Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 21:59

Le dernier conseil municipal du semestre à Joinville-le-Pont aura été dans la lignée des précédents : des élus de la majorité qui, parce qu’ils ne connaissent pas leurs dossiers, s’obligent à être ultra-agressifs envers l’opposition (vociférer permet de ne pas répondre aux demandes). Ce qui est frappant, c’est que le petit groupe qui prend les décisions n’écoute rien – évidemment, de ce que disent des élus de gauche en particulier, mais en général de tout de ce qui vient de qui que ce soit, association citoyen ou même commerçant.

D’abord, il y a la forme : le maire s’assoit sans même chercher à faire semblant sur le règlement intérieur qu’il a fait voter au conseil municipal : il devrait y avoir une pré-convocation des commissions municipales, il n’y en a pas – et alors ? Il devrait y avoir un compte rendu des commissions municipales, il n’y en pas – qu’est-ce que çà fait ? Il faudrait répondre aux questions écrites des conseillers municipaux, on ne le fait – quelle importance ?

Il y a surtout le fond : un mépris profond, réitéré pour tout ce qui n’est pas leurs certitudes. Toute question devient une agression, même la plus anodine. Et toute personne qui ne se contente pas d’approuver à 100% les décisions, même les plus mal ficelées, devient automatiquement un ennemi.

Je fais partie de la catégorie de ceux qui veulent comprendre, connaître la vérité et défendre les intérêts des Joinvillais, on me classe donc comme un ennemi. Pourtant, chaque fois qu’une proposition est bonne (ou même acceptable), je l’approuve. Mais quand çà ne va pas, je le dis. J’ai l’impression que çà énerve.

Tous ceux qui se permettent de faire la moindre remarque, la moindre critique deviennent automatiquement leurs adversaires : ils les classent donc « mes amis ».

Ainsi, le commissaire enquêteur en charge des trois enquêtes publiques sur la création de la zone d’aménagement concerté des Hauts de Joinville et sur les deux modifications du plan local d’urbanisme concernant le quartier du centre et le parking du RER serait « mon ami ». C’est en tout cas ce qu’a déclaré, en conseil municipal, Olivier Dosne, maire de Joinville-le-Pont (Ump). Il est vrai qu’après avoir écouté et étudié, il a rendu deux rapports très sévères. Donc, c’est forcément qu’il m’est inféodé – comme sans doutes les plus de 2000 personnes qui ont émis des idées, des reproches, des contestations dans le cadre de ces enquêtes.

Malheureusement, pour moi, je ne peux pas compter l’architecte Gérard Dessier (le commissaire enquêteur) parmi mes relations - mais il est vrai que j’ai trouvé fort intéressant son travail et que j’ai salué son professionnalisme. Tous ceux qui estiment que la municipalité est sourde ne sont pas non plus mes relations amicales.

Nous reviendrons sur les décisions, néfastes, que la majorité municipale a pris dans plusieurs domaines au cours de ce même conseil (Hauts de Joinville, suppression du parking du RER, vente de biens culturels, etc.).

Mais aujourd’hui, je vais juste remarquer l’énorme distance qu’il y a entre le programme, les idées que défendait l’actuel maire et ce qu’il fait : la concertation abandonnée, l’idée d’un équipement culturel jeté à la rivière, la baisse des impôts remplacée par une hausse. Piétiner à ce point ses propres principes, nécessite évidemment d’élever un rideau de fumée.

Heureusement, nous sommes en république : l’agressivité envers les élus d’opposition ou les dirigeants associatifs se contente d’être verbale. Il est vrai que, comme le disait la philosophe Hannah Arendt, « le mépris du programme n’est pas nécessairement un signe de totalitarisme. »

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans conseil municipal
commenter cet article

commentaires

démocratie 02/07/2010 11:28



Il faut vraiment être peu conscient de celles et ceux qui subissent aujourd'hui la tyrannie pour oser comparer Joinville à une dictature. Une pré-convocation? un compte-rendu de commission? Des
échanges verbaux rugueux ? Des avis radicalement différents ? Les opressés de tous les pays qui ne liront pas votre article car ils n'y auront pas accès ne pourront pas pleurer...et pas de rire.


Puisque vous aimez les citations, je vous propose celle-ci : "Tant qu'il y aura des dictatures, je n'aurai pas le coeur à critiquer une démocratie" Jean Rostand.



Benoit Willot 10/07/2010 21:50



J'ai précisément indiqué que nous n'étions pas dans une tyrannie. Par contre, force est de constater que l'ensemble des engagements pris en matière de démocratie municipale sont bafoués.



citoyen Joinvillais 02/07/2010 10:31



 


La majorité municipale nous a une nouvelle fois montré un spectacle pitoyable lors du dernier Conseil Municipal.


Alors que jusqu'à présent le camp de M. Dosne s'était illustré lors des différents conseils municipaux par son incompétence, aujourd'hui on doit y ajouter la mauvaise foi et l'agressivité.


Le Maire comme à son habitude se victimise, il crie au complot et insinue que le Commissaire Enquêteur serait de mèche avec Mr Willot pour lui torpiller ses projets.


Il faut se rendre à l'évidence, lorsqu'un dossier est mauvais et que personne n'en veut, c'est le rôle du commissaire enquêteur de le dire.


On n'est plus à l'école où les mauvais élèves expliquent à leurs parents qu'il ont eu une mauvaise note parce que le professeur n'est pas compétent et qu'en plus il ne les aime pas .


Ce sont pourtant ce genres d'arguments avancés par Mr Dosne pour justifier la situation inextricable dans laquelle il a entrainé sa majorité.


Lamentable!!



Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes