Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Joinville-le-Pont au jour le jour

Joinville-le-Pont au jour le jour

La vie locale sur les bords de Marne


Radio A4 : à la conquête de l’Ouest

Publié par Benoit Willot sur 4 Juin 2011, 23:01pm

Catégories : #information

C’est le 13 novembre 1981 que naît Radio A4. L’émetteur est placé dans une cuisine d’un appartement de la rue de Paris, à Joinville-le-Pont. Le studio a été placé dans le salon. Une antenne a été bricolée et installée (sans avoir vraiment d’autorisation) sur le toit – heureusement, le logement était au dernier étage.

On est quelques mois après un changement politique, le 10 mai 1981, qui va bouleverser le paysage médiatique. Rappelons-le, alors que la droite libérale est au pouvoir, il n’y a en France que des télévisions et radios d’État ; même les stations commerciales RTL ou Europe 1 sont obligées d’émettre de l’étranger. Les quelques tentatives de créer de radios libres en France sont sanctionnées pénalement par le pouvoir, alors exercé par Valéry Giscard d’Estaing.

François Mitterrand et son ministre de la culture, Jack Lang, considèrent que la liberté d’expression est plus une chance qu’un risque. Avant un changement législatif programmé, ils décident de laisser

À l’origine du projet, il y a Marie-José Lemoy, la directrice du centre culturel Jacques Prévert, un lieu d’animation particulièrement vivant. On y trouve toute la jeunesse engagée dans la vie culturelle et associative de la ville ou des environs : Olivier Lecoq (alias M. Paul), Pierre Jarossay, Jérôme et Frédéric Sordoillet, Corinne François, Philippe Paternolli, Jean Francheteau, Élisabeth Bohelay, Jean-Luc Frontino, Bernhardt Gourland, Jean-François et Michel Pelloile Jean-Yves Savignat… et moi.

Un coup de main d’un maire adjoint socialiste, Raymond Irigoyen (Joinville a, depuis 1977, une municipalité de gauche) permet à la jeune station de s’installer dans des locaux vastes, aménagés par les animateurs dans des sous-sols de la cité Leclerc. Radio A4 émet sur 88,7 mhz, une place qu’elle a choisie simplement parce qu’elle était libre : à ce moment, il n’y a aucun régulateur de la modulation de fréquence. Une association porte le projet, l’Association pour de développement de l’expression locale (ADEL). La jeune station, qui se contentait d’occuper l’antenne le week-end à ses débuts, construit une grille sur l’ensemble de la journée. Elle se voit comme « la radio de la banlieue Est à la conquête de l’ouest. »

Le programme est éclectique. La musique tient une grande place, avec C comme classique et contemporain, Jazz à 4, RER Rock n’Roll, Chocolat à rocker ou Disco family. Il y a également des animations, comme Radio Gosses ou L’émission des Bill. Le cinéma tient une place importante (4 à 4). Et l’information est une des particularités, puisqu’elle est absente de la plupart des autres stations qui bourgeonnent. Deux journaux quotidiens couvrent l’information locale et commentent l’actualité nationale. Plusieurs dizaines d’animateurs, bénévoles, font vivre l’antenne le jour et une bonne partie de la nuit.

Les studios de la cité Leclerc seront un gros atout. En 1982, le ménage commence à se faire sur la bande FM ; les radios sont incitées à se regrouper. Radio A4 en accueillera trois et constituera Radio Be Bop que nous présenterons dans un prochain article.

Ø      On trouve sur internet un petit extrait de Radio A4 sur le site Schoop qui se charge de collecter l’histoire des radios libres.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Otto Von Malus 06/06/2011 11:56



Pas mieux !


En ces temps reculés, Joinville-le-Pont (et son regretté Centre Culturel) était un carrefour de création et d'envie (sans forcément de grands moyens d'ailleurs...).  



Pedro El Diablo 05/06/2011 23:31



Merci Cher Benoît de nous rappeler ces riches heures de l'histoire de France !



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents