Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

Archives

5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 23:08

Tribune libre des élus de gauche de la liste Joinville en mouvement, parue dans « Joinville-le-Pont magazine » (septembre 2011).

Retrouvez les anciennes tribunes libres sur la page : Tribunes libres de la liste Joinville en mouvement.

 

La crise économique et sociale fait l’actualité de la rentrée, après avoir marqué tout l’été. Il s’agit aussi d’un évènement politique, alors qu’en 2012 il faudra choisir non seulement un nouveau président mais également une nouvelle majorité à la chambre des députés.

En juin, une partie des forces progressistes a déjà sélectionné, après de nombreux débats publics, ses candidats pour l’élection présidentielle ; une autre étape sera franchie en octobre.

Les membres du front de gauche, qui réunit le parti communiste et le parti de gauche, ont désigné Jean-Luc Mélenchon, député européen et ancien sénateur de l’Essonne. Quelques semaines plus tard, les écologistes ont préféré Éva Joly, elle aussi parlementaire à l’assemblée de Strasbourg.

En octobre, les socialistes et les radicaux de gauche vont proposer, dans des primaires ouvertes à tous les citoyens qui se reconnaissent dans les valeurs de la gauche, de voter pour celui ou celle qui les représentera.

Ce processus démocratique tranche avec ce qui se passe à droite : là, ni débat, ni scrutin. Comme si, même au vu de la gravité de la situation, on pouvait se contenter de ressortir les mêmes arguments qu’en 2007.

À Joinville, on constate ce que c’est une politique sarkozyste : suppression des services publics, mépris du social, abandon de toute ambition économique, mépris pour les associations. La municipalité a fermé Agora Joinville emploi, juste avant que l’État ne supprime l’agence locale pour l’emploi. Le maire a rayé d’un trait de plume, au mépris de la loi, la structure d’accueil des sans-abris, et cette année, alors que le mal-logement s’aggrave, c’est le gouvernement qui baisse les crédits pour accueillir les personnes à la rue. Le service municipal de prévention en matière de santé a été arrêté, quelques mois avant que la sécurité sociale ne quitte définitivement ses locaux joinvillais.

Les tensions économiques existent certes partout, mais Joinville est en pointe dans la destruction d’unités de production : départ d’une entreprise de lunetterie, qui laisse une friche en voie de dégradation rue de la Liberté, liquidation quasi complète de l’industrie du cinéma, autrefois emblématique de la cité, réduction des guinguettes…

En 2012, il faudra tirer le bilan de l’action des élus de 2007, dont le président Nicolas Sarkozy et le député Olivier Dosne. Il y aura une alternative, à gauche, et vous aurez votre mot à dire.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Gauche
commenter cet article
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 23:04

On votera à Joinville également - prochainement des détails sur l'organisation du scrutin.

logo primaire.jpg

 

LES PRIMAIRES CITOYENNES

 

Qu’est-ce que c’est ?

Le PS, le PRG et des élus républicains de gauche donnent aux citoyennes et aux citoyens un droit nouveau en organisant les premières Primaires ouvertes pour désigner leur candidate ou leur candidat à l’élection présidentielle de 2012.

 

Qui peut voter ?

Tous les électeurs inscrits sur les listes électorales avant le 31 décembre 2010, à la condition de s’acquitter d’un euro minimum et de signer la charte d’adhésion aux valeurs de gauche.

 

Où voter ?

Pour connaître votre bureau de vote, merci de consulter cette page.

 

C’est quand ?

Les Primaires auront lieu les dimanches 9 et 16 octobre 2011 (1er et éventuel 2nd tour) de 9H à 19H.

 

Qui sont les candidats ?

  • Arnaud Montebourg
  • Martine Aubry
  • Jean-Michel Baylet
  • Manuel Valls
  • François Hollande
  • Ségolène Royal

 

Comment rester informé sur les Primaires ?

Les dernières informations 

http://www.lesprimairescitoyennes.fr/

http://www.ps94.fr/

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Gauche
commenter cet article
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 22:30

À gauche, la norme semble être l’organisation d’élections primaires pour la désignation de candidats en vue de l’élection présidentielle d’avril et mai 2012, soit à l’intérieur d’un parti, soit dans une coalition.

L’idée d’une seule primaire pour toute la gauche ne semble pas avoir eu beaucoup de succès, malgré des appels en ce sens comme Gauche 2012, lancé par le club de l’ancien ministre socialiste Paul Quilès, Gauche avenir, qui veut organiser des « états généraux de la gauche » pour assurer un « rassemblement sur un manifeste commun », préalable « avant tout choix de candidatures. »

Trois groupements au moins ont annoncé leur intentions de mettre en place de telles primaires, avec des modalités assez différentes.

Les premiers à voter seront les communistes, qui se prononceront du 16 au 18 juin 2011 sur trois noms. Jean-Luc Mélenchon, président du Parti de gauche et député européen, allié du Pcf au sein du Front de gauche a obtenu le 4 juin le soutien de la majorité des délégués communistes à la conférence nationale du Pcf. Il devrait être en concurrence avec André Chassaigne, député Pcf du Puy-de-Dôme et Emmanuel Dang Tran, responsable de la section PCF du 15e arrondissement de Paris. Mélenchon soutient une candidature au nom du Front de gauche, les deux autres veulent un candidat communiste. Le vote est réservé aux membres du parti communiste.

Les seconds seront les écologistes. Europe Écologie – Les Verts (EELV) a enregistré quatre candidats le 15 mai 2011 : Nicolas Hulot, animateur de télévision, ancien président de la Fondation pour la nature et l’Homme, Eva Joly, députée européenne, Stéphane Lhomme, président de l’Observatoire du nucléaire et Henri Stoll, maire de Kaysersberg, conseiller général du Haut-Rhin. La liste officielle sera connue le soir du 5 juin, date limite de dépôt des 200 parrainages nécessaires pour valider la candidature.

Le scrutin aura lieu le 24 juin 2011, un éventuel second étant programmé le 9 juillet 2011. Pourront voter l’ensemble des membres de la coopérative Europe Écologie – Les Verts qui auront versé une cotisation de 10 euros avant le 9 juin 2011, même s’ils ne sont pas membres du parti politique EELV.

Les votants devront souscrire à la charte des verts mondiaux adoptée à Canberra (Australie) en 2001 et aux valeurs fondatrices du rassemblement des écologistes. On peut s’inscrire et remplir les formalités afférentes par internet.

Les derniers à se prononcer seront les socialistes, qui ont programmé des primaires ouvertes les 9 et 16 octobre. Des radicaux de gauche pourraient y participer également. Les candidats seront connus en juillet.

Enfin, le Mouvement républicain et citoyen envisage de présenter son fondateur, le sénateur Jean-Pierre Chevènement. Aucune primaire n’est envisagée.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Gauche
commenter cet article
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 23:06

Lancé en 2008 par Jean-Luc Mélenchon, député européen et candidat potentiel à l’élection présidentielle, le Parti de gauche (PG) dispose d’un certain enracinement dans le Val de Marne. Il a tenu en janvier 2009 son congrès fondateur à Limeil-Brévannes, ville dont le maire et conseiller général, Joseph Rossignol, est membre de la formation, associée au Pcf au sein du Front de gauche.

Depuis les dernières élections cantonales, l’assemblée départementale compte d’ailleurs un groupe « Front de gauche », dont il est membre avec les élus communistes.

Dans le département, la formation compte 17 élus municipaux dans des villes dirigées par la gauche, à Champigny, Chevilly-Larue, Fontenay, Limeil-Brévannes, Ivry, Noiseau, Vitry.

Le PG est organisé en six comités dont un, baptisé comité 3 « Grand Est ». L’animateur en est Hasni Jéridi, de Joinville-le-Pont, candidat remplaçant à Nogent lors des cantonales de mars 2011.

Dans le bulletin départemental du PG, en mars, Hasni Jéridi indiquait que « la révolution citoyenne est en marche de l’autre côté de la Méditerranée » et la qualifiait de « Dégage Attitude. »

Dans le premier bulletin du comité local (La lettre, n° 1, mai 2011), le PG commente ainsi la situation de Joinville-le-Pont : « le maire Ump préfère provisionner une amende de 16 000 € sur le budget municipal plutôt que d’ouvrir les places d’hébergement d’urgence obligatoires de par la loi SRU. »

Jeridi_Melenchon_2011.jpgJean-Luc Mélenchon et Hasni Jéridi, 2011

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Gauche
commenter cet article
28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 23:01

Une des conséquences de l’élection régionale de mars 2010 aura été départ de Jacques Perreux du groupe communiste au conseil général du Val-de-Marne. Après avoir soutenu José Bové lors de l’élection présidentielle, l’élu de Vitry sur Seine, vice-président chargé de l'eau au sein l’assemblée départementale, a en effet été élu conseiller régional au titre d’Europe écologie. Il avait déjà quitté le Pcf en décembre 2009. Sans quitter ses fonctions dans la majorité de Christian Favier (Pcf) au sein du conseil général, Jacques Perreux a rejoint le troisième groupe de la majorité (après ceux du Pcf et du Ps), la Gauche citoyenne (4 élus dorénavant).

La Gauche citoyenne dans le Val-de-Marne se présente comme « un réseau politique » implanté essentiellement dans l’ouest du département. Le mouvement est constitué de 11 associations locales (Arcueil, Cachan, Gentilly, Champigny-sur-Marne, Chevilly-Larue, Limeil-Brévannes, Orly, Villeneuve-le-Roi, L’Haÿ-les-Roses, Villejuif), comptant 50 élus dont trois maires (Orly, Arcueil, Limeil-Brévannes) et 300 adhérents.

À Champigny, le groupe adhérent à la Gauche citoyenne est le Forum des Boucles de la Marne, une association créée en 1995, qui annonce avoir 150 adhérents. Le Forum est présidé par Jean Marie Lagache. Il compte un conseiller municipal, Yves Fuchs, qui se situe dans l’opposition et a voté contre le budget 2010 présenté par le maire, Dominique Adenot (Pcf). La liste Entente Citoyenne avait obtenu 1228 voix et 5,45% lors des municipales de mars 2008.

En février 2010, Christine Janodet, maire d’Orly avait organisé un débat entre toutes les têtes de liste départementales de gauche. Les militants des groupes de la Gauche citoyenne avaient pris position où s’étaient présentés sur les trois listes de Jean-Paul Huchon (Ps), Cécile Duflot (Europe écologie) ou de Pierre Laurent (Front de gauche).

 Jacques Perreux, conseiller général du Val de Marne

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Gauche
commenter cet article
31 mai 2009 7 31 /05 /mai /2009 23:04

Nous continuons l’examen des résultats des précédents votes pour le parlement de Strasbourg, afin d’éclairer les enjeux autour du scrutin du 7 juin 2009 pour renouveler les eurodéputés.

Dans cet article, nous regardons ce qu’il en est des suffrages accordés à des formations trotskistes. Trois d’entre elles se sont présentées lors de ces scrutins : Lutte ouvrière (LO) a systématiquement proposé des listes. La Ligue communiste révolutionnaire (Lcr) ne s’est jamais alignée seule, mais elle s’est alliée à quatre reprises avec la formation d’Arlette Laguiller. Enfin, le courant lambertiste, sous différents signes (PCI, MPPT, PT) a concouru sous ses couleurs à quatre reprises.

À Joinville-le-Pont, le vote d’extrême gauche a été généralement inférieur aux scores obtenus par les formations trotskistes à l’échelon national. Cependant, la poussée en faveur de l’extrême gauche a été encore plus sensible sur les bords de Marne en 1999, avec un niveau approchant les 6%.

Dans l’assemblée européenne, il n’y a jamais eu de groupe d’extrême gauche. Les rares députés ayant cette étiquette se sont généralement apparentés au groupe communiste. Ce fut le cas des élus de LO et de la Lcr entre 1999 et 2004.

 

 

Vote pour les listes trotskistes

Scrutin

Europe

(élus)

France

Joinville-le-Pont

2004 (LO-Lcr, PT)

-

3,3%

3,1%

1999 (LO-Lcr)

-

5,2%

5,9%

1994 (LO, PT)

-

2,7%

2,1%

1989 (LO, MPPT)

-

2,0%

1,3%

1984 (LO-Lcr, Pci)

-

3,0%

1,3%

1979 (LO-Lcr)

-

3,1%

 

 

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Gauche
commenter cet article
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 23:06

Nous poursuivons l’examen des résultats des précédents votes pour le parlement de Strasbourg, afin d’éclairer les enjeux autour du scrutin du 7 juin 2009 pour renouveler les eurodéputés.

À Joinville-le-Pont, le vote communiste était en 1984 (un an après la perte de la mairie tenue par Guy Gibout, Pcf) supérieur à ce qu’il est au plan national. Depuis, il y a eu au contraire une tendance à une baisse plus rapides des votes joinvillais que ceux émis dans le reste du territoire national. En 2004, il y avait un tiers d’électeur communiste en moins sur les bords de Marne que dans tout le pays.

Dans l’assemblée européenne, il y toujours eu un groupe communiste, qui joue un rôle non négligeable même si son poids est limité. Allié avec des écologistes nordiques, la groupe porte actuellement le nom de Gauche unitaire européenne. C’était le seul groupe présidé par un français, Francis Wurtz.

 

 

Vote pour les listes communistes

Scrutin

Europe

(élus)

France

Joinville-le-Pont

2004

6%

5,9%

3,9%

1999

7%

6,8%

5,5%

1994

5%

6,9%

5,7%

1989

8%

7,7%

7,3%

1984

9%

11,2%

11,9%

1979

11%

20,5%

 

 

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Gauche
commenter cet article
16 février 2009 1 16 /02 /février /2009 00:03

Le Nouveau parti anticapitaliste a été lancé dans le Val de Marne le 7 juin 2008 à Ivry-sur-Seine par une douzaine de comités locaux ou d’entreprises.

Largement dominé par la LCR dans le Val-de-Marne, ils ont cependant accueilli des anciens membres de Lutte ouvrière ou du Parti communiste français, des réfugiés politiques latino-américains, des personnes ayant fait la campagne présidentielle de José Bové et « beaucoup de gens pour qui c’est souvent la première expérience de militantisme politique. »

Lors de la création de la nouvelle formation dirigée par Olivier Besancenot, en février 2009, la la fédération du Val de Marne du NPA comptait 13 groupes locaux, dont un sur Champigny / Saint-Maur, qui a tenu une réunion publique à Champigny en octobre 2008. Il ne semble pas, à l’heure actuelle, implanté à Joinville-le-Pont.

À Fontenay-sous-Bois, le NPA compte un élu membre de la majorité municipale de Jean-François Voguet, le maire (Pcf). Il en a deux à Gentilly dans les mêmes conditions. Les listes présentées alors par la LCR ont obtenu aussi en mars 2008 un conseil municipal à Alfortville et un à Ivry.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Gauche
commenter cet article
12 février 2009 4 12 /02 /février /2009 00:04

L’assemblée constitutive du Parti de gauche s’est tenue les 31 janvier et 1er février 2009 à Limeil-Brévannes (Val de Marne). Le maire, Joseph Rossignol, conseiller général, s’était rallié dès le début à la formation du sénateur Jean-Luc Mélenchon et du député Marc Dolez.

Joseph Rossignol dit (9/12/2008) qu’il attendait la constitution de ce nouveau parti depuis « cinq ans ». Président du groupe Gauche citoyenne au conseil général (3 élus), député du Val de Marne de 2000 à 2002, il a démissionné du PS en 2003 car il se disait « en désaccord avec le bipartisme ». Il assure avoir « grande hâte » à ce que le mouvement social se traduise enfin en termes politiques.

Lors de la première rencontre, à Valenton en décembre 2008, une dizaine d’élus du département ont rejoint le mouvement. C’est le cas en particulier d’André Deluchat, maire-adjoint à Chevilly-Larue (94), membre du bureau confédéral de la CGT de 1982 à 1995 qui mettait en avant la « gravitude de la politique néolibérale » (5/01/2009).

François Cocq, conseiller municipal délégué de Champigny-sur-Marne appelle à une « authentique transformation sociale » (9/12/2008). Sa collègue, Sylvaine Ettori, maire-adjointe de Champigny, veut quant à elle « une vraie gauche » (9/12/2008).

En novembre 2008, le groupe MARS-Gauche Républicaine, qui compte des implantations dans 5 départements français, avait rejoint le Parti de gauche. La petite formation, scission du mouvement de Jean-Pierre Chevènement, avait obtenu 7 élus lors des municipales de mars 2008 : André Deluchat et Murielle Desmet à Chevilly-Larue, François Cocq, Sylvaine Ettori et Jeannick Le Lagadec à Champigny ainsi que Hervé Poirier et Michèle Le Gauyer à Fontenay sous Bois.

Le parti de gauche était représenté lors de la rencontre organisée par le parti socialiste à l’occasion des vœux, le 31 janvier à Fresnes.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Gauche
commenter cet article
23 décembre 2008 2 23 /12 /décembre /2008 00:02

Une des surprises du 34ème congrès du Pcf qui se tient du 11 au 14 décembre à La Défense (Hauts de Seine), c’est l’apparition d’un courant trotskiste – plus de 80 ans après l’exclusion de l’Opposition de gauche du Pcf.

En effet, lors des votes des 29 et jeudi 30 octobre 2008 sur les trois textes en concurrence, la base commune, intitulée Vouloir un monde nouveau, le construire au quotidien, qui était présentée par le Conseil national et notamment par la secrétaire nationale Marie-George Buffet a recueilli 60,9% (66,6% dans le Val de Marne). Elle a été suivie par une opposition orthodoxe traditionnelle, celle de André Gérin, député-maire de Vénissieux (Rhône), et Jean-Jacques Karman, conseiller général de Seine Saint Denis, ancien maire-adjoint d’Aubervilliers qui, avec leur texte Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps, ont obtenu 24% des suffrages (22,7% dans le Val de Marne).

Mais la surprise venait du troisième texte, Renforcer le PCF, renouer avec le marxisme qui a été lancé Jérôme Métellus et Greg Oxley qui ont totalisé 15% des votes (11,2% dans le Val de Marne). Les deux militants parisiens sont en effet les animateurs d’un groupe baptisé La Riposte. Cette organisation est affiliée au mouvement trotskiste « Tendance marxiste internationale », une organisation présente dans une trentaine de pays. La spécialité de la Tendance marxiste internationale est précisément son entrisme à l’intérieur de formations politiques plus larges, comme le parti du peuple (PPI) de la famille Bhutto au Pakistan ou le parti des travailleurs du président Lula au Brésil. Parmi les activités majeures de cette formation, il faut citer la campagne de solidarité avec le Venezuela de Hugo Chavez.

Avec 5 419 personnes ayant soutenu son texte au sein du Pcf, La Riposte devient peut-être la principale organisation trotskiste française. En effet, la Lcr (en voie de se transformer en Nouveau parti anticapitaliste, Npa sous la conduite d’Olivier Besancenot) revendique 3 200 adhérents. Lutte ouvrière (la formation d’Arlette Laguiller) en a sans doute moins. Quant au parti ouvrier indépendant (POI, ex-parti des travailleurs), la formation « lambertiste » de Daniel Gluckstein et Gérard Schivardi, elle revendique plus de 10 000 membres, mais le chiffre paraît surévalué.

Le parti socialiste lui-même a souvent connu l’entrisme de militants venus de formations trotskistes ; Lionel Jospin fut ainsi envoyé en mission par le courant lambertiste, tandis que de nombreux dirigeants actuels sont aussi passé par l’une ou l’autre des organisations d’extrême gauche. Mais il n’y avait plus qu’un minuscule courant organisé à l’intérieur du Ps se revendiquant d’une filiation trotskiste : le groupe Militant. Il s’était rapproché de Marc Dolez, député du Nord, qui vient de quitter le Ps avec Jean-Luc Mélenchon (lui-même ancien trotskiste) pour fonder une nouvelle organisation, provisoirement intitulée La Gauche.

Malgré ses divisions, quasiment innombrables, le trotskisme français semble avoir encore de beaux jours.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Gauche
commenter cet article

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes