pris l’avis de la population sur ce sujet. Voici quelques réactions significatives.

Catherine (13/10) : A-t-on vraiment la preuve de la réelle utilité de caméras de surveillance dans les villes qui en possèdent déjà depuis plusieurs années ? Pour ma part, la lutte contre la délinquance passe par d'autres moyens, plus humains, notamment par la création de lieux et d'activités pour les jeunes et pour les parents qui se sentent parfois dépassés, et bien sûr de l'emploi... Un autre programme quoi !

Gilles (11/10) : Tous les retours sur les villes qui on essayé ce genre de surveillance ne montrent pas une réelle efficacité dans la prévention. Juste utile dans la répression (automobile par ex) et la résolution des enquêtes ( genre pickpockets) . Bref pour moi une grosse dépense pour une ville comme Joinville où la délinquance n'est pas un problème majeur. J'en veux pas.

Alain X. (12/10) : La vidéosurveillance est très couteuse, nécessite des moyens matériels et humain, et relativement inefficace dans des lieux non susceptibles d'être le siège de délinquance (banques...). "Big Brother" serait-il en marche aussi à Joinville ? Ce système est une "danseuse" d'élu jouant sur la peur du citoyen...

André (12/10) : Je ne suis pas contre le principe de la vidéosurveillance à priori. Il a fait ses preuves dans d'autres pays. Mais il me semble qu'il faille être intransigeant sur la manipulation des images.

Alain Y. (10/10): A ma connaissance la vidéosurveillance sert à surveiller les manifestations et à repérer, à postériori, les auteurs de délinquance (encore faut-il que les images soient de bonne qualité ce qui coûte). La vidéosurveillance est coûteuse et une fois commencée dans une ou deux rues, il sera jugé nécessaire de couvrir d'autres secteurs, le processus cumulatif sera engagé. Quant à son efficacité elle est nulle dans les communes relativement conviviales et c'est sur le thème de la prévention que des moyens humains  plus que des outils techniques devraient être affectés à une démarche positive.

Florence Weissler-Lopez, conseillère municipale (Ps), a souligné que dans de nombreuses villes, dont Paris « un fort mouvement d'opposition se développe face à cette mesure. »

Le groupe des élus de gauche Joinville en mouvement s’est interrogé sur le coût de cet équipement. Outre l’investissement important (395 000 euros), c’est le fonctionnement qui pèsera durablement sur le budget communal ; dans la configuration prévue aujourd’hui, les dépenses annuelles seront de 134 600 euros. Par ailleurs, le choix des emplacements pose problème : pourquoi équiper tel quartier, et pas tel autre ? Enfin, l’efficacité et l’utilité d’un tel équipement dans notre commune ne paraissent pas suffisantes. C’est pourquoi la gauche s’est prononcée contre le projet présenté.

Florence Weissler-Lopez, conseillère municipale (Ps), a souligné que dans de nombreuses villes, dont Paris « un fort mouvement d'opposition se développe face à cette mesure. »

Yves Tamet, conseil municipal (Pcf) a montré que la vidéosurveillance n’apportait pas de protection supplémentaire, contrairement à ce que prétendait le projet. Plusieurs villes américaines (Atlantic City et Miami, par exemple), viennent d’y renoncer. Les évaluations faites dans des villes françaises sont plutôt négatives (Courbevoie, La Courneuve, Montmorency).

Marc Verstraete, conseiller municipal (Prg) s’est inquiété de ce qu’on déplaçait le problème de la délinquance dans les zones non couvertes.

J’ai mis en cause l’absence totale d’information sur les coûts de fonctionnement de ce dispositif.

 

Consulter les principales pièces du dossier soumis au conseil municipal (hors aspects purement techniques).

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans sécurité et justice
commenter cet article

commentaires

Roger 15/10/2009 14:09


Avec de telles mesures, notre maire marche glorieusement sur les traces de maires tels que Balkany, à Levallois, qui a été un des tout premiers à adopter la vidéo-surveillance, ce système de
flicage très efficace. A quand la prise des empreintes digitales des personnes qui circulent à Joinville ?


Numéro 5 14/10/2009 22:02


Le type même de mesure débile et super-démago.
Totalement inutile.
Il faut vraiment vivre dans le monde de JP Pernault et du Figaro pour croire que ce genre d'équipement serve à quoi que ce soit !
Comme si il n'y avait pas de sujets plus urgents à traiter à Joinville... 


Marjo 14/10/2009 07:31


Stockage des données  au service informatique de la Mairie? C'est sérieux???

Penser à installer ce système dans la rue de Paris alors qu'on nous a présenté les futurs travaux et qu'on ne sait pas du coup si les endroits choisis pour les implantations se "justifieront"
toujours aux yeux des commerçants qu'il faut actuellement brosser dans le sens du poil ,c'est sérieux???

En tous cas, c'est très cher!!! après la CULture et la communication...à vos portefeuilles Joinvillais! Cette façon de vous "détrousser" est, elle, légale et hors caméra! 


Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes