Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

Archives

20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 23:03

Le cercle de silence de Saint Maur va être réuni pour la 25ème fois, et il a désormais un homologue à Sucy-en-Brie, hélas. Hélas, car c’est la preuve que les situations pénibles que les participants veulent dénoncer existent toujours.

Selon les organisateurs, depuis le vote de la loi Besson-Guéant-Hortefeux sur l'immigration et la fixation par le ministre de l'intérieur d'un objectif de 30 000 expulsions en 2011, la machine à expulser s'accélère et devient de plus en plus inhumaine.

Les préfets appliquent sans état d'âme des directives considérablement durcies, s'attaquant aux familles et aux enfants alors qu'ils disposent d'une marge d'appréciation humanitaire.

Désormais, sont pratiqués couramment l'enfermement d'enfants en rétention (45 jours possibles), l'expulsion des pères et le démantèlement des familles, le retrait de la protection des enfants pour pouvoir les expulser et l'arrestation sur les lieux d'hébergement d'urgence.

Les droits de recours et l'intervention du juge judiciaire sont réduits à la portion congrue, l'administration expulsant parfois les sans-papiers sans attendre le jugement du tribunal.

C’est pourquoi les militants et associations humanitaires des Bords de Marne appellent à ce nouveau cercle de silence.

  • Le cercle de silence est organisé vendredi 23 septembre 2011, de 18h30 à 19h30 – sur le Parvis de la station du RER A Saint-Maur Créteil.
  • cercle de silence de Saint Maur http://cercle-silence.over-blog.com/

Saint-Maur-des-Fosses-20110826-00225.jpg

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans sans papiers
commenter cet article
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 00:04

Plusieurs organisations patronales, dont la Cgpme, appuient les appels en faveur d’une régularisation.

Mais, si les temps sont souvent très longs pour ceux qui les vivent, les résultats arrivent aussi.

Un an et demi après le début de leur mouvement, cinq des huit sans papiers d’Oxyplus présents depuis le départ ont obtenu des autorisations temporaires de séjour et de travail. Les démarches continuent pour les autres.

Pour la sociologue Anne Bory et ses collègues (*), ces grèves marquent portent « l’action syndicale sur des terrains de lutte jusque là méconnus ou réputés particulièrement arides : intérim, travail à temps partiel et/ou à durée déterminée, travail au noir, aide à domicile. »

(*) Les travailleurs sans papiers réinventent la grève, Les Temps nouveaux, 7/02/2011.

 

02012010370

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans sans papiers
commenter cet article
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 23:07

 

Mme C. est marquée par la mémoire d’un maréchal de France, réputé conservateur. Elle fait ses études au lycée français de Casablanca (Maroc), baptisé du nom du maréchal Lyautey. Aujourd’hui, elle travaille comme directrice des ressources humaines dans une société parisienne.

 

Mais, si elle réside dans le Val de Marne, est mariée avec un français, vit et travaille dans notre pays depuis onze ans, Mme C. est cependant de nationalité étrangère. Elle dispose de papiers en règle, une carte de séjour qu’il lui faut renouveler tous les ans. Comme celle-ci vient à expiration mi-novembre, Mme C. prend la précaution de se rendre à la sous-préfecture de Nogent sur Marne dès le 30 septembre, pour prendre rendez-vous comme elle le fait tous les ans.

Après deux heures et demi d’attente, elle se voit proposer un rendez-vous… le 3 février prochain, soit dans 5 mois.

Comme elle demandait la raison d’un rendez-vous aussi éloigné dans le temps, on lui a répondu qu'il y a eu des suppressions de postes et que les agents sont en sous-effectifs... Mme C. demande, à défaut, un récépissé qui lui permettrait de circuler a l'intérieur et à l'extérieur du territoire français sans être inquiétée par les services de police. On lui a répondu que ce n'était pas possible et qu’elle devait attendre le 3 février pour avoir des papiers justifiant de sa présence sur le territoire.

Après plus de 11 ans passés en France, 6 ans d'activité professionnelle, et qu’elle est mariée en France à un citoyen Français, une telle situation met en danger sa situation professionnelle : elle doit se déplacer pour raisons professionnelles à l'étranger, fin novembre et courant décembre. Comment circuler avec une simple convocation a un rendez-vous qui a lieu en février ?

Pendant plusieurs mois, Mme C. va donc se retrouver, faute d'effectifs suffisants dans la sous-préfecture, dans une situation irrégulière. Elle sera ainsi, au moins techniquement, une « sans-papiers. »

Voici ce qu’écrivait Lyautey en 1895, en pleine affaire Dreyfus, alors que la droite à laquelle il était apparenté affirmait la culpabilité du capitaine dans un pseudo-complot contre la France : « ce qui ajoute à notre scepticisme, c'est qu'il nous semble discerner là une pression de la soi-disant opinion ou plutôt de la rue [...] Elle hurle à la mort contre ce Juif, parce qu'il est Juif et qu'aujourd'hui, l'antisémitisme tient la corde. »

Si l’on remplaçait « juif » par « étranger » et « antisémitisme » par « xénophobie », peut-être les paroles de l’ancien résident général du Maroc auraient-ils quelque résonnance avec la situation actuelle.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans sans papiers
commenter cet article
9 septembre 2010 4 09 /09 /septembre /2010 23:04

Un collectif d’artistes a lancé un appel, qui doit être présenté lors d’un grand concert de solidarité, organisé le 18 septembre 2010 au palais omnisports de Paris Bercy. On y entendra de nombreux artistes, dans une manifestation baptisée Rock sans papiers, comme Tryo, Jane Birkin, Abd Al Malik, Cali ou les Têtes raides

Les signataires se déclarent « solidaires des milliers de sans-papiers qui grandissent, étudient, et vivent à nos côtés dans notre pays. »

Ils refusent « que des enfants, souvent nés et scolarisés en France, soient expulsés avec leurs parents vers des pays qu'ils ne connaissent pas ou plus et dont certains ne parlent même pas la langue (…) que des parents soient arrêtés, menottés, rudoyés, humiliés et enfermés dans des Centres de Rétention Administrative sous les yeux de leurs enfants. Ils s’opposent d’une manière plus générale aux lois Besson sur l'immigration « qui bafouent le droit d'asile français et font honte au pays des droits de l'Homme » et appellent « à résister à ces pratiques indignes et inhumaines. »

Parmi les quelques centaines de signatures déjà enregistrées, on notera la présence d’un prix Nobel de littérature, José Saramago. D’autres écrivains figurent sur la liste, comme Didier Daeninckx, Edouard Glissant, Erik Orsenna ou Jorge Semprun. Les chanteurs et musiciens sont nombreux, comme les rappeurs Abd Al Malik ou I Am, mais aussi Jacques Higelin, Renan Luce, les Têtes Raides, Hubert-Félix Thiéfaine ou le groupe Mickey 3D. Il y a des historiens (Gilles Manceron), des comédiens (Guy Bedos, Miou Miou), des metteurs en scène (Ariane Mnouchkine), des réalisateurs de films (Bertrand Tavernier), des dessinateurs (Enki Bilal), des peintres (Ernest Pignon Ernest).

Dans cette liste, on compte au moins une joinvillaise : la comédienne et musicienne Elisabeth Wiener habite en effet à Joinville-le-Pont. Elle a créé en 1992 le groupe Castafiore Bazooka.

Outre plusieurs familles logées dans la commune, Joinville est concernée par la régularisation (en cours) des salariés de la société Oxyplus.

§         Pour signer l’appel : http://www.rocksanspapiers.org/-Appel-.html

http://www.rocksanspapiers.org/IMG/jpg/RSP20x30_150x222.jpg   Elisabeth Wiener 

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans sans papiers
commenter cet article
25 août 2010 3 25 /08 /août /2010 23:04

Le 4 avril 2008 le jeune malien, Baba Traoré, meurt après avoir tenté d’échapper à un contrôle policier à la gare RER de Joinville-le-Pont. Il était venu légalement en France pour donner un rein à sa sœur, malade, puis était resté après l’expiration de son visa. Il se noie près du pont de Joinville.

Les conditions de sa mort posaient des questions et l’évènement avaient soulevé une légitime émotion. Jean-François Voguet, sénateur du Val-de-Marne a donc, en date du 11 avril 2008, saisi la Commission nationale de déontologie de la sécurité (Cnds).

Le maire de Fontenay-sous-Bois (Pcf) voulait que l’instance vérifie « les circonstances exactes de cette affaire, en raison notamment de rumeurs faisant état de versions des faits contradictoires et des conditions dans lesquelles les contrôles d’identité étaient opérés d’une manière générale et de celle des étrangers en particulier. »

Cette commission, présidée par Roger Beauvois, président de chambre honoraire à la Cour de cassation a adopté, le 14 décembre 2009, un avis sur cette question.

La commission remarque que « faire demi-tour à la vue de policier n’est pas une circonstance de nature à caractériser une raison plausible de soupçonner qu’une personne serait susceptible de commettre ou tenter de commettre une infraction ». Mais elle relève que « les circonstances de l’espèce, notamment en raison d’un contexte de trafic de produits stupéfiants, autorisaient les fonctionnaires à procéder au contrôle de l’identité de M. [Baba Traoré]. »

La Cnds estime que « Le contrôle d’identité est donc régulier, lequel ne s’inscrivait pas par ailleurs comme cela a été évoqué par voie de presse, dans une opération visant exclusivement à rechercher des étrangers en situation irrégulière. »

Le rapporteur fait état d’un appel des policiers aux sapeurs-pompiers juste après qu’ils aient constaté que Baba Traoré « a sauté à l’eau ».

La conclusion est que « en dépit du caractère tragique de cette affaire dont les conséquences sont disproportionnées au regard de ce qui pouvait être reproché à M. [Baba Traoré], il ressort de l’ensemble de ces éléments, lesquels ont permis à la Commission d’exercer pleinement son contrôle, que le comportement des fonctionnaires de police n’est constitutif d’aucun manquement à la déontologie. »

Baba-Traore.jpg

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans sans papiers
commenter cet article
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 23:07

Avant les vacances estivales, les militants associatifs organisent un dixième cercle de silence à Saint Maur (Val de Marne) vendredi 25 juin 2010.

Les organisateurs dénoncent « le non-respect des droits des sans-papiers, la brutalité  et le mépris dont les pouvoirs publics font preuve à leur égard (…) : propos racistes de M. Hortefeux récemment condamnés par la justice, absence de réponse aux sans-papiers en grève au niveau national depuis octobre 2009, nouveau centre de rétention du Mesnil Amelot. »

Pour le collectif d’organisation, dans le Val de Marne la préfecture fait preuve d’un zèle particulier : « tous les dossiers de demande de régularisation déposés en préfecture du Val de Marne entre mars et juillet 2009 ont été annulés ! Jetés à la poubelle ! Quand on connaît la durée des procédures de régularisation qui peuvent s’étendre sur des années, ce sont sans doute de nombreux demandeurs, ramenés à la case départ, qui doivent  recommencer ce véritable parcours du combattant au cours duquel, croyez-en ceux qui les accompagnent dans ces démarches, ils sont traités de façon indigne. »

Ils rappellent que le préfet du Val de Marne a été condamné à dix reprises par le tribunal administratif de Melun pour avoir exigé,  en toute illégalité,  que les demandeurs d'asile justifient d'un lieu de résidence pour renouveler leur autorisation de séjour, malgré les protestations d’associations caritatives (Secours Catholique, ACAT, Amnesty, Cimade, GAS, Domasile).

Le cercle de silence sera suivi d’un apéritif avec l'apport de chacun.

  • Cercle de silence est organisé vendredi 25 juin 2010 de 18h30 à 19h30 - Parvis de la station du RER A Saint-Maur Créteil.
  • cercle de silence de Saint Maur http://cercle-silence.over-blog.com/

 cercle-silence-2009-10--2-.jpg

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans sans papiers
commenter cet article
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 00:05

Depuis plusieurs mois, des milliers de sans papiers mènent des mouvements revendicatifs, notamment dans des entreprises de nettoyage ou de restauration. La Cgt, à l’initiative du mouvement, estime qu’ils sont actuellement 6 000.

C’est le cas à Joinville-le-Pont par exemple de la société de nettoyage Oxyplus. En gève depuis octobre 2009, les salariés ont obtenu le soutien de la direction pour le dépôt de leurs demandes de régularisation.

Le 3 mars 2010, plusieurs organisations patronales et syndicales se sont retrouvées pour se mettre d’accord sur un texte commun en faveur de la régularisation des travailleurs sans papiers. L'association Ethic (Entreprises de taille humaine indépendantes et de croissance), la Cgpme, le syndicat patronal des activités du déchet et la direction de Véolia Propreté sont arrivées à un consensus avec la Cgt, la Cfdt, l'Unsa, la Fsu, Solidaires.

Voici des extraits du texte commun :

« Il est urgent de formuler des critères objectifs de délivrance d’autorisations de travail et de séjour pour les étrangers qui en sont dépourvus, mais qui d’une façon ou d’une autre s’acquittent et se sont acquittés de leurs cotisations. L’emploi d’étrangers sans titre de séjour est une réalité économique aujourd’hui dans notre pays, en particulier dans les secteurs tels que le BTP, l’hôtellerie–restauration, le gardiennage-sécurité, le nettoyage et le nettoiement, les services à la personne, la sous-traitance et le travail temporaire… Il est nécessaire de reconnaître de façon apaisée les besoins de certains secteurs d’activité. L’employeur ne devra, en aucun cas, subir une sanction rétroactive s’il se présente pour régulariser la situation des salariés pour lesquels il a payé des cotisations patronales pendant toute la période où il les a employés. Il est essentiel que la démarche employeur/salarié soit commune et conjointe. C’est une occasion de lutter réellement contre le travail illégal et c’est une démarche éthique. Cette démarche a valeur d’exemplarité, elle doit être prônée en tant que telle de façon à redonner fierté et confiance mutuelle. »

Les principales conditions mises par les signataires à la demande de régularisation des sans papiers sont d’apporter la preuve d’une activité salariée, chez un ou plusieurs employeurs, d’au moins 12 mois, au jour de la demande et l'engagement d'un recrutement en CDI ou en CDD d'au moins 12 mois.

Le Comité de soutien aux travailleurs sans papiers de Joinville-le-Pont organise une soirée festive de soutien aux grévistes d’Oxyplus le samedi 20 mars 2010 à 21h au Tapas Club, 28, avenue du général de Gaulle à Champigny sur Marne. Tour de chants antiracistes  et engagés assuré par le groupe Sud-Chansons.

Entrée –bon de soutien : 12 euros. La recette des entrées sera intégralement reversée aux grévistes.

Vous pouvez également envoyer des dons à : LDH Section St-Maur Bonneuil BP 54 94210 La Varenne (au dos, mention Solidarité travailleurs sans papiers Oxyplus)

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans sans papiers
commenter cet article
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 00:09
Le comité de soutien aux salariés de l'entreprise de nettoyage joinvillaise Oxyplus s'inscrit désormais dans la durée. Grâce au soutien du syndicat Cgt, il bénéficie d'une salle de réunion en mairie de Joinville. Présent sur le marché de l'avenue Gallieni (Joinville) samedi 16 janvier, il est sur celui de la place Lénine à Champigny le 23. L'objectif est d'informer et de recueillir des dons pour aider les grèvistes, dont certains sont sans ressources depuis le 12 octobre 2009. Les 9 travailleurs sans papiers ont obtenu le soutien de leur employeur pour leur demande de régularisation. Deux employés de la société Dmms se sont joints à eux. L'union locale Cgt de Champigny-Joinville et le collectif des salariés ont préparé les dossiers de demande de titres de séjour, qui doivent être prochainement déposés dans les préfectures des 5 départements où ils résident. Les 11 grèvistes travaillent (et paient taxes et impôts) en France depuis au moins 6 ans, 12 pour certains. Ils poursuivent l'occupation d'un local d'Oxyplus, mais suite à un accord entre le syndicat et la direction de l'entreprise, le travail a repris sur le site.
Repost 0
Published by Benoit Willot - dans sans papiers
commenter cet article
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 00:04

Le Comité de soutien aux travailleurs sans papiers de la société Oxyplus (nettoyage, Joinville-le-Pont) s’est réuni mercredi 13 janvier 2010 dans les locaux de la société, avenue Chapsal et en présence d’une délégation de la direction de l’entreprise. Celle-ci a confirmé appuyer les demandes de régularisation de ses salariés grévistes et intervenir en leur faveur auprès de la préfecture du Val de Marne.

Une délégation de la Cgt et des salariés de l’entreprise a été reprise, le même jour, par Olivier Dosne, maire Ump de Joinville-le-Pont, qui a également assuré qu’il écrivait à Michel Camux, préfet du Val de Marne, également en faveur de la régularisation.

Une délégation des différents salariés d’entreprises du département en grève, dont ceux de Joinville-le-Pont, et de la Cgt était reçue, jeudi 14 janvier, à la préfecture à Créteil.

Le comité de soutien remet, vendredi, un premier don de 500 euros aux grévistes, sans revenus depuis le 12 octobre. Il diffuse également, sur les marchés de la commune samedi et dimanche, un tract et un appel au soutien.

Une page « Travailleurs sans papier Oxyplus Joinville le Pont » a été mise en place sur le réseau social Facebook.

Voici le texte diffusé par le comité de soutien, qui a été rejoint notamment par tous les élus du groupe Joinville en mouvement et par de nombreux Joinvillais :

« Régularisation !

Depuis le 12 octobre 2009, neuf travailleurs sans-papiers de la société OXYPLUS à Joinville-le-Pont sont en grève pour obtenir leur régularisation.

Ils occupent leur entreprise depuis le 28 décembre afin d'obtenir gain de cause. Ces travailleurs sont en France depuis plusieurs années (12 ans pour certains). Ils travaillent sous contrat à durée indéterminée, payent leurs impôts et cotisent pour leur couverture sociale.

Cette mobilisation s'inscrit dans le mouvement, soutenu par onze associations et syndicats, de 6000 grévistes sans-papiers à l'échelle nationale.

Ils revendiquent simplement de pouvoir continuer à travailler sans encourir la menace d'une arrestation et d'une expulsion.

Ils ont besoin de soutien !

Un comité a été créé pour soutenir ces travailleurs jusqu’à l’obtention de leur régularisation et, au-delà, pour demander l’établissement d’une circulaire claire et sans discrimination pour la régularisation de tous les travailleurs sans-papiers.

Sans salaires depuis le 12 octobre, ils ont également besoin d'aides matérielles et financières.

Vous pouvez rejoindre ce Comité de soutien et apporter votre contribution à : LDH Section St-Maur Bonneuil BP 54 94210 La Varenne (au dos, mention Solidarité travailleurs sans papiers Oxyplus)

Union Locale CGT St-Maur/Joinville - Union Départementale CGT 94 - Sud Education Créteil - Solidaires - Cimade - LDH 94 - RESF 94 - Europe Ecologie - Gauche Alternative Champigny et environs - NPA - PC - PG - PRG - PS - les Verts

Pour contacter le comité de soutien : c3spjoinville@gmail.com »

02012010368.jpg

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans sans papiers
commenter cet article
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 00:06

Samedi 9 janvier 2010, une trentaine de personnes se sont rencontrées à Joinville-le-Pont (Val de Marne) pour constituer le Comité de soutien aux travailleurs sans papiers de la société Oxyplus.

Ces travailleurs sont en grève depuis le 12 octobre 2009 pour demander leur régularisation. Ils sont 9 impliqués dans ce mouvement. Ils occupent depuis le 28 décembre les locaux de la société de nettoyage, basée elle-aussi à Joinville-le-Pont.

Le mouvement, engagé à l’initiative du syndicat CGT, a reçu également le soutien de deux autres organisations syndicales (Sud éducation, Solidaires) et d’associations comme la Cimade, la Ligue des droits de l’Homme (LDH) et Réseau éducation sans frontières. Plusieurs organisations politiques étaient présentes et ont décidé d’appuyer le mouvement. C’est le cas d’Europe écologie, de la Gauche Alternative, du NPA (Nouveau parti anticapitaliste), du Pcf (communistes), du Parti de gauche, du Parti radical de gauche, du Parti socialiste et des Verts.

Dans un communiqué, les membres du comité ont indiqué : « Nous nous engageons à soutenir ces travailleurs jusqu’à l’obtention de leur régularisation et, au-delà, demandons l’établissement d’une circulaire claire et sans discrimination pour la régularisation de tous les travailleurs sans papier. »

Ils ont également lancé un appel pour que les salariés de la société de nettoyage reçoivent une assistance financière.

Les dons doivent être adressés à la LDH Section St-Maur Bonneuil BP 54 94210 La Varenne (au dos, mention Solidarité travailleurs sans papiers Oxyplus)

02012010370.jpg

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans sans papiers
commenter cet article

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes