Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 22:18

Le nouveau ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, n’est pas un inconnu à Joinville-le-Pont. Ce professeur de droit public fut en effet recteur de l’académie de Créteil entre 2007 et 2009.

Il vécut alors dans une villa du quartier de Palissy et inscrivit sa progéniture dans les établissements scolaires de la commune.

Nommé ensuite directeur général de l'enseignement scolaire (DGESCO) au ministère de l'Éducation nationale, il était depuis juin 2013 directeur général du groupe ESSEC, bas à Cergy-Pontoise.

Âgé de 52 ans, Jean-Michel Blanquer rejoint ainsi Roger Bambuck dans la petite liste des Joinvillais ayant accédé à un maroquin ministériel.

Bravo à lui, et bon travail à tout le nouveau gouvernement qui allie dans un cocktail étonnant de franches compétences avec des personnalités issues de l’écologie, du socialisme, des radicaux gauche ainsi que du centre et de la droite modérée.

Jean-Michel Blanquer 2012 Wikipédia

Repost 0
26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 14:07
Acharnement anti-navette

Un des premiers actes du nouveau maire de Joinville, Olivier Dosne (alors divers droite), fraîchement élu en 2008, avait été de supprimer au cours de l’été une des deux navettes scolaires existantes à Joinville-le-Pont.

L’objectif des navettes était de permettre aux enfants éloignés de rejoindre leur école grâce à des transports collectifs. En effet, la situation des établissements d’enseignement de la rive droite de la Marne au sud de la commune fait que les résidents du quartier de la Marne ont une distance conséquente à franchir (2 200 mètres entre l’avenue de Diane et l’école du Parangon), sur des axes encombrés et non desservis par des transports publics.

En juillet 2008, l’arrêt de la navette scolaire Mermoz avait été décidé, selon le communiqué de la municipalité « afin d’optimiser l’organisation et les services offerts par les écoles » en assurant que « cette suppression permettra de proposer davantage de sorties scolaires. »

Depuis, on n’a constaté aucune augmentation des sorties scolaires.

La disparation de la première navette était certes discutable, mais il y avait des alternatives (bus 112 notamment).

Le deuxième mandat d’Olivier Dosne (Ump) se présente de la même manière que le premier.

Annoncée cet été, la fin de la deuxième navette va poser un véritable problème, car là, il n’y a pas d’option raisonnable autre que la voiture individuelle : aucun bus ne passe sur le quai de la Marne où il n’y a pas non plus de voie cyclable. La mairie a annoncé discrètement qu’elle ne reprendrait pas le ramassage des élèves à la rentrée.

Parents d’élèves et riverains ont lancé une pétition pour protester et demander le maintien de la desserte de leur quartier, déjà bien pauvre en équipements.

À l’échelle de Joinville, c’est une nouvelle suppression d’un service public.

Repost 0
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 00:01

Selon le journal L’Hôtellerie Restauration (16/11/2012), Christelle Le Breton, chef gérante du lycée privé Robert Schuman de Joinville-le-Pont a remporté la deuxième édition du concours culinaire Sherpas d'or 2012 qui s'est tenu le 15 novembre à l'école Le Cordon Bleu (Paris XVe).

Le jury a apprécié « ses qualités culinaires et créatives associées à la grande maîtrise des règles d'hygiène et de sécurité des aliments ». Elle remporte un séjour pour deux personnes à Venise. 

Le thème de la compétition était « Créativité et terroir ». Les huit finalistes devaient réaliser en 3 heures 20 une recette de tarte aux pommes en textures modifiées et revisiter la Poule au pot en mettant en avant la volaille de Bresse.

Le jury était présidé par Mathieu Barbet, chef étoilé du Château de Codignat.

 

Lebreton_Christelle.jpg

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans écoles & collèges
commenter cet article
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 00:06

Le commissaire enquêteur, dans son rapport sur la Zac des Hauts de Joinville remis le 6 mars 2010, avait émis des conditions suspensives à son avis favorable, notamment celle-ci : la participation financière de l’aménageur « devra être substantiellement augmentée. »

Il remarquait en effet que l’utilité publique du projet serait remise en cause si la charge financière que les Joinvillais devront supporter était souvent trop importante, comme il le remarquait, « les équipements nouveaux utiles aux Joinvillais et aux futurs nouveaux résidents sont peu nombreux. »

Nous avions souligné pertinemment la forte baisse à la fois du volume des équipements prévus, mais aussi la part que finançait la société chargée de construire ce nouveau quartier.

Dans le projet Dosne, elle se monte à 3,08 millions d’euros (8,8% du coût total du projet de Zac). Dans la version précédente, l’apport était de 4,53 millions d’euros (9,3%).

Encore faut-il savoir que le financement était affecté à des investissements qui ont, pour une grande part, été abandonnés. Si la crèche reste prévue (bien que ramenée de 60 à 34 berceaux), le projet phare, à savoir un « équipement culturel et sportif » est reporté à un avenir plus qu’incertain. L’espace vert, lié à la démolition de l’ancien gymnase, est fortement remis en cause. Quant à l’aménagement d’un parking sous la place du 8 mai 1945 (le marché), il n’en est plus du tout question.

En conséquence, l’aménageur sera dispensé de verser sa part, puisqu’il n’y aura peu d’investissement.

Par contre, la commune va devoir dépenser des sommes conséquentes sur de nouvelles opérations qui, de manière incroyable, n’avaient pas été incluses dans le programme initial de la Zac. C’est le cas de l’école du Centre. Depuis le début, on savait qu’il y aurait, au minimum, 40 enfants de plus à accueillir en maternelle. Mais, le discours officiel est : « il y a de la place dans les écoles, pas la peine de prévoir un agrandissement. »

Avant même que ne soient livrés les premiers appartements, cet incohérent optimisme appartient maintenant au passé. La ville vient de lancer en septembre 2012 une étude sur l’extension de cette école. En conséquence, les frais ne sont pas compris dans le programme de la Zac, comme cela aurait été normal ; et la reconstruction ou les extensions seront intégralement à la charge exclusive de la ville, puisque le besoin n’avait pas été indiqué dans le contrat liant la commune et la société Eiffage.

Il faut agrandir et repenser l’école du Centre. Il aurait été normal que l’aménageur des 570 nouveaux logements participe à cet équipement indispensable au cœur du quartier. L’imprévoyance de la majorité municipale fait qu’en fin de compte, les contribuables joinvillais seront les seuls à en supporter le coût.

Marc Verstraete

Centre.jpg

 L'école du centre

Repost 0
Published by Marc Verstraete - dans écoles & collèges
commenter cet article
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 19:06

François-Guillaume, élève en classe de sixième au collège Jules Ferry de Joinville-le-Pont, a été renversé par une voiture mardi 15 novembre, près de son domicile à Champigny. Il est décédé jeudi 17 des suites de ses blessures. Pratiquant le football, il était scolarisé à Joinville parce qu’il avait intégré la section sportive de l’établissement de Polangis.
Selon les informations de la police municipale, confirmées par le principal du collège et transmises par Virginie Tollard, maire adjointe à la vie scolaire de Joinville, le jeune garçon n’aurait pas respecté des règles de sécurité en traversant le carrefour.
Les enfants de sa classe ont été très touchés et l'Éducation nationale a mis à leur disposition un psychologue. Enseignants et parents ont manifesté leur sympathie à la famille.
Même si aucune faute particulière ne semble à incriminer et que l’enfant a été victime d'un accident, la présidente de l’association de parents d’élèves Fcpe pour le bas de Joinville, Stephanie Monge-Duplaix, assure que le drame réveille « un sentiment d'insécurité et d'impuissance ».
Joinville, comme Champigny sont traversés par de grands axes routiers dangereux. Il appartient aux parents de transmettre les bons réflexes aux enfants. Mais il revient également aux communes comme au département de réfléchir aux aménagements qui diminuent la dangerosité de ces voies. La Fcpe entend « réclamer à chaque conseil d'école » la réalisation de travaux de sécurisation de l’avenue Galliéni à Joinville.

  groupe-scolaire-jules-ferry-joinville-le-pont.jpg   Le collège Jules Ferry

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans écoles & collèges
commenter cet article
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 23:02

Les élections pour désigner les représentants des parents d’élèves dans les conseils d’administration des deux collèges ainsi que dans les conseils d’école des huit établissements primaires et maternels de Joinville a eu lieu les 14 et 15 octobre 2011.

La participation au scrutin est étale à 30% des électeurs inscrits.

Trois organisations présentaient des listes à l’instar des années précédentes. Une seule, l’Unaape (autonomes), est implantée dans les dix établissements. La Fcpe (gauche) avait des listes dans huit d’entre eux et la PEEP (droite) n’était plus présente que dans quatre.

l’Unaape reste largement en tête et gagne un siège. Elle est majoritaire dans les Hauts de Joinville.

La Fcpe gagne un siège et le mène largement dans les écoles de Polangis et de Palissy, ainsi que dans les deux collèges. Si elle dispose, à nouveau, d’une liste à l’école du Centre, elle n’est plus en lice à l’école Eugène Voisin et reste absente de la maternelle La Fontaine.

La PEEP, absente des écoles du Hauts de Joinville, conserve ses sièges.

Au total, il y avait un siège à pourvoir de plus.

 

Les résultats ont été les suivants :

Résultats 2011

Sièges

Fcpe

PEEP

Unaape

Écoles maternelles

24 (-1)

9 (-1)

2 (=)

13 (=)

Écoles primaires

42 (+2)

17 (+1)

3 (=)

22 (+1)

Collèges

12 (=)

6 (=)

2 (=)

4 (=)

Total 2010

78 (+1)

32 (=)

7 (=)

39 (+1)

 

·         Retrouvez toutes les données électorales concernant Joinville-le-Pont sur le site « Les élections à Joinville ».

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans écoles & collèges
commenter cet article
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 22:26

Le scrutin pour désigner les représentants des parents d’élèves dans les conseils des écoles et dans les conseils d’administration des collèges et lycées se tient les 14 et 15 octobre 2011.

À Joinville-le-Pont, il se tiendra dans le contexte de la longue lutte menée (sans résultat à ce jour) par les parents de la maternelle P’tit Gibus pour essayer de convaincre l’éducation nationale de renoncer à fermer une classe.

Trois associations présentent des listes, à l’instar des années précédentes,: la Fédération des conseils de parents d’élèves des écoles publiques (Fcpe), la Fédération des conseils de parents d’élèves des écoles publiques (PEEP) et l’Union nationale d’associations autonomes ou indépendantes de parents d’élèves (L’Unaape).

En octobre 2010, la Fcpe avait continué à se renforcer à Joinville-le-Pont, au détriment de la PEEPP. L’Unaape, bien implantée dans les quartiers des Hauts de Joinville, reste la formation la plus influente.

 

Résultats 2010

Sièges

Fcpe

PEEP

Unaape

Écoles maternelles

25

10

2

13

Écoles primaires

40

16

3

21

Collèges

12

6

2

4

Total 2010

77

32

7

38

Variation 2009

-1

+1

-1

=

Nb : en 2009, il y a avait un siège non pourvu

·         Retrouvez toutes les données électorales concernant Joinville-le-Pont sur le site « Les élections à Joinville ».

DSCN0810.JPG


Repost 0
Published by Benoit Willot - dans écoles & collèges
commenter cet article
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 22:16

On sait que les parents d’élèves de l'école maternelle P'tit Gibus à Joinville-le-Pont se battent, avec leurs trois associations, Fcpe, Unaape et Peep, pour obtenir la réouverture de la sixième classe, fermée alors que l’effectif est au-dessus du seuil annoncé pour son maintien.

Lors du conseil municipal du 26 septembre, l’ensemble des élus ont voté un vœu en faveur de ce maintien. Le maire, Olivier Dosne (Ump) s’est plaint de la façon dont il avait été traité par le ministre de l’éducation, Luc Chatel, qu’il voulait rencontrer lundi sur ce sujet : « j’ai été reçu par le chef de cabinet adjoint… ce n’est pas de cette façon qu’on traite un député UMp ! » Aucune promesse ne lui a d’ailleurs été faite à cette occasion.

Mais l’unanimité des élus, pas plus que la détermination des parents ne semblent avoir eu d’effet. Une délégation des parents de la maternelle a été reçue par le chef de cabinet du préfet du Val de Marne et par trois inspecteurs de l’Éducation nationale mercredi 28 septembre 2011 à 14h30. Ils en sont ressortis, selon la Fcpe, « sans réponse, ni espoir ». Pour les fonctionnaires, il n’y a « plus de budget » ni d’enseignants disponibles.

Devant le Conseil départemental de l’Éducation nationale (CDEN), réuni ce même mercredi à 15h, c’est l’Inspecteur d'académie, Pierre Moya, qui allait mettre les points sur les « i ». La question de la maternelle Joinvillaise, emblématique, lui a permis de confirmer ce qu’on croit avoir compris : le service public est nu. Mais, selon les représentants des parents d’élèves et les syndicalistes qui assistaient au CDEN, Pierre Moya a été beaucoup plus loin ; il a désigné un responsable de la situation.

Selon celui qui dirige les services départementaux de l’Éducation nationale, il y a un fautif et c’est Olivier Dosne. Rappelant qu’il est aussi député, il souligne que c’est lui qui a voté la suppression de 16 000 postes cette année parmi les enseignants. En soutenant la réduction du corps professoral, en ayant orienté des enfants vers d’autres écoles, en ne participant pas à la première rencontre à l’inspection académique à la rentrée, le maire, malgré un soutien de façade à l’action des parents, a contribué à une situation qu’il dénonce aujourd’hui.

La majorité de droite dépouille l’Éducation nationale, puis ses membres se plaignent qu’elle ne peut répondre aux besoins, bien réels, des habitants. Pierre Moya aura ainsi donné une leçon de morale politique au sein de l’instance consultative de la politique éducative dans notre territoire.

C’est tout à fait inhabituel, d’autant que la dénonciation a été répétée, mais je ne peux que souhaiter avec lui le retour d’un certain sens moral dans l’action publique.

En attendant, les parents d’élèves restent mobilisés et en colère. Ils espèrent encore, malgré tout, la nomination d’un éducateur de vie scolaire pour aider une des institutrices. Et ils réclament d’être reçus, au plus vite, par le maire.

 

DSCN0809

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans écoles & collèges
commenter cet article
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 16:09

Depuis la rentrée, les parents d'élèves de l'école maternelle P'tit Gibus et leurs trois associations, Fcpe, Unaape et Peep, ont lancé une action pour obtenir la réouverture de la sixième classe, fermée alors que l’effectif est au-dessus du seuil annoncé pour son maintien.

L’école du quartier de Palissy, à Joinville-le-Pont, se voit obligée en effet d’entasser des enfants à plus de 30 dans toutes les classes et les maîtresses doivent, en outre, s’occuper de 3 enfants présentant un handicap.

L’action des parents a obtenu de nombreux soutiens : ceux des élus de gauche dès le début, de la municipalité ensuite. Un vœu devrait être présenté au conseil municipal lundi 26 septembre et des banderoles ont été accrochées sur la mairie et sur l’école elle-même.

Au sein du conseil départemental de l’éducation, les syndicats Cfdt et Unsa ont soutenu les démarches engagées. Le syndicat Force ouvrière des agents territoriaux de Joinville a également publié un communiqué appuyant la démarche.

Mais, jusqu’ici, aucune solution n’a été proposée. Aussi, les associations, après avoir consulté les parents, les enseignants et les personnels ATSEM ont décidé de passer à des actions plus radicales pour tenter de se faire entendre.

Lundi 26 septembre, les classes seront bloquées, les enfants étant conduits vers les lieux collectifs. Si rien ne bouge, ce sera finalement l’école qui sera carrément fermée.

Mais espérons que d’ici là le bon sens sera revenu, du côté de l’inspection académique, et que la sixième classe rouvrira.

Manifestations-2061.jpg


Une vidéo de la Fcpe du Doubs explique le mécanisme des fermetures de classe.


Repost 0
Published by Benoit Willot - dans écoles & collèges
commenter cet article
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 22:25

Les parents d'élèves de l'école maternelle P'tit Gibus dans le quartier de Palissy, à Joinville-le-Pont, occupent les locaux pour protester contre les conditions de rentrée.

Voici le constat qu’ils ont fait : l’école compte 5 classes de 31 enfants ; toutes les classes sont à double niveau ; 8 enfants nés en janvier 2009 et placés en liste d'attente ont été refusés à la rentrée. Enfin, 3 enfants présentant un handicap sont scolarisés sans assistants de vie scolaire (AVS), malgré la surcharge des classes.

Les parents sont restés en nombre devant d'école en début de matinée et une dizaine d'entre eux se sont installés dans le bureau de la directrice toute la journée. Ils sont responsables de la porte d'entrée de l'école.

Les conseillers municipaux de l'opposition sont passés soutenir le mouvement et Virginie Tollard, maire adjointe, est venue représenter la mairie.

À la demande expresse des associations de parents, Fcpe, Unaape et Peep, l’inspecteur de circonscription de l’éducation nationale, M. Vergeylen est venu à l’école. Il a proposé de transféré des enfants vers l’école du quartier de Polangis, mais les parents, qui savent que l’école en question est déjà bien chargée, n’ont pas accepté.

Pour les représentantes de la Fcpe, Nadia Catenne et Stéphanie Monge-Duplaix les programmes immobiliers actuellement prévus devraient apporter « environ 2 000 joinvillais en plus dans les 3 ans. »

Face à l’intention des parents de poursuivre l’occupation jusqu’à ce qu’ils obtiennent satisfaction, un rendez-vous a été pris avec Mme Rohée, inspectrice d'académie adjointe, pour mercredi 14 septembre.

Les représentants des parents ont enfin décidé d’informer, par courrier, William Marois, recteur de l'académie de Créteil, qui peut observer l’école maternelle en voisin pour qu’il réside à quelques mètres de là.

DSCN0811.JPG

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans écoles & collèges
commenter cet article

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes