Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 00:09

Le fonds financement solidaire départemental Val de Marne actif pour l'initiative (VMAPI) a expertisé 236 projets en 2014 et financé 153 entreprises, contribuant ainsi à la création ou à la consolidation de 526 emplois.

Avec 2,5 M€ de prêts solidaires décaissés, 1,8 M€ de garanties bancaires mises en place, 53 000 € de primes ou subventions et 14 M€ de prêts bancaires complémentaires, l’association VMAPI (présidée par Patrice Simounet) est l'un des principaux acteurs de l'appui au développement de l'esprit d'entreprendre sur le Val-de-Marne.

En 2014, VMAPI a fusionné avec le FIDEP, fonds dédié à la reprise et au développement des entreprises à potentiel, dans le souci de faciliter l'accès à l'ensemble des financements existants aux créateurs et repreneurs d'entreprise. Ainsi, les cinq anciens fonds locaux sont regroupés dans un organisme unique, affilié aux deux réseaux Initiative France et France Active.

VMAPI compte 12 salariés et plus de 100 bénévoles, dont une quarantaine de parrains, qui ont consacré près de 2 800 heures au développement du tissu des TPE et PME du département.

Repost 0
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 00:04

Sur les 9 premiers mois de l'année 2014, Val de Marne actif pour l'initiative (VMAPI), a expertisé 171 projets de création d’entreprises et en a financé 118, contribuant à 401 emplois.

Ce chiffre comprend 99 nouvelles TPE, 10 reprises d’entreprise et 9 projets relevant de l’économie sociale et solidaire, l’activité enregistrant une légère progression par rapport à la même période de l’année 2013.

Un nouveau produit vient s’ajouter aux financements déjà proposés : le « Prêt d'honneur croissance ». VMAPI a désormais la possibilité d'aider les petites et moyennes entreprises âgées de 3 à 6 ans à financer leur développement. Le dispositif associe un prêt d'honneur (jusqu'à 75 000 €) et l'accompagnement gratuit par un expert-bénévole de l'association.

Pour la 4e année consécutive, l'ensemble des fonds territoriaux France Active d'Ile-de-France, dont VMAPI, se mobilisent pour promouvoir l'entrepreneuriat féminin à travers le concours Créatrices d'Avenir. Le concours, soutenu par la Région Ile-de-France, le préfet de Région, la Caisse des Dépôts, la Caisse d'Épargne et la fondation Raja est doté de 6 prix de 5 000 € chacun. Ils récompensent des cheffes d'entreprise d'Ile-de-France ayant mené des projets d'entreprise remarquables dans les domaines ou secteurs suivants : innovation, quartiers, TPE, ESS, métiers non traditionnellement féminins. Les candidatures sont ouvertes jusqu'au 2 novembre et la remise des prix aura lieu le 9 décembre 2014.

Enfin, les deux associations membres du réseau Initiative France dans le Val-de-Marne, Initiative FIDEP Val-de-Marne et VMAPI, ont décidé le 17 octobre 2014 lors d'une réunion commune à la chambre de commerce du Val-de-Marne de fusionner. Ce sera chose faite le 16 décembre, à l'occasion des assemblées générales extraordinaires des deux structures.

VMAPI assure des permanences les lundis et vendredis dans le tout nouveau Centre de l'entrepreneuriat, qui a été inauguré le 2 octobre dernier au 137, avenue Anatole France à Choisy-le-Roi. D’autres partenaires de la création et de la reprise d'entreprise y sont également, notamment l'association Espace pour entreprendre, l'URSCOP, l'Adie, des cabinets d'expertise comptable... et on peut en profiter pour se restaurer grâce au traiteur Dumay & Co, une entreprise soutenue par VMAPI.

Repost 0
18 juillet 2014 5 18 /07 /juillet /2014 00:09

Il y aurait, à Joinville, environ 400 autoentrepreneurs à l’heure actuelle. Ce dispositif s’adresse à des personnes ayant déjà un autre statut (des salariés, mais également des retraités ou des étudiants par exemple), ainsi qu’à des personnes désireuses de démarrer une activité indépendante.

Le principe de départ de ce statut était de faciliter la création d’activités nouvelles, en adoptant la règle d’une fiscalité et de cotisations sociales proportionnelles aux revenus. Mais, de réforme en révision, cette règle de départ a beaucoup perdu de sa simplicité. Ainsi, il y a dorénavant deux taxes forfaitaires dont doit s’acquitter l’autoentrepreneur, quels que soient ses recettes : ces deux contributions n’existaient pas lors du lancement de ce statut, et elles changent beaucoup de choses.

Un autoentrepreneur disposait en 2011 d’un revenu moyen de 5 430 euros par an. S’il exerce une activité libérale, l’autoentrepreneur percevant cette somme doit payer des impôts nationaux et des cotisations sociales proportionnels à son chiffre d’affaires, respectivement 120 € et 1 336 €. C’était la seule chose qu’il était censé régler autrefois.

Il doit désormais acquitter une contribution à la formation professionnelle de 94 €. Et il est soumis, dès son installation, à un impôt local variant selon les communes, la cotisation minimale de la contribution foncière des entreprises (CFE). À Joinville, la CFE minimale était de 1 701 € pour l’année 2013.

Ainsi, toujours pour un chiffre d’affaires de 5 430 €, un autoentrepreneur va-t-il payer au total 3 251 € en impôts et cotisations. Son gain net sera donc de 1 179 €.

La cotisation minimale CFE fait suite à une décision du gouvernement de Nicolas Sarkozy, de 2010 (art 1647 D du code général des impôts), après la suppression de la taxe professionnelle (dont les autoentrepreneurs étaient exonérés).

Jusqu’ici, les autoentrepreneurs disposaient de franchise pendant les deux premières années de leur activité, une durée qui avait été prolongée à plusieurs reprises – ce qui fait que, pendant quatre ans, les autoentrepreneurs ne payaient rien à ce titre. En 2014, la franchise disparaît et les autoentrepreneurs paieront donc la taxe dès la première année.

C’est la commune qui fixe le montant de la cotisation minimale CFE. Celle de Joinville est plus faible que celle de Vincennes, Nogent et Saint-Maur, mais cette dernière ville a procédé, comme elle en a le droit, à une substantielle réduction depuis l’an passé. Par contre, la cotisation minimale est plus faible à Champigny, et elle est surtout de moitié à Charenton et Saint-Maurice.

Jusqu’ici, la municipalité de Joinville a refusé de délibérer sur cette question.

Repost 0
7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 00:09
Une ressourcerie transgressive

Le réseau France Active finance à la fois de très petites entreprises et des entrepreneurs sociaux. Il compte huit structures départementales, dont, dans le 94, l’association Val de Marne Actif pour l’initiative (VMAPI). Elles comptent 70 salariés et 400 bénévoles.

En 2013, avec 1066 entreprises financées, 8770 emplois créés ou consolidés et 78 millions d’euros mobilisés l’action du réseau a été en hausse de 18% comparé à 2012.

L’année 2013 a été marquée par le déploiement d’un nouveau dispositif de financement et d’accompagnement à destination des jeunes entrepreneurs de moins de 26 ans Cap’Jeunes. Le concours Créatrices d’avenir a vécu sa troisième édition.

C’est le président de VMAPI, Patrice Simounet, qui assure également la présidence du réseau régional.

Parmi les entreprises financées en 2013, une « ressourcerie » val-de-marnaise a été particulièrement remarquée : « Chic ! On ressource » a été fondée par Stéphanie Lacombe, Co-fondatrice, accompagnée par Val de Marne Actif pour l’initiative.

Stéphanie Lacombe, a conçu son projet après sa rencontre avec des personnes investies dans le milieu associatif et souhaitant mettre en commun leurs compétences acquises dans des Amap, Sel...

Tous partagent la même envie qu’elle de « créer une activité autour de l’art et du recyclage et qui serve aux habitants ». Pour la jeune femme qui a travaillé tour à tour dans le commerce, l’immobilier ou l’art avant de se retrouver au chômage, lancer cette ressourcerie « était une évidence ».

Après l’obtention de subventions, d’un prêt par Val-de-Marne Actif pour l’Initiative et d’un local gracieusement prêté par la mairie de Villejuif, la ressourcerie ouvre ses portes à l’automne 2013. Aujourd’hui, le projet s’articule autour de la collecte d’objets et de meubles puis de leur revente à moindre coût dans leur boutique solidaire.

«Notre première braderie a attiré 200 personnes », se félicitent Stéphanie Lacombe et Michel Thomas, les deux dirigeants. Mais ce n’est qu’un début, car ils espèrent pouvoir monter prochainement un atelier de transformation d’objets et de meubles, proposer des ateliers de sensibilisation au développement durable et travailler avec les associations locales.

Au-delà de l’aspect développement durable autour des déchets, la ressourcerie s’inscrit dans une démarche humaine et sociale. « Le but de la ressourcerie est de créer de l’emploi d’insertion », explique Stéphanie Lacombe. Premier pas atteint au printemps 2014 avec l’intégration d’un premier salarié en contrat aidé.

Mais la ressourcerie n’hésite pas à aller sur des terrains non traditionnels. Ainsi, elle accueille en ce moment la « sex-position » de l’artiste X. Leroux qui se veut « inédite, immersive et transgressive. »

La page Facebook de Chic ! On ressource

La ressourcerie de Villejuif Chic on ressource : 123, avenue du colonel Fabien 94800 Villejuif - Tél : 07 60 12 52 30 – messagerie ressourcerievillejuif@hotmail.fr

Stéphanie Lacombe, Chic ! On ressource

Repost 0
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 00:03
15 ans de financement solidaire

Créée en 1999, l’association Val de Marne Actif pour l’initiative (VMAPI), a désormais 15 ans de mobilisation en faveur de la création d’entreprise, de l’emploi et du développement économique dans le Val-de-Marne.

En fait, VMAPI est issue du regroupement en 2011 de quatre structures dont la plus ancienne est Seine Amont initiative (Vitry), rejointe par Initiative Sud Val-de-Marne (Fresnes), Est Val de Marne Initiative (Nogent sur Marne) et Centre Est Val de Marne Initiative (Créteil). La commune de Joinville-le-Pont, qui est une des fondatrices d’Est Val de Marne Initiative, est aujourd’hui adhérente à VMAPI.

Une des particularités de VMAPI, qui adhère à deux réseaux nationaux, Initiative France et France Active, ce sont les nombreux bénévoles qui ont participé au succès de l’association et qui ont donné leur temps et leurs compétences dans le cadre des comités d’engagement ou à l’occasion du parrainage de jeunes entrepreneurs. Au total, 450 bénévoles, ont consacré 13 000 heures de bénévolat au cours de ces 15 ans.

À l’occasion de l’anniversaire, le 6 juin 2014, le président Patrice Simounet, ancien dirigeant d’Air France KLM, et ses partenaires ont distingué deux entrepreneurs : ID Froid qui a reçu le « prix de la 1000ème entreprise » financée par VMAPI et Emmaüs La Friperie Solidaire, qui s’est vu attribuer le « prix de l’entreprise sociale remarquable » pour ses 47 emplois créés.

15 ans avec VMAPI en chiffres

1 104 entrepreneurs financés, dont 1028 très petites entreprises (TPE) et 76 structures de l’économie sociale et solidaire (ESS).

2 959 emplois créés ou maintenus grâce aux moyens mis à disposition par l’association.

11 560 738 € de prêts aidés qui ont permis de lever 49 554 455 € de prêts bancaires avec un effet de levier de 4,29 (un euro prêté par VMAPI permet de mobiliser 4,29 € auprès de banques).

Sur les 1104 entreprises financées depuis 15 ans, 873 sont toujours en activité dont 808 TPE et 65 structures sociales et solidaires, avec une pérennité de plus de 80% après cinq ans d’existence.

Site internet : www.vmapi.org

Philadent, entreprise financée par VMAPI

Repost 0
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 08:30

L’association Développeurs sans frontières, réseau d’experts de l’appui à la création et au développement d’entreprises organise avec le soutien du Centre national de l’entrepreneuriat du Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) un débat sur la Diffusion internationale des savoir-faire en matière d'appui à la création et au développement d'entreprises.

Seront particulièrement étudiés les liens avec les pays en développement, et notamment ceux d’Afrique noire et du bassin méditerranéen.

Selon Développeurs sans frontières, association présidée par André Jaunay, beaucoup de savoir-faire apparaissent à la fois « efficaces, peu coûteux, à forts effets pédagogiques, appropriables par les territoires et transférables d'un pays à l'autre. »

Par exemple, le réseau estime que si le microcrédit a montré la voie, les fonds de prêts d’honneur, les dispositifs de formation, les couveuses, les réseaux d’investisseurs, etc. peuvent également se diffuser très largement. C’est le sens de la manifestation que Développeurs sans frontières avec organisée à Alexandrie (Égypte) en 2008 ou des missions qu’elle a conduite au Burkina Faso et en Guinée.

Pour les organisateurs de la manifestation, les grands réseaux d’appui ont pris conscience des enjeux de cette diffusion et ont créé des services dédiés à la coopération internationale.

Le débat permettra d’aborder les questions suivantes : y a-t-il des modèles universels en matière d’appui à la création ou au développement d’entreprises ? Quel est le rôle des institutions et celui de la société civile ? Comment préserver l’originalité des dispositifs d’appui ? Quel lien avec une approche territoriale ?

Les intervenants sont des responsables de grandes organisations engagées dans des actions internationales. Seront notamment présents Maria Nowak, ancienne présidente de l’Adie (Association pour le droit à l’initiative économique) et du Réseau européen de la microfinance, Jean-Pierre Worms, ex-président de France Initiative et de la Fonda, Denis Pansu, Carrefour des Possibles, Jean-Pierre Martin, président de l’Union des couveuses, Jean-Claude Bouly, directeur de l’école Management et société et professeur au Cnam.

La manifestation se tient dans le cadre de Convergences 2015, un forum international d’échange sur les questions du développement.

La manifestation a lieu le lundi 24 octobre 2011 de 18h à 20h au CNAM, 292, rue Saint-Martin 75003 Paris

Métro : Réaumur - Sébastopol

Amphithéâtre Abbé Grégoire (plan joint).

Voir plan d’accès

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans création d'entreprises
commenter cet article
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 23:02

J’ai fait partie des fondateurs de Seine Amont initiative il y a onze ans, et je suis aujourd’hui un des dirigeants de VMAPI.

Ø      Le site de VMAPI : www.valdemarneactif.org

 Simounet.jpg Patrice Simounet

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans création d'entreprises
commenter cet article
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 23:05

Le conseil régional d’Île de France lance la troisième édition de sa convention d’affaires pour la création d’entreprise dans les quartiers (CréaRIF Quartiers). Les deux précédentes avaient été organisées en 2007 par l’association Eveilleco en 2008 et 2010 en partenariat avec le Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) à Saint Denis. La manifestation 2011 sera signée de la chambre régionale du commerce et de l’industrie de Paris Île de France (CRCI).

Elle impliquera également l’ensemble des réseaux d’appui à la création d’entreprise.

CréaRIF Quartiers vise à mettre en relation des personnes ayant une envie, une idée ou un projet de création d’entreprise avec les ressources techniques ou matérielles nécessaires pour faire avancer le projet. Le public concerné est constitué des habitants des quartiers couverts par la politique de ville et par ceux qui veulent y implanter leur activité.

Plusieurs rencontres territoriales sont organisées pour détecter les porteurs d’idées et d’intentions d’entreprendre par les chambres consulaires départementales.

Les dossiers de candidature sont à déposer en ligne avant le vendredi 9 septembre 2011. La date de la manifestation n’est pas encore connue.

Ø      www.crearif2011.fr

Crearif-quartiers-2011.jpg


Repost 0
Published by Benoit Willot - dans création d'entreprises
commenter cet article
25 juillet 2010 7 25 /07 /juillet /2010 23:08

Le conseil régional a déjà développé, avec l’Agence pour la création d’entreprises (Apce) un site baptisé Creersaboite.fr qui donne un panorama exhaustif de l’appui à la création d’entreprises dans l’ensemble de la région, avec en particulier une présentation de tous les organismes intervenants, avec leur description et coordonnées, ainsi que des programmes d’appui.

En complément, un petit site permet de visualiser plus précisément ce qu’il en est des aides aux chômeurs créateurs ou repreneurs d’entreprise dans le cadre du dispositif Nouvel accompagnement à la création et reprise d’entreprise (Nacre).

Ce dispositif assure un accompagnement avant et après la création ou la reprise d’une entreprise, ainsi qu’un financement complémentaire.

En Île de France, 243 opérateurs ont été labellisés dans le cadre du dispositif Nacre. Cependant, seuls 57 d’entre eux bénéficient d'un conventionnement qui leur permet de proposer un accompagnement gratuit et de faire bénéficier les porteurs de projets du prêt Nacre, consenti à taux zéro.

Les opérateurs qui vous accompagnent sont des professionnels de la création-reprise d’entreprise labellisés par l’Etat et la Caisse des dépôts. Ils peuvent être publics, privés, associatifs...Le label Nacre garantit qu’ils maîtrisent les problématiques propres à la création-reprise d’entreprise, en particulier celles des créateurs éloignés de l’emploi à qui ils offrent un service de qualité. Les sont au nombre de, parmi eux, aux créateurs/repreneurs d'obtenir financé par l'Etat.

Nacre est financé par l’État et par la Caisse des dépôts et consignations. En 2009, 21 000 personnes en ont bénéficié en France, dont environ 2 500 en Île de France.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans création d'entreprises
commenter cet article
21 juillet 2010 3 21 /07 /juillet /2010 23:03

La région Île de France représente en 2009 près du quart des créations d’entreprises (avec selon l’Apce 130 500 créations sur 580 000, auto-entrepreneurs inclus). Cependant, elle n’a eu droit qu’à une part moitié moindre du nombre de places d’accompagnement dans le cadre du Nouvel accompagnement à la création et reprise d’entreprise (NACRE).

L’origine vient, en partie du fait que pour calculer le nombre de places proposées, les partenaires de Nacre (État et Caisse des dépôts et consignations) se sont basés sur la consommation des aides aux chômeurs créateurs. Or, on constate qu’elles sont peu utilisées dans la région capitale. La Dares, service des études du ministère du travail, vient de publier une étude qui explique « La sous-mobilisation de l'aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs d'entreprise en Ile-de-France », intitulée « Chômeurs créateurs ou repreneurs d’entreprise en Ile-de-France » (n° 154 de juin 2010).

Ainsi, le taux d'accès à l'Accre (Aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs d’entreprises) des créateurs est en Île de France de 27,7% (tous créateurs confondus) alors qu’il est de 37,0% dans les autres régions. Pour les seuls chômeurs déclarés, ce taux est de 60,2% en région parisienne, et des 72,3% dans le reste du territoire national.

Réalisée par Catherine Daniel (Dares) et Chloé Mandelblat (DRTEFP Ile-de-France), l’analyse montre qu’il y a une « insatisfaction de nombreux bénéficiaires de l’Accre sur l’accompagnement à la création », qui est corroborée par « le regard critique porté par l’ensemble des acteurs de la création sur la structuration du réseau d’appui : des structures trop nombreuses, trop éparpillées et souvent mal coordonnées. »

Il y a cependant d’autres pistes d’explication. Selon Catherine Daniel et Chloé Mandelblat, la forte prépondérance du statut de société en gérance majoritaire ou minoritaire non rémunérée peut faire obstacle à l’utilisation de l’Accre. La multiplication des sociétés dans la région trouve vraisemblablement son origine dans le contexte socio-économique de l’Ile-de-France. Les secteurs privilégiés de création (services aux entreprises, activités innovantes) demandent peu d’investissement et de partenariat financiers et sont susceptibles d’évolutions rapides. La souplesse de la SARL répond à ces besoins.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans création d'entreprises
commenter cet article

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes