Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

2 novembre 2009 1 02 /11 /novembre /2009 00:01

Tribune libre des élus de gauche de la liste Joinville en mouvement, parue dans « Joinville-le-Pont magazine » (novembre 2009).

Retrouvez les anciennes tribunes libres sur la page : Tribunes libres de la liste Joinville en mouvement.

Dans les périodes de crise comme celle que vit la France aujourd’hui, la solidarité publique envers ceux qui rencontrent des difficultés devient, littéralement, une nécessité vitale.

Les collectivités locales sont au premier rang : la région, en charge de l’emploi, de la formation et des lycées, le conseil général, qui gère l’aide à l’enfance et l’aide sociale ainsi que les collèges et les communes, qui s’occupent des écoles ou du logement.

Toute une série de transferts ont déjà considérablement augmenté leurs charges. L’État leur confie des dépenses, comme le suivi des allocataires du revenu de solidarité active (RSA), mais oublie les moyens qui devraient aller avec. Le conseil général du Val de Marne a ainsi présenté au début de l’été au préfet une reconnaissance de dette de 325 millions d’euros, représentant les sommes non compensées mises au compte du département.

La suppression de la taxe professionnelle, annoncée par le gouvernement, est lourde de menaces. Elle aura pour conséquence une perte d'autonomie et risque de provoquer l’asphyxie financière. Les services publics seront les premiers à trinquer, avec le danger que disparaisse tout ce qui contribue à la solidarité.

Une importante question se pose : Qui va payer l’ardoise ? En 2010, le budget national devrait compenser à peu près la perte de recettes. Au-delà, rien n’est garanti. Villes, régions et départements n’auront pas le choix : il ne leur restera que la taxe d'habitation, cet impôt injuste, non lié aux revenus.

En 2008, la taxe professionnelle constituait 19% des recettes fiscales de Joinville. Si elle disparait totalement, il faudra augmenter les autres impôts, ce qui représenterait 592 euros pour une famille de deux enfants.

Les services publics nationaux à Joinville ont connu une hémorragie : départ de la police nationale, de la gendarmerie et même en 2009 de l’agence locale pour l’emploi, réduction de l’activité de la sécurité sociale. La ville n’a pas été en reste : fermeture du centre municipal de santé en 2003, du service de prévention et du centre d’hébergement d’urgence en 2008, du service emploi en 2009… Le centre de santé, qui était complémentaire de la médecine privée, laisse un grand vide à tous les joinvillais.

Les besoins sociaux sont en augmentation. Il faut donc se battre pour maintenir les moyens des collectivités et protéger ce qui subsiste encore du service public.

Marie-France Astégiani-Merrain

www.joinville-en-mouvement.ouvaton.org

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans vie sociale
commenter cet article

commentaires

liliane 08/11/2009 09:22


Vraiment "cinpissink" à chaque fois qu'on lit un commentaire de votre part c'est vraiment au ras des pâquerettes, et encore, les pâquerettes, c'est blanc, c'est frais et çà sent le printemps. Vous
devriez aller dire trois pater et deux ave en sortant de la messe en latin!!!!


cinpissink 07/11/2009 22:10


Mon Dieu, c'est qui ça, cette photo ? Quelle horreur !!! Monsieur Willot vous voulez faire peur aux enfants ?


Benoit Willot 07/11/2009 23:29


Commentaire bizarre, et au goût fort malsain.


ump 07/11/2009 15:54


la mode n'est pas au CAPORALISME? n'avez vous pas imposé à Me ASTEGIANI de refuser la présidence de la mission locale pour l'emploi des bords de marne alors qu'elle l'avait accepté? voyons voyons
..............


Benoit Willot 07/11/2009 23:28


Quel mépris pour la liberté de décision de Marie-France Astégiani que de croire que je peux lui "imposer" quelque chose !
Et quelle myopie que de ne pas comprendre qu'il y a à gauche, à la fois de l'amitié et du débat.


Nadine 06/11/2009 17:50



On vous reconnait bien là monsieur Willot, vous étes un coyote à foie jaune.
Il faut prendre de l'envergure et reconnaitre vos erreurs notamment celle de Madame Astégiani qui aurait pu très bien se défendre elle même sinon elle aurait fait appel à Monsieur Tamet ami et
avocat communiste.
Prendre la présidence de l'office de tourime par une élue communiste quand on sait que vous même monsieur Willot avait dénoncé les méthodes de monsieur Dosne. Ce n'est pas de cette manière que
vous y arriverez. Assumez votre divergence avec les communistes et arrêtez ce type de réponse qui ne vous éleve pas.



Benoit Willot 07/11/2009 00:37


A gauche, à Joinville en tout cas, la mode n'est pas au "caporalisme": être d'accord sur les principes, agir en commun, partager amitié et combats commun n'impose pas de voter et parler le doigt
sur la couture du pantalon.


incompréhension 04/11/2009 10:36



C'est peut être pour cette raison que vous avez acceptez de prendre la présidence de l'office qui est une honte quand on sait comment monsieur DOSNE a traité l'ensemble des bénévoles. Je ne
comprends pas madame Astégiani, peut être que vous vous allez nous apporté une réponse sur cette décision de coopérer avec l'UMP de monsieur Dosne qui est des plus sectaires?
le PC Chinois et l'UMP?
Le 22 octobre à Pékin, Xavier Bertrand est convié à un banquet par de hauts dignitaires du Parti communiste chinois. L'un d'eux saisit neuf tomates cerises dans l'un des plats qui tournent devant
les convives. Sur une assiette, il en dispose cinq d'un côté et quatre de l'autre: «voilà la réalité du Comité permanent», explique-t-il. Etonnante présentation d'un clivage entre les neuf
personnages issus du bureau politique qui composent l'organe suprême du pouvoir en Chine! Officiellement, ils forment une direction monolithique. Mais pour
engager un dialogue avec le Secrétaire général de l'UMP, le PC chinois est prêt à abandonner un pan de langue de bois


Benoit Willot 05/11/2009 14:11


Comme tous les élus, Marie-France Astégiani est amenée à coopérer avec des gens d'opinions différentes pour défendre les intérêts de la commune et de ses habitants. Cela n'aucun rapport avec une
quelconque inféodation à qui que ce soit. A Joinville comme au plan national, Marie-France Astégiani défend des positions opposées à celles de l'UMP.


Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes