Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

24 mai 2017 3 24 /05 /mai /2017 00:01

Article rectifié après actualisation par Laurent de Boissieu de son propre site (en y ajoutant les étiquettes politiques et en rajoutant la 1e circonscription).

Le journaliste politique Laurent de Boissieu (La Croix) livre sur son blog Ipolitique son pronostic pour la future Assemblée nationale. il s’agit de « tris mathématiques », sans qu’il ait, précise-t-il, analysé la situation circonscription par circonscription.

Au niveau national, de Boissieu prévoit 228 sièges pour la majorité présidentielle dont 194 pour La République en marche, 36 pour le Modem auxquels pourraient s’ajouter 17 divers droite et autant de divers gauche qui n’ont pas de concurrent LREM ou Modem sans avoir leur investiture, c’est-à-dire 262 députés sur 577. En outre, de Boissieu signale qu’il ne comptabilise pas les élus des îles du Pacifique qui s’apparenteraient à la majorité, ni les élus sous l’étiquette Ps ou des formations de droite qui décideraient de soutenir le gouvernement.

Pour le Val-de-Marne, ses prévisions sont tout simplement un raz-de-marée macroniste.

Dans la 1e circonscription (Saint-Maur),André Kaspi (LR) ne prendrait pas la suite de Sylvain Berrios le maire (LR) dont il est l’adjoint, mais Frédéric Descrozaille (LREM) serait élu.

Dans la 2e circonscription (Créteil), Jean Francois Mbaye (LREM, div. gauche) emporterait le siège détenu par Laurent Cathala (Ps), qui ne se représente pas.

Dans la 4e circonscription (Chennevières, Villiers), Maud Petit (Modem, ex-UDI) prendrait la succession de Jacques Alain Bénisti (LR) qui ne se représente pas.

Dans la 5e circonscription (Champigny, Nogent, Le Perreux), c’est Nadine Ret (LREM) qui battrait le député sortant Gilles Carrez (LR).

Dans la 6e circonscription (Vincennes) Guillaume Gouffier-Cha (LREM, ex-Ps) supplanterait la députée écologiste Laurence Abeille (EELV).

Dans la 7e circonscription (Fresnes) Jean-Jacques Bridey (LREM, ex-Ps), seul député sortant de la majorité, serait reconduit.

Dans la 8e circonscription (Maisons-Alfort, Charenton, Saint-Maurice et Joinville), c’est la jeune avocate Jennifer Douieb Nahon (LREM) qui détrônerait le pilier de la droite locale, Michel Herbillon, toujours maire de Maisons-Alfort.

Dans la 9e circonscription (Alfortville, Vitry) Gaelle Marseau (LREM) empêcherait le sénateur maire socialiste Luc Carvounas d’hériter du siège de René Rouquet (Ps).

Enfin, dans la 11e circonscription (Cachan, Villejuif) Albane Gaillot (LREM) remplacerait Jean-Yves Le Bouillonnec (Ps) qui ne se représente pas

Ainsi, avec 8 élus LREM et une Modem, la majorité d’Emmanuel Macron serait, dans le département, de 9 sièges sur 11.

Seules lui échapperaient la 3e (Villeneuve-Saint-Georges), où la lutte pour le poste du sortant Roger-Gérard Schwartzenberg sera sûrement très ouverte, et enfin la 10e (Kremlin-Bicêtre) où le sortant Jean-Luc Laurent (MRC) demande le renouvellement de son mandat, avec le soutien du Ps mais fait face à une forte concurrence à gauche.

Ne cachons pas que ce serait une surprise que de voir battre Gilles Carrez, maire du Perreux et personnalité éminente de la droite parlementaire ou Michel Herbillon, dans circonscription où tous les postes de maires comme de conseillers départementaux sont tenus par Les Républicains et la droite de toute éternité (politique).

Une surprise, mais aussi une joie.

Rappelons cependant que les "tris mathématiques" ne sont pas des prédictions.

Jennifer Douieb Nahon

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Législatives Val de Marne
commenter cet article
17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 22:18

Le nouveau ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, n’est pas un inconnu à Joinville-le-Pont. Ce professeur de droit public fut en effet recteur de l’académie de Créteil entre 2007 et 2009.

Il vécut alors dans une villa du quartier de Palissy et inscrivit sa progéniture dans les établissements scolaires de la commune.

Nommé ensuite directeur général de l'enseignement scolaire (DGESCO) au ministère de l'Éducation nationale, il était depuis juin 2013 directeur général du groupe ESSEC, bas à Cergy-Pontoise.

Âgé de 52 ans, Jean-Michel Blanquer rejoint ainsi Roger Bambuck dans la petite liste des Joinvillais ayant accédé à un maroquin ministériel.

Bravo à lui, et bon travail à tout le nouveau gouvernement qui allie dans un cocktail étonnant de franches compétences avec des personnalités issues de l’écologie, du socialisme, des radicaux gauche ainsi que du centre et de la droite modérée.

Jean-Michel Blanquer 2012 Wikipédia

Repost 0
15 mai 2017 1 15 /05 /mai /2017 16:50

Je n’ai aucun sentiment défavorable envers Sophie Gallais, la candidate socialiste dans la 8e circonscription du Val-de-Marne ; mes amis me disent qu’elle est très bien et j’espère qu’elle contribuera à refonder une force de gauche responsable et ambitieuse.

Pour l’élection législative de juin 2017, cependant, il faut faire un choix de raison et de cohérence.

Les Français, et c’est encore plus vrai de l’immense majorité des habitants du Val-de-Marne, comme de toute l’Île-de-France ou de Joinville-le-Pont, ont soutenu un renouvellement des pratiques politiques.

L’élection d’Emmanuel Macron ouvre un espoir pour une moralisation de notre vie politique, un engagement européen et une politique dynamique de soutien à l’innovation, à l’emploi et – j’espère – une grande exigence écologique.

Par la faute de choix peu heureux, le parti socialiste n’est pas, aujourd’hui, crédible pour porter seul l’attente de renouveau et l’ambition progressiste. Il le redeviendra sans doute un jour.

Mais pour l’instant, il faut donner au gouvernement d’Emmanuel Macron et Édouard Philippe la possibilité de conduire les réformes attendues.

C’est pourquoi je soutiens Jennifer Douieb-Nahon, la candidate investie par La République en Marche !

Jennifer Douieb-Nahon a 31 ans, est diplômée en droit et avocate au barreau de Paris. Elle est également chargée d'enseignement à l'université Paris-Dauphine. Mère de trois enfants, elle vit à Charenton-le-Pont.

Dans le site internet Val-de-Marne Citoyens, Jennifer Douieb-Nahon témoignait : « Il s’agit de mon premier engagement politique, ce que j’ai trouvé révolutionnaire est de travailler réellement sur les points du programme lorsque j’ai rejoint le comité [En Marche !] de Charenton. J’ai pu constater que les données étaient réellement remontées et prises en compte. »

Dans l’état nouveau du paysage politique, il ne faut pas non plus négliger le fait que la candidate En Marche ! est aussi une formidable chance de renvoyer notre élu sortant, Michel Herbillon (Les Républicains) dans la catégorie que j’espère vaste des politiciens passés de mode.

  • Réunion de lancement de la campagne de Jennifer Douieb-Nahon jeudi 18 mai 2017 à 20 heures à l'école Aristide Briand, 2, place Briand à Charenton-le-Pont.

 Jennifer Douieb-Nahon,

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Législatives
commenter cet article
24 juillet 2014 4 24 /07 /juillet /2014 16:43
Michel Herbillon
Michel Herbillon

La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique a rendu accessible sur son site internet, jeudi 24 juillet 2014, la déclaration du député de la huitième circonscription du Val-de-Marne (celle de Joinville, Maisons-Alfort, Saint-Maurice et Charenton-le-Pont), à savoir Michel Herbillon (Ump).

Cette publication se fait conformément aux lois du 11 octobre 2013 relatives à la transparence de la vie publique, qui imposent que les déclarations d’intérêts et d’activités des députés et des sénateurs soient mises à disposition des personnes intéressées. Par contre, contrairement aux ministres, les déclarations de patrimoines des parlementaires ne peuvent être diffusées.

Michel Herbillon, né en 1951, se présente comme un cadre supérieur, n’ayant actuellement aucune activité professionnelle à côté de ses mandats de député et de maire de Maisons-Alfort.

Il perçoit cependant une rémunération mensuelle de 943,20 € en tant que responsable de l’Association du Grand ensemble Liberté Vert-de-Maisons, qui gère quatre immeubles de logements sociaux.

Il déclare recevoir, en tant que maire de Maisons-Alfort, des indemnités de 2 485,18 € par mois.

En tant que député, il a embauché deux assistants parlementaires, Romain Maria et Olivier Capitano. Ce dernier est conseiller général de Maisons-Alfort, 1er adjoint au maire de Maisons-Alfort et secrétaire départemental adjoint de l’Ump.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Législatives Val de Marne Ump
commenter cet article
22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 00:54

Le maire de Saint-Maur-des-Fossés, l’ancien ministre Henri Plagnol, a vu son élection annulée par le conseil constitutionnel, car il avait comme suppléant,

Les électeurs de la première circonscription du Val de Marne, qui comprend Saint Maur, Bonneuil, une partie de Créteil (le canton nord) et une de Champigny (le canton ouest), sont donc appelés à retourner aux urnes le 9 décembre 2012.

Il y a neuf concurrents. À l’extrême droite, Anne-Laure Maleyre représente le Front national. À droite, les stigmates des tensions actuelles au sein du conseil municipal, où Henri Plagnol a été mis en minorité, se voient dans la multitude des candidatures : Henri Plagnol a la double investiture Ump-UDI (il est membre de la formation de Jean-Louis Borloo) mais a des dissidents de ces deux formations contre lui : Pascale Luciani, conseillère municipale de Saint Maur (UDI dissident) ; Sylvain Berrios, maire-adjoint et conseiller général du Val-de-Marne (UMP dissident) ; enfin, François de Grailly représente Debout La République.

À gauche, Akli Mellouli, maire-adjoint de Bonneuil, s’aligne pour le Parti socialiste ; Micheline Gervelas a l’investiture du Front de Gauche. Les Verts (EELV) n’ont pas présenté de postulant et appellent à voter pour Akli Mellouli.

Le Modem ne présente pas non plus de candidat mais n’a pas pris position.

Il y a enfin deux représentants du Parti Pirate (Kévin Cornet) et du Parti du vote blanc (Stéphane Guyot).

Le candidat socialiste espère devancer le sortant grâce à l’appui des écologistes. Les oppositions dans son propre camp risquent d’handicaper la candidature d’Henri Plagnol et de laisser des traces au second tour. Une fois le scrutin passé, la question de son maintien à la mairie de la quatrième ville du Val-de-Marne se posera.

Pour le premier tour des législatives annulées, le 11 juin 2012, les résultats étaient les suivants :

 

Parti

Candidat

Score

Ump

Henri Plagnol

37,7%

Ps

Akli Mellouli

27,9%

Front national

Anne-Laure Maleyre

9,4%

Front de gauche

Micheline Gervelas

8,4%

Divers droite

2 candidats

6,1%

EELV

Michel Gineste

4,4%

MoDem

Marie-Anne Kraft

3,5%

Écologiste

Bertrand Séné

1,0%

Extrême gauche

3 candidats

0,9%

Pirate

Kevin Cornet

0,8%

 

Mellouli-Akli-et-Hollande.jpg

Akli Mellouli avec François Hollande, 2012

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Législatives
commenter cet article
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 23:04

Tribune libre des élus de gauche de la liste Joinville en mouvement, parue dans « Joinville-le-Pont magazine » (juillet 2012).

Retrouvez les anciennes tribunes libres sur la page : Tribunes libres de la liste Joinville en mouvement.

 

Cela fait désormais quatre scrutins de suite que la gauche est en tête lors d’élections à Joinville-le-Pont. La première fois, c’était lors des européennes de 2009. Les socialistes, le Front de gauche et Europe écologie – Les Verts totalisaient 40,1%, quand la droite sarkozyste se contentait de 35,5%.

Les régionales de 2010 apportaient une confirmation nette. La droite tombait à 32,1%, tandis que la gauche montait à 48,3% au premier tour, puis 56,3% au second. Les ténors de l’Ump escomptaient que ce serait un feu de paille, dans des élections intermédiaires.

Mais l’élection présidentielle allait apporter la preuve éclatante que la tendance continuait. Au premier tour, les trois candidats de gauche recueillaient 45,4%, tandis que les deux de la droite parlementaire se contentaient de 32,1%. Au second tour, François Hollande l’emportait en rassemblant 52% des électeurs Joinvillais.

Avec l’élection législative de juin 2012, çà devient une habitude : la gauche l’emporte une nouvelle fois. Profitant du recul des centristes, la droite se redresse certes par rapport à la présidentielle, mais ses 37% sont cependant en net retrait sur le score de 2007 (45,4%). Et surtout, les mouvements progressistes continuent d’avancer, frôlant même la majorité absolue avec 49,8% des suffrages, toujours sans compter l’extrême gauche.

Cette tribune a été écrite avant le second tour, qui verra probablement le succès national de l’ensemble des forces de la majorité présidentielle.

Mais, outre le net glissement à gauche, un autre point est à souligner. Joinville était traditionnellement plus à droite que la moyenne française. C’est maintenant l’inverse qui se produit depuis 2012.

On tirera deux enseignements de cette évolution. Le premier est que les Joinvillais ont envie d’un changement, qui se traduise par une politique efficace de redressement économique, de maîtrise des finances publiques et de solidarité sociale.

La seconde leçon est que la majorité municipale, affiliée à l’Ump, est aujourd’hui particulièrement en décalage avec les souhaits des Joinvillais. Incapable de mener à bien ses projets urbanistiques, comme le montre l’échec de la reconstruction du gymnase Pierre François, elle est coupée du contact avec les habitants et leurs associations. Les entreprises de production et les services publics désertent la ville. Au dialogue, le maire préfère toujours le rapport de force, l’autosatisfaction et la confrontation politique.

Cette politique est précisément ce que les électeurs de Joinville ont sanctionné depuis 2009, avec toujours plus de force.

Benoit Willot, Marc Verstraete, Marie-France Astégiani-Merrain, Yves Tamet et André Maizener.

www.joinville-le-pont.info 

06 42 71 81 64

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Législatives
commenter cet article
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 23:06

La gauche remporte 7 sièges sur 11 dans le Val de Marne, alors qu’elle n’en avait que 4 sur 12 en 2007 (un siège a été supprimé). Elle échoue d’un cheveu dans la 4ème, où le maire de Villiers sur Marne, Jacques-Alain Bénisti, est réélu avec 74 voix d’avance seulement.

Quatre nouveaux députés de gauche font leur entrée au parlement, dont deux socialistes, une écologiste et deux de leurs partenaires. On remarquera qu’à nouveau, il y a une seule femme pour 10 hommes ; contrairement à 2007, ce sera donc une élue de gauche.

Roger-Gérard Schwartzenberg (Prg) fait son retour au parlement après son échec en 2007 comme député de Villeneuve Saint Georges. Laurence Abeille (EELV) est la première écologiste à entrer à l’Assemblée nationale dans le Val de Marne, dans une circonscription réputée à droite jusqu’ici, battant le maire de Saint Mandé, Patrick Baudoin. Jean-Jacques Bridey (Ps) apporte à la gauche la circonscription de Thiais. Jean-Luc Laurent (MRC) remplace un ancien communiste à Ivry.

À gauche, Laurent Cathala, René Rouquet et Jean-Yves Le Bouillonnec (Ps) sont réélus. C’est le cas à droite d’Henri Plagnol, Jacques-Alain Bénisti, Gilles Carrez et Michel Herbillon.

 

1ère circonscription : Henri Plagnol (Ump) réélu, 57,0% 25 800 voix

2ème circonscription : Laurent Cathala (Ps) réélu, 69,5% 20 713 voix

3ème circonscription : Roger-Gérard Schwartzenberg (Prg) élu, 52,0% 18 776 voix

4ème circonscription : Jacques-Alain Bénisti (Ump) réélu, 50,1%19 670 voix

5ème circonscription : Gilles Carrez (Ump) réélu, 54,1% 24 542 voix

6ème circonscription : Laurence Abeille (EELV) élue, 51,0% 22 602 voix

7ème circonscription : Jean-Jacques Bridey (Ps) élu, 54,8% 18 986 voix

8ème circonscription : Michel Herbillon (Ump) réélu 56,4% 23 536 voix

9ème circonscription : René Rouquet (Ps), réélu 70,7%16 826 voix

10ème circonscription : Jean-Luc Laurent (MRC, gauche), élu 100% 17 943 voix

11ème circonscription : Jean-Yves Le Bouillonnec (Ps), élu 100% 16 885 voix

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Législatives
commenter cet article
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 22:41

Le maire de Maisons-Alfort, Michel Herbillon (Ump), a été réélu député de la 8ème circonscription du Val de Marne redécoupée.

En 2007, il avait élu dès le premier tour. En 2012, il a été contraint à un second tour. Il l’emporte dans trois des quatre communes : Charenton-le-Pont, Maisons-Alfort et Saint-Maurice ; mais il est distancé à Joinville-le-Pont, nouvellement rattachée à la circonscription.

En 2007, la gauche totalisait 28,1% des suffrages, dans l’ensemble des 4 communes ; le total est monté en 2012 à 43,6% (+15,5%). Dans le même temps, la droite fait du sur place, malgré la non-présence du centre et de l’extrême droite : l’Ump obtenait 52% des voix dès le premier tour ; cette année, elle recueille 56,4% au second tour (+4,4%).

 

8e circ. 94

Parti

Voix

%

Inscrits

 

73 789

 

Votants

 

42 542

57,7%

Exprimés

 

41 728

98,0%

Michel Herbillon

Ump

23 536

56,4%

Patricia Richard

Ps

18 192

43,6%

 

Charenton-le-Pont

Parti

Voix

%

Inscrits

 

19 281

 

Votants

 

10 918

56,6%

Exprimés

 

10 728

98,3%

Michel Herbillon

Ump

5 947

55,4%

Patricia Richard

Ps

4 781

44,6%

 

Joinville

Parti

Voix

%

Inscrits

 

11 994

 

Votants

 

6 680

%

Exprimés

 

6 522

%

Michel Herbillon

Ump

3 052 

46,8%

Patricia Richard

Ps

3 470

53,2%

 

Maisons-Alfort

Parti

Voix

%

Inscrits

 

33 962

 

Votants

 

20 332

59,9%

Exprimés

 

19 952

98,1%

Michel Herbillon

Ump

11 956

59,9%

Patricia Richard

Ps

7 996

40,1%

 

Saint-Maurice

Parti

Voix

%

Inscrits

 

8 552

 

Votants

 

4 612

53,9%

Exprimés

 

4 526

98,1%

Michel Herbillon

Ump

2 581

57,0%

Patricia Richard

Ps

1 945

43,0%

 

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Législatives
commenter cet article
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 22:20

Une nouvelle fois, le second tour des élections législatives le 17 juin 2012 à Joinville-le-Pont montrent que la gauche est en tête dans la commune. La candidate socialiste, Patricia Richard, a amplifié le score de François Hollande lors de la présidentielle : le président de la République avait obtenu 52% ; la conseillère municipale de Saint-Maurice a recueilli 53,2% des suffrages.

Entre les deux tours, la représentante de la gauche a augmenté ses suffrages de 849 voix ; de son côté, Michel Herbillon, déjà distancé au premier tour, se contente de 595 voix de plus entre les deux tours.

 

Ø      Télécharger les résultats par bureau de vote.

 

Joinville

Parti

Voix

%

Inscrits

 

11 994

 

Votants

 

6 680

%

Exprimés

 

6 522

%

Michel Herbillon

Ump

3 052  

46,8%

Patricia Richard

Ps

3 470

53,2%

 

Patricia Richard

 

Richard Patricia

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Législatives
commenter cet article
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 20:18

Tous les candidats de la gauche pour le second tour des législatives, le 17 juin 2012, seront mardi 12 juin au Palais des sports de Créteil, où le ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg, viendra animer le grand meeting départemental de la majorité présidentielle.

Dans la 1ère (Saint-Maur-des-Fossés), Akli Mellouli, maire-adjoint de Bonneuil aura la tâche difficile. Ce sera plus facile pour le maire de Créteil, Laurent Cathala (2ème), largement en tête au premier tour. L’ancien ministre Roger-Gérard Schwarzemberg (Prg) tentera d’arracher la 3ème (Villeneuve Saint Georges). Dans la 4e, Simone Abraham-Thisse, conseillère générale de Villiers, espère bien être la première femme de gauche du Val de Marne à entrer au palais Bourbon.

Caroline Adomo à Champigny, 5ème, espère faire de même, mais elle aura fort à faire face au député-maire du Perreux (Gilles Carrez). La 6ème (Vincennes) a été une des grandes surprises du premier, et elle pourrait sourire à la représentante d’Europe écologie – Les Verts, Laurence Abeille. Jean-Jacques Bridey, maire de Fresnes, espère accrocher la 7ème (Thiais). Pour la 8ème, la conseillère municipale de Saint-Maurice, Patricia Richard, tentera de prolonger la dynamique du premier tour qui l’a vu progresser très fortement.

René Rouquet, qui vient d’abandonner son fauteuil de maire d’Alfortville pour se mettre en règle, de manière anticipée, avec les futures mesures anti-cumul des mandats, n’a guère de soucis à se faire dans la  9ème (Vitry). Autre grosse cote du premier tour, le chevènementiste Jean-Luc Laurent, maire du Kremlin Bicêtre (Mrc), qui a devancé le maire communiste d’Ivry au premier tour, devrait rester seul en lice au deuxième tour dans la 10ème. Enfin, Jean-Yves Le Bouillonnec, maire de Cachan, devrait se retrouver sans adversaire dans la 11ème, par le jeu du désistement républicain, la droite étant éliminée dans ces deux territoires de l’ouest du département.

Grand meeting départemental de toutes les forces de gauche en présence d’Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif.

Mardi 12 juin 2012 à 20h

Palais des sports de Créteil

rue Pasteur Valléry-Radot

Plan d’accès en cliquant ICI !

Montebourg.jpg


Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Législatives
commenter cet article

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes