Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Joinville-le-Pont au jour le jour

Joinville-le-Pont au jour le jour

La vie locale sur les bords de Marne


Y aura-t-il encore une guinguette à Joinville l’été prochain ?

Publié par Marie-France Astégiani-Merrain, Yves Tamet, Marc Verstraete, Florence Weissler-Lopez, Benoit Willot sur 12 Janvier 2012, 00:07am

Catégories : #économie

Tribune libre des élus de gauche de la liste Joinville en mouvement, parue dans « Joinville-le-Pont magazine » (janvier 2012).
Retrouvez les anciennes tribunes libres sur la page : Tribunes libres de la liste Joinville en mouvement.

 

Julien Duvivier a réalisé deux versions de son film La Belle équipe, qui illustre la vie des Bords de Marne. Dans celle qu’il a voulue, Jeannot (Gabin) tue Charlot (Vanel), liquidant ainsi l’utopie des guinguettes.
Joinville, son cinéma, ses guinguettes… Ce n’est pas par nostalgie qu’il faut évoquer le patrimoine culturel. Les danseurs du dimanche comme les artistes en tournage ont fait vivre la commune : emplois, animation, argent, réputation – l’apport des restaurants les pieds dans l’eau a été considérable.
Certes, tout évolue. On ne fait plus du cinéma en 2012 comme avant, mais on en fait toujours et plutôt plus à Saint Denis, Boulogne, Issy, Montreuil, Épinay ou Bry. On aurait pu en faire encore à Joinville, si une politique active avait été conduite pour préserver une activité historique et d’avenir.
Bien évidemment, bien d’autres loisirs s’offrent aux parisiens que la valse le dimanche au bord de l’eau. Cependant, musique et danse n’ont pas disparu, loin de là, et l’exemple de villes voisines montre qu’on peut renouveler l’esprit guinguette.
Mais les municipalités de droite joinvillaises n’ont cessé de privilégier la spéculation foncière sur les quartiers de Polangis et Palissy, grignotant l’espace qui restait aux activités ludiques. En 2004, un projet immobilier vient occuper le seul terrain qui aurait permis le développement d’un pôle touristique. En 2007, le Petit Robinson ferme ses portes. En mars 2011, le maire fait une démarche inhabituelle, venant informer les membres de la commission municipale des finances de sa préoccupation au sujet de La Goulue : « la commission de sécurité devrait certainement demander une fermeture de l’établissement pour non respect des règles de sécurité ». Finalement, il n’en sera rien et le restaurant du quai Gabriel Péri survit, bien que difficilement.
En novembre, Olivier Dosne évoque, en conseil municipal, les menaces qui tourneraient autour de Chez Gégène. Pourtant le symbole historique de nos quais vient de finir sa saison 2011 en donnant rendez-vous à ses clients pour le mois d’avril. Un des premiers actes de l’actuelle majorité Ump a été la suppression de la traditionnelle fête des guinguettes. Le projet de passerelle vers Nogent est passé aux oubliettes.
Les promoteurs rôdent autour des emplacements occupés par les guinguettes, et beaucoup d’investisseurs verraient d’un bon œil la liquidation de toutes les activités de loisirs qui occupent encore les rives.
Non seulement ce serait catastrophique pour notre environnement, mais leur disparition constituerait une nouvelle atteinte au tissu économique.
Bal sign

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents