Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 23:51

Le 12 novembre 1918, le quotidien (alors socialiste) L’Humanité, dont le fondateur Jean Jaurès avait été assassiné juste avant le début des hostilités, saluait comme il se doit les évènements qui accompagnaient la signature de l’armistice, signé la veille.

Le texte signé à Rethondes prévoyait aussi la réintégration de l’Alsace et de la Lorraine dans le territoire national. L’assemblée nationale, en séance en ce jour de la fin de la guerre, acclame Georges Weill, présent dans les tribunes du public. Il avait été élu en 1912 député socialiste de Metz au Reichstag allemand. En 1914, il avait rejoint l’armée française.

Ce que le journal de gauche retenait, plus même que les clauses diplomatiques et militaires de l’arrêt des combats, c’était que les armes allaient cesser, que l’Allemagne n’était plus un empire, et que l’on pouvait rêver à une « république universelle ».

Le syndicat Cgt voulait une « réconciliation des peuples » et mettait en garde, avec une clairvoyance à signaler, contre « tout entraînement chauvin » qui, sous prétexte de maintien de l’ordre, s’attaquerait aux régimes nouveaux en Russie, Allemagne et Autriche.

La veille, dans le même journal, le maire de Champigny et député de la circonscription qui comprenait Joinville, Albert Thomas, signait une tribune aux accents prophétiques : il protestait contre l’appui donnait par la France aux troupes réactionnaires russes, mais en même temps précisait « nous n’en refusons pas moins de donner en exemple aux travailleurs de France les actes des bolcheviks ». Il assurait avoir entendu « les cris de douleur des socialistes, ouvriers démocrates ou révolutionnaires » et indiquait préférer la « puissance politique » du suffrage universel aux moyens révolutionnaires. Une mise au point le lendemain précisera que le point de vue du député signé par nombre de militants socialistes était celui d’un courant minoritaire.

Les débats politiques de la fin de la guerre portaient déjà sur les tensions qui allaient provoquer les prochains conflits.

 

1918 11 12 Huma

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans histoire
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes