Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 00:14
Cgt
Cgt

Le syndicat Cgt des agents territoriaux de Joinville-le-Pont a tenu son congrès le 27 juin 2014. Il a notamment adopté son programme d’action syndicale.

Lors des dernières élections de la fonction publique territoriale le 6 novembre 2008 (les prochaines auront lieu cette année), la Cgt avait obtenu les suffrages de 70% des 361 salariés inscrits sur ses listes électorales au titre de la commune de Joinville.

Dans un louable effort de transparence, la fédération Cgt des services publics a mis en ligne les comptes de ce syndicat pour l’année 2012. On y apprend que, cette année-là, le syndicat joinvillais des territoriaux a perçu 3 517 € de cotisations, dont 1 681 ont été reversées aux instances nationales et 125 aux structures départementales.

Une intervention et le programme sont publiés par le site ARS-combat ; nous reproduisons ci-dessous un extrait de l’intervention et le programme dans son intégralité.

Intervention au congrès CGT-Territoriaux Joinville : Pourquoi lutter ?

(…) Nous exigeons la titularisation des collègues pour leur droit aux congés, aux primes, aux crédits, au logement ! Imposons le contrôle sur les embauches et les licenciements ! (…)

Les collègues trouvent de plus en plus de difficulté à se loger, toujours plus loin. Un logement doit être attribué à chaque demandeur travaillant pour la ville. Joinville compte 4% de logements vides. Une proposition de logement décent doit être faite à chaque famille dont un des membres travaille pour la commune. (…)

Nous sommes à la base du bon fonctionnement des services de la ville. Nous sommes indispensables ! Nous avons le droit au respect ! (…)

Programme d’action syndicale

Pour faire valoir nos droits, le syndicat CGT des territoriaux de Joinville-Le-Pont appelle l’ensemble des agents de la ville à rompre l’isolement, la passivité ou la soumission.

Pour gagner l’amélioration radicale de nos conditions de vie et de travail, rassemblons-nous et imposons par l’action directe nos exigences.

N’ayons plus peur.

Organisés au sein du syndicat, nous sommes une force de soutien et de protection contre l’arbitraire. Chacun est responsable pour ses collègues.

Le tort fait à un seul est un tort fait à tous !

Finissons-en avec la précarité !

Engageons la lutte pour la titularisation de tous les emplois précaires, la titularisation doit être la règle. Interdisons à la municipalité de signer un contrat inférieur à 20 heures par semaine. Assurons une harmonieuse répartition du temps de travail entre les agents.

Augmentation des salaires !

Exigeons une revalorisation de 300 euros nets pour tous les salaires inférieurs à 2000 euros. Relevons le salaire minimum à 1500 euros nets sur la base des 35 heures hebdomadaires. Assurons la progression annuelle des salaires en fonction du coût de la vie.

Le droit au logement à chacun !

Exigeons qu’un logement, à Joinville même, soit proposé et mis à disposition des demandeurs travaillant pour la ville. Le loyer ne doit pas dépasser le quart du revenu du ménage.

Des embauches selon les besoins !

Définissons les nouveaux besoins en personnel dans l’ensemble des services et imposons des nouvelles embauches ! Plaçons le recrutement et les licenciements sous le contrôle des travailleurs et de leurs syndicats.

Un personnel qualifié et compétent !

Assurons par notre contrôle collectif, dans chaque service, le droit à la formation, à l’évolution professionnelle de chacun et assurons collectivement l’évaluation des compétences des agents et de tous les dirigeants !

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans syndicats gestion communale
commenter cet article
30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 23:03

Tribune libre des élus de gauche de la liste Joinville en mouvement, parue dans « Joinville-le-Pont magazine » (juillet 2013).

Retrouvez les anciennes tribunes libres sur la page : Tribunes libres de la liste Joinville en mouvement.

 

La responsabilité d’une municipalité est de faire contribuer tous ceux qui sont en mesure de le faire pour financer le bien commun. Il est donc normal de lever des impôts. Mais le rôle d’élus locaux est aussi de veiller à ce que ces charges ne soient pas exorbitantes. Or, en 2013, bien des petits entrepreneurs joinvillais risquent de se trouver dans une situation difficile.

Certains professionnels indépendants, comme les autoentrepreneurs, ne paient encore que des impôts proportionnels à leur chiffre d’affaires. Cependant, la situation devrait changer bientôt ; suite à une décision du gouvernement de Nicolas Sarkozy, une cotisation minimale est prévue pour la contribution foncière des entreprises (CFE), qui a remplacé depuis 2010 la taxe professionnelle (art 1647 D du code général des impôts).

La cotisation minimale est fixée par le conseil municipal et doit être comprise entre 203 € et 2 030 €. Mais le conseil municipal de Joinville-le-Pont, malgré mes multiples demandes, a toujours refusé de délibérer sur cette question. Le montant sera donc égal à la base minimum de taxe professionnelle appliquée en 2009 dans la commune, à savoir 1 701 € (valeur 2013).

Jusqu’ici, les autoentrepreneurs bénéficient d’une exonération temporaire l'année de création et les deux années suivantes. Le gouvernement de Jean-Marc Ayrault a prolongé, en 2012, cette exonération un an de plus. Mais elle cessera en 2013 et les créateurs qui se sont lancés en 2009 ou 2010 deviendront taxables à la CFE.

Pour beaucoup, il s’agira de dépenses importantes, difficiles à assumer quand on sait que le revenu moyen d’un autoentrepreneur est de 4 300 euros par an.

Lors des prochains débats budgétaires, les élus de gauche proposeront de nouveau que l’on instaure un niveau plus raisonnable pour cette cotisation minimale. Espérons que nous serons alors entendus.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans gestion communale
commenter cet article
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 00:07

En 2010, c’est le reste des bâtiments qui est cédé, et la démolition a démarré en octobre 2011, pour laisser la place, en principe, à un centre de formation.

Olivier Dosne, le député maire Ump, aura donc parachevé ce que son prédécesseur Pierre Aubry avait commencé : détruire ce qui restait un symbole, comme un regret, d’une époque où Joinville avait une véritable vie culturelle. En presque trente ans, l’ancien centre culturel n’a toujours aucun remplaçant dans la commune, contrairement à ce qui se passe partout autour.


« La vie continue la vie avec le tricot la guerre les affaires ; Les affaires la guerre le tricot la guerre ; Les affaires les affaires et les affaires » (Jacques Prévert)

 

2011-Centre-Prevert--2-.JPG

 


Repost 0
Published by Benoit Willot - dans gestion communale
commenter cet article
3 septembre 2011 6 03 /09 /septembre /2011 23:41

Emmanuelle Conrad-Urignaud avait été élue conseillère municipale de Joinville-le-Pont pour la première fois en 2008 sur la liste d’Olivier Dosne (Ump). Ce dernier devenu maire, en avait fait son adjointe chargée de la jeunesse et des animations culturelles.

Alors qu’elle n’avait pas d’engagement politique antérieur connu, Emmanuelle Conrad, qui dirige une entreprise de soutien scolaire, avait assuré être « de gauche ». Même si rien dans ses actes ne prouvait la réalité d’un tel attachement aux valeurs progressistes, la sensibilité d’Emmanuelle Conrad faisait qu’elle se manifestait, parfois, de manière un peu différente des élus de la liste majoritaire. On la vit ainsi participer à une manifestation de recueillement après la mort du jeune malien, Baba Traoré, le 6 avril 2008 ou à un concert de rock en novembre de la même année.

Les relations difficiles d’Emmanuelle Conrad avec d’autres élus de droite étaient notoires. Elle était, en outre, la cible d’attaque de certaines personnes contestant la politique municipale en faveur des jeunes, et une procédure judiciaire avait été engagée par la mairie pour la défendre.

Par lettre datée du 1er septembre, le maire Olivier Dosne a informé les membres du conseil municipal que le préfet du Val de Marne avait accepté la démission d’Emmanuelle Conrad, qui prendra effet le 26 septembre 2011.

Elle quitte à la fois son poste d’adjointe et son siège au conseil municipal, où elle sera remplacée par Jean-Michel Lambert, vingt-cinquième candidat figurant sur la liste Dosne en 2008.

 

conrad_emmanuelle.jpg

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans gestion communale
commenter cet article
22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 23:04

Vous habitez Paris et vous souhaitez qu’une question qui vous tient à cœur soit débattue au conseil municipal ?

Vous disposez, depuis juin 2009 d’un « droit d’interpellation », c’est-à-dire que, si vous lancez une pétition qui recueille un soutien significatif, les élus municipaux devront discuter de votre proposition.

Pour faciliter la mise en œuvre de ce nouveau moyen d’intervention démocratique, le maire de Paris, Bertrand Delanoë et Hamou Bouakkaz, son adjoint (Ps) en charge de la citoyenneté, ont créé un espace spécifique sur le site internet de la ville, baptisé e-pétitions. Il vous donne tous les moyens pour lancer, en ligne, votre appel au peuple, que le sujet concerne toute la commune ou un seul arrondissement.

Le tribunal administratif de Paris a rejeté en février cette année, la demande du préfet de la région Île de France, de déclarer illégale l'instauration de cette mesure.

Le seuil pour inscrire un point à l’ordre du jour du conseil de Paris avait été fixé à « 3% des Parisiens majeurs », soit 54 000 personnes. Ce niveau s’est cependant avéré trop élevé : aucune pétition n’a atteint ce quota depuis 2009.

En 2009, les élus parisiens avaient créé un droit de pétition, s'engageant à étudier une pétition citoyenne si elle est signée par 3% de la population parisienne majeure. La préfecture avait demandé l'annulation de cette délibération, estimant que ce texte reposait sur une loi dont les décrets n'avaient pas été publiés, et qu'il ne pouvait concerner que les électeurs et non tous les citoyens majeurs. Le tribunal a rejeté hier ces arguments, estimant que le préfet « n'est pas fondé à demander l'annulation ». « C'est une vraie satisfaction, s'est félicité hier. Cela va enfin faire avancer la démocratie locale. »

Pragmatique, les élus de gauche de Paris ont donc accepté, le 16 mai 2011, sur la proposition de Europe écologie – Les Verts, d’abaisser le niveau requis à 1 % des Parisiens, soit un peu plus de 20 000 personnes.

À Joinville, si un droit comparable était mis en place, 1% de la population cela représenterait environ 180 personnes. Rappelons que le maire de Joinville-le-Pont, Olivier Dosne, a refusé de discuter d’une demande signée par plus de 1 000 Joinvillais pour le maintien d’un parking à la gare RER.

Bouakkaz-copie-1.jpg

Hamou Bouakkaz, adjoint au maire de Paris

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans gestion communale
commenter cet article
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 23:09

Nous avons publié, au cours des mois d’avril et mai 2011, une série de 17 articles faisant le point sur la réalisation du programme municipal qu’avait présenté Olivier Dosne, alors candidat aux élections de mars 2008, devenu depuis député-maire (Ump) de Joinville-le-Pont.

Dans cet ensemble, la priorité a été donnée aux faits : que s’est-il passé ? Il y a, c’est d’ailleurs la moindre des choses, des actions positives. Il y a également des actes regrettables.

Ce qui est cependant le plus marquant, c’est la renonciation quasi-complète aux éléments les plus importants du programme : passerelle, médiathèque, maison des arts, pôle numérique d’entreprises, la baisse des impôts (transformée en forte hausse)…

Le deuxième élément marquant est la disparition de plusieurs des fleurons de l’économie locale : GTC, les Auditoriums de Joinville, le Petit Robinson et Logo (lunetterie) ont fermé et n’ont été remplacé par rien.

Enfin, il y a aussi les fermetures de services publics qui ont, elles bien dépendu de la mairie : le centre d’hébergement d’urgence de l’avenue Gallieni, le service Agora Joinville emploi et celui de prévention santé (Jaspe).

Signalons toutefois que, bien que mes données soient tout à fait contrôlables, le maire a tenu à y répondre dans l’éditorial du magazine municipal de mai 2011, après l’avoir fait oralement au conseil municipal : « 75% de nos engagements de campagne sont aujourd’hui tenus ou en cours de réalisation ».

Pour ceux qui n’auraient pas tout lu, voici donc un résumé et un lien vers les 17 articles. Que çà vous permette de juger.

Samedi 2 avril 2011 : L’amour dure trois ans

Le programme d’Olivier Dosne, candidat à la mairie en mars 2008, présentait 148 engagements. Qu’en est-il trois ans après, à la moitié de la mandature ? Treize promesses ont été tenues, soit 9% du total et 18 autres partiellement. Il y a également ce qui est en cours de réalisation (4) ou reste prévu (17). Donc, 52 engagements ont abouti, ou le feront peut-être, même en partie (26%).

Lundi 4 avril 2011 : Urbanisme : ambition abandonnée

La première partie concerne l’urbanisme et l’environnement. Ce qui est frappant, c’est l’abandon total des projets les plus emblématiques (passerelles au port et vers Nogent) et la désertion du terrain environnemental (protection des riverains de l’autoroute et de l’île Fanac).

Mardi 5 avril 2011 : Circulation : des routes, pas de parkings

Si la commune a investi dans le réseau routier, les améliorations pour les cyclistes restent très limitées. Surtout, l’essentiel du bilan tient dans ce qui n’était pas prévu : la fermeture, en série, des principaux parkings des Hauts de Joinville.

Mercredi 6 avril 2011 : Environnement : de la comm’ mais les actes tardent

Si l’environnement est, en matière de communication, une priorité pour la majorité municipale, les actes, eux tardent. Les aménagements essentiels restent à venir.

Jeudi 7 avril 2011 : Écologie : résultats très limités

En matière d’énergies renouvelables, le bilan de Joinville est tout à fait symbolique. Les projets les plus significatifs n’ont pas été mis en œuvre à ce jour.

Vendredi 8 avril 2011 : Sécurité : la vidéosurveillance, seule perspective

En matière de sécurité, la mise en place en cours d’un dispositif de vidéosurveillance mobilise tous les moyens municipaux.

Samedi 9 avril 2011 : Fiscalité : la hausse au lieu de la baisse promise

Pour la fiscalité, le bilan de la municipalité d’Olivier Dosne est à l’exact opposé de ses promesses : hausse des taxes pour les entreprises (et pour les ménages, mais là, il n’y avait aucun engagement écrit à part en matière d’enlèvement des ordures ménagères). Remarquons aussi qu’aucun projet d’intercommunalité n’a été engagé.

Dimanche 10 avril 2011 : Logement : gros retards

En retardant d’au moins deux ans la mise en œuvre du programme des Hauts de Joinville, la municipalité a conduit à ralentir l’amélioration espérée de l’offre de logement dans la commune – renforçant encore plus les tensions dans l’accès à un toit.

Lundi 11 avril 2011 : Santé : abandon de la prévention

En matière de santé, la fermeture du service municipal de prévention (JASPE) a illustré l’abandon de toute action en la matière.

Mardi 12 avril 2011 : Jeunesse : tensions

La création effective d’un espace jeunes, avenue Gallieni, si elle est à mettre effectivement au crédit de la municipalité, ne saurait cacher l’absence de la plupart des objectifs qui figuraient au programme de la majorité municipale. Par ailleurs, une tension existe sur certains quartiers, en particulier à Barbusse.

12/05/2011 Économie : désertification

La promesse (en 2008) de « soutien au cinéma » se transforme en acceptation sans broncher de la fermeture de toutes les entreprises significatives du secteur (GTC, les Auditoriums, les sociétés de production, etc.). Le « soutien à la filière optique », c’est simplement la fermeture de Logo, l’entreprise la plus importante ayant son siège social à Joinville. Quand aux autres promesses, on n’a encore rien vu de concret.

13/05/2011 Guinguettes : dernières valses ?

La « modernisation des guinguettes » voulue par Olivier Dosne, c’était donc cela : la fermeture du Petit Robinson et des menaces sur La Goulue. Heureusement, la modernisation du bâtiment de l’aviron avait été (réellement) faite juste avant.

14/05/2011 Sport : un gymnase qui se fait attendre

En matière sportive, un véritable accent a été mis sur la pratique du sport par les personnes handicapées, initiative heureuse. L’aménagement d’une aire de jeux quai Gabriel Péri est également l’aboutissement d’une demande ancienne des habitants du quartier. Par contre, le gymnase des Hauts de Joinville, qui était dit « urgent » reste toujours à l’état de projet ; plus de deux ans de retard ont été pris sur sa réalisation.

15/05/2011 Culture : renonciation aux équipements

Le début de l’action de la nouvelle municipalité avait laissé entrevoir quelques espoirs : programmation de spectacles musicaux un peu nouveaux, ouverture à des artistes, amélioration de la présentation des programmes, affichage plus lisible… Malheureusement, et contrairement à toutes les villes voisines, l’équipe d’Olivier Dosne fait totalement l’impasse sur le besoins d’équipements culturels. Le projet qui était inscrit dans la future Zac des Hauts de Joinville a été rayé. La promesse d’une « médiathèque avec salle de spectacle modulable (200 à 300 personnes) dans les Hauts de Joinville » s’avère avoir été un leurre. De même, d’ailleurs que le « rachat d’une propriété historique à Palissy pour en faire une maison d’art et de culture ». De manière symbolique, l’année 2011 devrait d’ailleurs voir la démolition de l’ancien Centre socioculturel Jacques Prévert, boulevard du maréchal Leclerc. C’était, sous une municipalité de gauche il est vrai, une authentique maison d’art et de culture.

16/05/2011 Police : obsession idéologique

Le thème de la sécurité montre les limites d’une obsession idéologique. Il faut de la vidéosurveillance, c’est le choix de Nicolas Sarkozy, c’est la politique du gouvernement, c’est l’antienne de l’Ump… Il y aura donc des caméras dans deux quartiers de Joinville (les Studios et une petite partie de la rue de Paris). Les vrais problèmes de sécurité se posent pourtant ailleurs, dans plusieurs quartiers où aucun équipement n’est prévu et où les actions de prévention sont rares. Mais la priorité, c’est d’appliquer la doctrine. Quant à l’aménagement de l’ancienne nationale 4 (devenue D4), il était déjà prévu dans le plan des déplacements urbains d’Île de France de décembre 2000. Un « contrat d’axe », signé en juin 2005, prévoit des travaux de sécurisation des traversées. Aucune mise en œuvre concrète n’est cependant planifiée.

17/05/2011 Technologies : au passé

Le programme de la nouvelle municipalité n’était pas révolutionnaire en matière technologique. Le déplacement de l’espace multimédia a permis d’en améliorer l’aménagement. Les services en ligne restent assez réduits. On identifiait cependant deux projets majeurs : un pôle numérique d’entreprises à côté du RER et la sauvegarde du site GTC. Si une entreprise devrait bien s’installer, un jour, à côté du RER, il n’est plus question d’un « pôle numérique d’entreprises ». Quant à la « sauvegarde du site GTC », c’est hélas à la liquidation pure et simple de l’entreprise que l’on a assisté. Le site des anciennes usines Pathé n’est plus ni technologique, ni cinématographique ; il est simplement vide.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans gestion communale
commenter cet article
16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 23:04

Nous terminons ici la série d’articles faisant, à mi-mandat, le point sur la réalisation du programme municipal qu’avait présenté Olivier Dosne, alors candidat aux élections de mars 2008, devenu depuis député-maire (Ump) de Joinville-le-Pont.

L’analyse générale des 148 engagements a été présentée dans le premier article de la série L’amour dure trois ans (2/04/2011).

Le programme de la nouvelle municipalité n’était pas révolutionnaire en matière technologique. Le déplacement de l’espace multimédia a permis d’en améliorer l’aménagement. Les services en ligne restent assez réduits.

On identifiait cependant deux projets majeurs : un pôle numérique d’entreprises à côté du RER et la sauvegarde du site GTC.

Si une entreprise devrait bien s’installer, un jour, à côté du RER, il n’est plus question d’un « pôle numérique d’entreprises ». Quant à la « sauvegarde du site GTC », c’est hélas à la liquidation pure et simple de l’entreprise que l’on a assisté. Le site des anciennes usines Pathé n’est plus ni technologique, ni cinématographique ; il est simplement vide.

(fin)

 

Programme d’Olivier Dosne

État

Ce qui a été fait en mars 2011

Amélioration du débit d’accès à internet

Non (actions d’information)

Ne semble pas dépendre de la mairie, réunions d’information

Accès à internet dans les écoles

Rien de neuf

Accès déjà organisés

Nouveaux outils dans les écoles

Oui, partiellement

Déploiement de tableaux interactifs

Accès à internet pour les associations

Oui, partiellement

Déplacement et amélioration de l’espace multimédia

Équipement des bâtiments communaux

Oui, partiellement

Renouvellement normal du matériel

Diminuer les coûts de communication

Rien de neuf

Appels d’offres Sipperec

Services innovants accessibles 24h/24

Rien de neuf

Les services en ligne avaient déjà été déployés antérieurement

Partenariat public privé pour l’amélioration du débit à internet

Non (actions d’information)

Ne semble pas dépendre de la mairie, réunions d’information

Pôle numérique d’entreprises à côté du RER

Non

 

Sauvegarde du site GTC

Non

Fermeture de l’activité de GTC, fermeture de l’activité de production

 

GTC-2007-04.jpg

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans gestion communale
commenter cet article
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 23:09

Nous continuons la série d’articles sur ce blog faisant, à mi-mandat, le point sur la réalisation du programme municipal qu’avait présenté Olivier Dosne, alors candidat aux élections de mars 2008, devenu depuis député-maire (Ump) de Joinville-le-Pont.

L’analyse générale des 148 engagements a été présentée dans le premier article de la série L’amour dure trois ans (2/04/2011).

Le thème de la sécurité montre les limites d’une obsession idéologique. Il faut de la vidéosurveillance, c’est le choix de Nicolas Sarkozy, c’est la politique du gouvernement, c’est l’antienne de l’Ump… Il y aura donc des caméras dans deux quartiers de Joinville (les Studios et une petite partie de la rue de Paris).

Les vrais problèmes de sécurité se posent pourtant ailleurs, dans plusieurs quartiers où aucun équipement n’est prévu et où les actions de prévention sont rares. Mais la priorité, c’est d’appliquer la doctrine.

Quant à l’aménagement de l’ancienne nationale 4 (devenue D4), il était déjà prévu dans le plan des déplacements urbains d’Île de France de décembre 2000. Un « contrat d’axe », signé en juin 2005, prévoit des travaux de sécurisation des traversées. Aucune mise en œuvre concrète n’est cependant planifiée.

 (à suivre)

 

 

Programme d’Olivier Dosne

État

Ce qui a été fait en mars 2011

Service local de protection de la tranquillité publique et de maintien de la sécurité

Oui

Vidéosurveillance en 2011

Pacification de la circulation automobile sur la N4

Non

 

Sécurisation de la circulation des vélos

Oui, partiellement

Aménagements partiels

Sécurisation de la circulation des piétons

Oui, partiellement

 

Présence de la police municipale dans les quartiers

Rien de neuf

 

Patrouilles à pied de la police municipale

Rien de neuf

 

Partenariat police nationale

Oui

Deux conventions signées

Partenariat gendarmerie

Non

Ne semble pas concernée par Joinville (en zone police nationale)

Partenariat protection civile

Rien de neuf

Déjà implantée à Joinville antérieurement

Partenariat État

Rien de neuf

Convention police nationale

Partenariat conseil général

Non

Rien sur la sécurité

Partenariat établissements scolaires

Rien de neuf

Rien sur la sécurité

 

http://parlons-en.colombes.fr/img/videosurveillance.png

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans gestion communale
commenter cet article
14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 23:07

Nous continuons la série d’articles sur ce blog faisant, à mi-mandat, le point sur la réalisation du programme municipal qu’avait présenté Olivier Dosne, alors candidat aux élections de mars 2008, devenu depuis député-maire (Ump) de Joinville-le-Pont.

L’analyse générale des 148 engagements a été présentée dans le premier article de la série L’amour dure trois ans (2/04/2011).

Le début de l’action de la nouvelle municipalité avait laissé entrevoir quelques espoirs : programmation de spectacles musicaux un peu nouveaux, ouverture à des artistes, amélioration de la présentation des programmes, affichage plus lisible… Malheureusement, et contrairement à toutes les villes voisines, l’équipe d’Olivier Dosne fait totalement l’impasse sur le besoins d’équipements culturels. Le projet qui était inscrit dans la future Zac des Hauts de Joinville a été rayé. La promesse d’une « médiathèque avec salle de spectacle modulable (200 à 300 personnes) dans les Hauts de Joinville » s’avère avoir été un leurre. De même, d’ailleurs que le « rachat d’une propriété historique à Palissy pour en faire une maison d’art et de culture. »

De manière symbolique, l’année 2011 devrait d’ailleurs voir la démolition de l’ancien Centre socioculturel Jacques Prévert, boulevard du maréchal Leclerc. C’était, sous une municipalité de gauche il est vrai, une authentique maison d’art et de culture.

(à suivre)

 

Programme d’Olivier Dosne

État

Ce qui a été fait en mai 2011

Consultation des partenaires sur la politique culturelle

Non

 

Rachat d’une propriété historique à Palissy pour en faire une maison d’art et de culture

Non

 

Promotion d’artistes locaux

Oui, partiellement

Joinville Art Expo, concerts

Intégration de l’art dans la ville

Oui, partiellement

 

Véritable signalétique

Rien de neuf

Plutôt en dégradation

Parcours découverte santé culture

Non

 

Rendez-vous culturel contemporain

Oui, partiellement

Joinville Art Expo

Médiathèque avec salle de spectacle modulable (200 à 300 personnes) dans les Hauts de Joinville

Non

Projet retiré des Hauts de Joinville

Conserver la salle de cinéma en mairie

Rien de neuf

 

Conserver les horaires de séances

Rien de neuf

Reprogrammation partielle du film le samedi soir

Conserver les tarifs de cinéma

Oui (baisse)

Tarif à 3€.

 

CS-Prevert-2003-2.JPG L'ex-centre Jacques Prévert

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans gestion communale
commenter cet article
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 23:05

Nous continuons la série d’articles sur ce blog faisant, à mi-mandat, le point sur la réalisation du programme municipal qu’avait présenté Olivier Dosne, alors candidat aux élections de mars 2008, devenu depuis député-maire (Ump) de Joinville-le-Pont.

L’analyse générale des 148 engagements a été présentée dans le premier article de la série L’amour dure trois ans (2/04/2011).

En matière sportive, un véritable accent a été mis sur la pratique du sport par les personnes handicapées, initiative heureuse. L’aménagement d’une aire de jeux quai Gabriel Péri est également l’aboutissement d’une demande ancienne des habitants du quartier. Par contre, le gymnase des Hauts de Joinville, qui était dit « urgent » reste toujours à l’état de projet ; plus de deux ans de retard ont été pris sur sa réalisation.

(à suivre)

 

Programme d’Olivier Dosne

État

Ce qui a été fait en mai 2011

Création d’un office municipal des sports

Non

 

Création urgente d’un gymnase HQE

Pas encore

Prévu dans Hauts de Joinville (mais sans urgence)

Parcours sportifs intégrés à l’art et la culture

Non

 

Soutien aux 10km de Joinville

Rien de neuf

 

Ouverture des 10km au handisport

Oui

 

Évènement sportif national ou international

Non

 

Pratique du sport par tous

Oui, partiellement

Soutien au handisport

Création de mini terrains de sports

Pas encore

Aménagement en cours quai Péri

Tarif préférentiel à la piscine de Nogent

Non

 

 

 Gym.-P-Francois.JPG Pierre François : un vieux gymnase, qui fait des heures supplémentaires

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans gestion communale
commenter cet article

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes