Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 09:51
Manifestation pour dire : Stop au béton !

Un collectif de citoyens s’est formé pour dire Stop au béton ! Un tract a été diffusé à Joinville-le-Pont sous le nom de « cnotrejoinville ».

Le collectif regroupe des militants associatifs. Il a aussi le soutien de formations et d’élus politiques : les socialistes du Ps, les radicaux de gauche du Prg, les écologistes d’EELV ainsi que les membres de la liste (divers droite) d’Olivier Aubry.

Les organisateurs ont appelé, samedi 20 juin 2015, une marche qui ira depuis les anciennes usines Cartier (ex-Essilor, 21, boulevard du maréchal Leclerc). Elle passera par la rue de Paris, où des travaux sont en cours, et rejoindra la gare RER, face au nouvel immeuble de la BRED.

La crainte du collectif, rejoignant des avis maintes fois mentionnés dès l’enquête publique sur le projet des Hauts de Joinville, est que les opposants, est que cet axe devienne un « canyon urbain » où le soleil sera rare.

Pour les socialistes du Ps, il s’agit de protester contre « le remplacement systématique du cadre de vie et du patrimoine par du béton. »

Pour les écologistes d’EELV, c’est une réaction « à la morgue de la majorité municipale. »

Pour des raisons professionnelles, je ne serai pas présent à Joinville le 20 juin, mais j’ai, dès le départ, soutenu cette initiative.

Repost 0
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 00:03
Rue de Paris, bâtiment historique
Rue de Paris, bâtiment historique

Une enquête publique est en cours sur l’intérêt d’un nouveau projet immobilier à Joinville. Il concerne les anciennes usines de montures de lunettes Cartier, baptisées antérieurement Luxury Eyewear et précédemment encore Essilor. Dans cet article, je donne la quatrième partie du point de vue que j’ai transmis au commissaire enquêteur sur ce projet.

Le projet présenté propose (page 28) « la suppression de la protection de l’immeuble 56, rue de Paris. »

Une « Étude patrimoniale » jointe au document de présentation du projet et réalisée par le cabinet Architecture et patrimoine conteste (page 52) la datation faite par Marie-Agnès Férault, conservateur du patrimoine, l’estimant « fort peu probable ». Mme Férault estimait dans la note insérée dans l’inventaire général du patrimoine culturel, réalisée en 1986, que le bâtiment et ses composantes datent du 17e ou du 18e siècle.

En conséquence, le cabinet Architecture et patrimoine considère (page 54) que « peu d’éléments permettent de justifier la protection de l’édifice. »

Au contraire, je considère qu’il faut qu’on sauvegarde ce témoignage rare d’un état ancien du paysage urbain de Joinville. On peut évidemment, après réaménagement, le réutiliser par exemple dans le cadre d’un équipement public.

Repost 0
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 00:07
Logements privés à Joinville
Logements privés à Joinville

Une enquête publique est en cours sur l’intérêt d’un nouveau projet immobilier à Joinville. Il concerne les anciennes usines de montures de lunettes Cartier, baptisées antérieurement Luxury Eyewear et précédemment encore Essilor. Dans cet article, je donne la troisième partie du point de vue que j’ai transmis au commissaire enquêteur sur ce projet ; un autre article va suivre.

Le projet présenté prévoit la construction de « 169 nouveaux logements, dont 17 en accession sociale ». En supposant que les logements en accession puissent être rangés dans la catégorie « logements sociaux », leur part est donc de 10%.

Selon les chiffres de la Drihl, Direction régionale et interdépartementale de l’hébergement et du logement), Joinville avait au 1er janvier 2013 un taux de logements sociaux de 27,2% avec 2 204 appartements relevant de ce classement pour un nombre de logements en résidence principale 2011 de 8 345. Depuis cette date, plusieurs centaines d’habitations nouvelles se sont ajoutées, parmi lesquels la part de logements sociaux est très faible.

De ce fait, la commune est très proche du seuil de 25 % de logements sociaux par rapport aux habitations principales fixé par l’article L302-5 du Code de la construction et de l'habitation.

La faible part de logements sociaux dans le projet contribuera encore à réduire la part dans la commune de -0,4%.

Je demande donc que la part de logements sociaux du projet ne soit pas inférieure à 25%.

Repost 0
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 00:04
Cartier rue de Paris
Cartier rue de Paris

Une enquête publique est en cours sur l’intérêt d’un nouveau projet immobilier à Joinville. Il concerne les anciennes usines de montures de lunettes Cartier, baptisées antérieurement Luxury Eyewear et précédemment encore Essilor. Dans cet article, je donne la deuxième partie du point de vue que j’ai transmis au commissaire enquêteur sur ce projet ; deux autres articles vont suivre.

Lors de l’adoption du plan local d’urbanisme, l’équilibre des activités économiques et d’habitation était un des éléments majeurs tant en ce qui concerne le Projet d'aménagement et de développement durable (PADD) que le cadre réglementaire.

Le nouveau projet prévoit la suppression pure et simple de la zone UF (centrée sur l’activité) au profit d’une extension de la zone UCa (principalement axée sur l’habitat).

La justification dans le texte de présentation (page 14) est particulièrement faible : « L’activité est une matière socio-économique dont la viabilité exige de plus en plus de dynamique et le site est lui en perte de vitesse du fait du départ de l’activité de lunetterie. »

En favorisant un peu plus la désindustrialisation et le départ d’activités économiques du centre-ville, la modification proposée va au rebours des intentions affichées du PLU de Joinville aussi bien que de celles des politiques publiques nationales ou régionales.

Je demande en conséquence que l’éventuelle modification du PLU prévoie un maintien d’une activité économique conséquente, notamment en centre-ville et dans le périmètre de l’actuel projet.

Repost 0
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 00:01
MCL Cartier
MCL Cartier

Une enquête publique est en cours sur l’intérêt d’un nouveau projet immobilier à Joinville. Il concerne les anciennes usines de montures de lunettes Cartier, baptisées antérieurement Luxury Eyewear et précédemment encore Essilor. Dans cet article, je donne la première partie du point de vue que j’ai transmis au commissaire enquêteur sur ce projet ; trois autres articles vont suivre.

Les établissements industriels qui se sont succédé sur le site objet de l’enquête (Essilor, Luxury Eyewear, Cartier MCL) ont utilisé des matériaux réputés polluants et dangereux. À ce titre, la préfecture du Val-de-Marne les fait figurer sur sa liste 2015 des « Installations Classées pour la Protection de l'Environnement (ICPE). »

Le site relève de pas moins de neuf catégories impliquant un classement ou une autorisation : hydrogène, solvants, usage de minéraux (platine notamment), électrolyse, matières abrasives, polymères et vernis.

Or, le dossier de présentation du projet présenté à l’enquête publique se contente de dire que « Le projet, à terme, ne présente pas d’incidence sur la santé publique ou la sécurité » (p 37 du dossier de présentation).

On sait pourtant que la dépollution de sols a provoqué d’importantes difficultés pour la réalisation de logements (comme à Polangis) ou d’écoles (comme à Vincennes et Nogent).

Je demande que des études sérieuses sur la pollution des terrains et sur leur traitement soient réalisées avant l’engagement du projet.

Repost 0
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 15:02
L’enquête publique pour l’aménagement Leclerc

Une enquête publique est en cours sur l’intérêt d’un nouveau projet immobilier à Joinville. Ce projet concerne les anciennes usines de montures de lunettes Cartier, baptisées antérieurement Luxury Eyewear et précédemment encore Essilor.

Selon les documents de la mairie, le projet prévoit « 169 logements, dont 17 en accession sociale »

Le projet va donc amener environ 400 habitants en plus sur le haut de Joinville, s’ajoutant au renfort provenant de la Zac autour de la mairie (1 100) et aux quelques centaines issus des opérations de l’ancien centre culturel, bd du Ml Leclerc, rue Bernier, rue de Joinville ou quai de la Marne. À l’issue de ces opérations, la population de la rive droite de la Marne devrait avoir enregistré une hausse de près de 2 000 personnes (elle comptait moins de 8 000 habitants en 2008).

S’il est mis en œuvre, le projet du maire aura comme conséquence de supprimer une zone qui était, dans le plan local d’urbanisme, réservée à l’activité économique. C’est un changement majeur, qui modifie l’équilibre voulu entre les différentes formes d’occupation du sol. Petit à petit, les unités productives quittent la commune et sont remplacées exclusivement par du logement.

Le projet prévoit également la création d’une « école maternelle de 12 classes ». Le besoin d’une augmentation de la capacité d’accueil des plus jeunes avait été mis en évidence au cours des enquêtes préalables au lancement de la Zac des Hauts de Joinville – une évidence pourtant niée par la municipalité, qui prétendait que les nouveaux arrivants n’auraient que très peu d’enfants. Les premiers installés lui ont vite donné tort.

Dans de prochains articles, je reviendrai sur les enjeux de cette modification très substantielle des règlements d’urbanisme municipaux.

Pour l’instant signalons que l’enquête se déroule jusqu’au vendredi 20 février 2015 inclus. Un registre est déposé en mairie de Joinville, où les remarques peuvent être déposées.

Le commissaire enquêteur, M. Patrice Trinquet, recevra le public à l’hôtel-de-ville le vendredi 20 février de 9h à 12h.

Repost 0
26 juillet 2014 6 26 /07 /juillet /2014 12:08
crèche Les Petites Canailles
crèche Les Petites Canailles

C’est une bonne nouvelle pour les familles (et même pour l’emploi) que la création d’une activité nouvelle de garde de jeunes enfants à Joinville.

Une société privée va ouvrir, en septembre 2014, une crèche privée dans les hauts de Joinville, à proximité immédiate de la place du marché (8 mai 1945), du collège Jean Charcot et peu éloignée des écoles du quartier.

Si la moitié des 39 places sont réservées à des entreprises, les autres sont conventionnées avec la commune de Joinville, ce qui offre donc 20 places supplémentaires dès cette rentrée.

Alors que les crèches publiques restent dominantes, le secteur privé investit désormais l’activité de garde d’enfants : des parents associés (Les Petits Pinsons, rue Hippolyte Pinson), des associations (la Maison Kangourou, à Polangis) et des entreprises de service, comme Les Petites Canailles.

Cette société gère désormais huit crèches en Île-de-France, dont quatre dans le Val-de-Marne (Vincennes, Ivry, Champigny en plus de Joinville).

Comme pour l’ensemble des modes de garde, les places sont conventionnées par la Caisse d'allocations familiales, ce qui garantit un tarif raisonnable et lié aux ressources familiales.

La crèche « Les Petites Canailles » de aura une superficie de 363m2, avec un jardin de taille comparable. Elle accueille des enfants âgés de 2 mois ½ à 3 ans. Pour les 20 places de la ville, la sélection se fera en commission d’attribution municipale.

Les 20 places réservées par la Ville sont attribuées en: l’inscription doit être effectuée au Point Info Familles, en Mairie. La réservation peut également se faire sur le site internet de la crèche.

Espérons que les bambins apprendront à chanter, à l’instar des communards :

Dans la vieille cité française

Existe une race de fer

Dont l'âme comme une fournaise

A de son feu bronzé la chair.

Tous ses fils naissent sur la paille,

Pour palais ils n'ont qu'un taudis. C'est la canaille, et bien j'en suis.

Photo de la crèche issue du site internet Les Petites Canailles

Repost 0
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 00:02
Rue de Paris : patrimoine à sauvegarder

Peu visible car coupée de la rue par de hauts murs et affectée par de nombreux ajouts de qualité médiocre, l’immeuble situé aux 56-58, rue de Paris à Joinville-le-Pont est pourtant, après le château du Parangon, la plus ancienne construction de la commune.

Il fait partie du site occupé jusque l’an passé par le lunettier MCL Cartier (ex-Essilor puis Luxury Eyewear), parti depuis à Sucy-en-Brie.

Lors d’un inventaire général du patrimoine culturel de la commune, réalisé en 1986 et diffusé par le ministère de la culture, Marie-Agnès Férault, conservatrice en chef du patrimoine, relevait que la bâtisse remonterait au 17e ou au 18e siècle. Elle notait l’intérêt des matériaux en pierre de taille, une couverture à longs pans, une élévation ordonnancée et, à l’intérieur, un escalier tournant à retour avec jour.

Alors que plus haut dans la rue de Paris on va bientôt voir disparaître la maison Desprairies, condamnée dans le cadre de la Zac des Hauts de Joinville, faut-il craindre de voir disparaître aussi ce bâtiment ?

C’est probablement le cas, car municipalité a déjà prévu une opération immobilière sur ce site et n’envisage pas de sauvegarder ce témoignage rare d’un état ancien du paysage urbain de Joinville. Pourtant, même dans une opération de reconversion du quartier, on peut parfaitement envisager d’utiliser l’immeuble et de le valoriser.

J’ai saisi le maire le 7 avril 2014 de cette question.

Repost 0
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 00:07

Disons-le tout de suite : la fermeture du parking de la rue de Paris, à Joinville-le-Pont, face à la mairie, est la première d’une série conséquente. Le 7 février 2011, les 60 places de ce parc de stationnement vont être condamnées. Les travaux de démolition de l’îlot, première phase de la construction des Hauts de Joinville, en sont la cause.

Un espace provisoire a bien été ouvert de l’autre côté de la rue, sur les ruines de l’ancienne gendarmerie. Mais il ne fait que 40 places et est, lui aussi, promis à la fermeture d’ici quelques mois.

Le prochain sur la liste sera sans doute le parking de la gare du RER. Il renferme, en théorie, 208 places, mais j’y ai compté récemment plus de 250 voitures de bon matin ; il est vrai qu’il est gratuit puisque la concession de l’ancien gestionnaire a été dénoncée. Dès que les travaux d’aménagement démarrent (le permis vient d’être définitivement accordé), il n’y aura plus un seul endroit pour se garer près de la gare.

Le quatrième parking condamné devrait être celui, souterrain, du quartier des Canadiens. Ses 26 places sont promises à être privatisées, selon les dernières indications de la mairie. Au total, près de 300 places officielles supprimées… et ce n’est pas vraiment fini, les travaux de la rue de Paris prévoyant encore quelques réductions, sans oublier les futures stations Autolib’ et autres aménagements.

La création de nouvelles places de stationnement publiques est certes envisagée, place du 8 mai 1845, mais aucune date n’est fixée, et il n’y a pas l’ombre d’un début de financement.

Difficile, le stationnement dans le centre ville deviendra infernal. Les commerces souffriront, et les usagers des transports en commun auront encore un peu plus de mal à utiliser leurs RER ou bus.

Je n’aurais pas la mauvaise foi de prétendre la municipalité ne fait rien : elle vient de lancer une étude sur le stationnement. Je peux vous prédire les résultats ; ce sera la préconisation qu’il faut instaurer une zone payante en centre ville. Pour en arriver là, il faudra en passer par quelques dizaines de milliers d’euros. Mais au bout du compte, il sera toujours aussi difficile de se garer – et plus coûteux.

Parking_25_Paris_2010.jpg

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Hauts de Joinville
commenter cet article
13 juillet 2010 2 13 /07 /juillet /2010 22:02

Le préfet du Val-de-Marne, Michel Camux, a signé le 7 juillet 2010 un arrêté déclarant d’utilité publique l’opération d’aménagement de la ZAC des Hauts de Joinville. Le document du haut fonctionnaire a été affiché le 13 juillet. De ce fait, les expropriations nécessaires à la réalisation des travaux deviennent possibles.

Jean-Jacques Gressier, adjoint au maire en charge de l’urbanisme (Ump), se réjouit, sur le site municipal « que le préfet valide ce projet emblématique pour l’avenir de notre ville ». Un « Espace Projet » devrait ouvrir le 11 septembre 2010 à l’angle de la rue de Paris et de l’avenue J-F. Kennedy.

Comme je ne partage pas complètement l’opinion du préfet au sujet de l’utilité publique de cette opération, je me réserve la possibilité d’engager un recours.

En effet, si la réalisation de la rénovation du centre ville est nécessaire, il ne faut ni d’un projet au rabais, ni d’un abandon des équipements indispensables. Enfin, comme toute opération d’urbanisme, celle-ci doit d’abord se fonder sur l’intérêt général, celui de tous les Joinvillais, et pas seulement sur l’avantage que peuvent en retirer quelques personnes.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Hauts de Joinville
commenter cet article

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes