Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 23:11

Nous aurons l’occasion de revenir sur l’organisation des primaires pour désigner le candidat soutenu par le parti socialiste et ses alliés, et notamment sur comment çà se passera à Joinville-le-Pont.

Mais, ce 28 juin, c’était l’ouverture du dépôt des candidatures. Il y aura une autre étape, avec la vérification de l’éligibilité ou non des neuf candidats potentiels.

En effet, pour pouvoir concourir, il faut que les prétendants recueillent des parrainages : 16 membres du conseil national du Ps, ou 17 députés et sénateurs, ou 100 conseillers régionaux et généraux, ou 16 maires de villes de plus de 100 000 habitants.

Le député et président du conseil général de Corrèze, François Hollande, comme la présidente du conseil régional de Poitou-Charentes, Ségolène Royal ou la maire de Lille, Martine Aubry, sont assurés d’obtenir ces soutiens.

Pour d’autres, ce n’est pas acquis. Ainsi, Arnaud Montebourg, député et président du conseil général de Saône et Loire, ne les aurait pas encore. Manuel Valls, député-maire d’Évry (Essonne) vient de franchir une partie de l’obstacle, en ralliant à sa cause l’essentiel des dirigeants socialistes val-de-marnais : Michèle Sabban, vice-présidente du conseil régional a annoncé, le 27 juin, qu’elle le parrainerait en compagnie de six élus du Val-de-Marne. Son objectif est de « permettre le pluralisme des candidats » et donner « une dynamique » à cette primaire.

Michèle Sabban rappelle qu’elle et ceux qui partagent son geste étaient des « compagnons de route de Dominique [Strauss-Kahn] » et qu’ils entendaient désormais contribuer à « une nouvelle donne » à gauche.

Les autres élus du Val-de-Marne qui acceptent également de parrainer Manuel Valls sont Serge Lagauche, sénateur, René Rouquet, député-maire d’Alfortville, Jean-Jacques Bridey, maire de Fresnes et conseiller général, Patrick Sève, maire de L’Haÿ-les-Roses, Régis Charbonnier, maire de Boissy-Saint-Léger et Luc Carvounas, conseiller général d’Alfortville et premier secrétaire de la fédération PS du Val-de-Marne.

Cinq autres socialistes ont annoncé leur intention d’être candidat, mais leurs chances d’avoir les parrainages nécessaires apparaît infime ce sont Daniel Le Scornet, ancien président de la Fédération des mutuelles de France ; Anne Mansouret, conseillère régionale de Haute-Normandie ; Hacène Mezrag, militant socialiste de Tourcoing ; Will Mael Nyamat militant à la section PS de Londres et Christian Pierret, maire de Saint-Dié-des-Vosges et ancien secrétaire d'État à l'Industrie.

 

Manuel-Valls.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Présidentielle
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes