Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 22:59

Xavier Bertrand a déclaré devant les députés, mercredi 2 novembre 2011, que le service de chirurgie cardiaque du centre hospitalier universitaire (CHU) Henri-Mondor de Créteil (Val-de-Marne) ne fermerait pas.

En faisant cette annonce, le ministre du travail et de la santé a désavoué une décision de l’agence régionale de santé (ARS) d’Île de France. Mais il a indiqué s’être appuyé sur un rapport que venait de lui remettre l’inspection générale des affaires sociales (IGAS) concernant les difficultés qu’a rencontré l’établissement : « ce service, a déclaré X. Bertrand, et l’hôpital Henri-Mondor ne doivent pas être pénalisés en raison de ces problèmes passés. Il a repris une activité, en termes de quantité, des plus satisfaisantes et des plus favorables. »

La restructuration au sein de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) devait se faire au profit de trois hôpitaux de Paris intra-muros. Elle avait entraîné, contre elle une forte opposition des personnels, des élus (dont ceux de Joinville-le-Pont) et des responsables universitaires. La coordination de défense de la chirurgie cardiaque à Mondor a recueilli 110 000 signatures sur sa pétition.

Le Dr Fabien Cohen, qui préside la coordination a réagi en montrant sa satisfaction devant « une victoire de la raison et de la mobilisation ». Dans un communiqué, la coordination et l’intersyndicale (Cgt, Cfdt, Sud santé) commentent que c’était une erreur de ne pas entendre les acteurs de terrain. Elle souhaite que cela débouche sur un développement du groupe hospitalier en lien avec son université (Paris-Est Créteil, Upec).

 

MONDOR.jpg

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans santé
commenter cet article
8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 00:02

La Coordination pour la défense du service de chirurgie cardiaque de l’hôpital Henri Mondor à Créteil (Val de Marne) a lancé une pétition « Nous ne laisserons pas fermer… », qui a dépassé les 12 000 signatures.

La fermeture de cet équipement, le seul de toute la banlieue de Paris, est programmée à brève échéance dans le cadre de la réorganisation de l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP).

La coordination, qui rassemble une grande partie des personnels, mais aussi des usagers et des élus, a déjà organisé deux manifestations, les 10 et 22 février 2011 ; à cette dernière date, plus de 600 personnes défilaient à Créteil – en protestant également contre les menaces visant un autre groupe hospitalier de la préfecture du Val de Marne, Albert Chenevier.

Avec le soutien de l’intersyndicale (Cgt, Cfdt, Sud) et de la présidente de l’Université Paris Est à Créteil (Upec), Simone Bonnafous, la coordination veut provoquer une table ronde avec le ministère, l’Agence régionale de santé (Ars), l’AP-HP et la direction du groupe hospitalier sur l’avenir de la chirurgie cardiaque en Île de France.

Pour appuyer ces revendications, une nouvelle manifestation est programmée le 10 mars, au ministère de la santé. Elle sera également l’occasion d’élargir le débat à la défense des intérêts de l’ensemble de population de l’est francilien. En effet des risques pèsent également sur les hôpitaux Émile Roux à Limeil-Brévannes, l’intercommunal de Créteil (CHIC) et plusieurs autres établissements.

L’objectif sera de défendre un service de santé public accessible à tous.

Ø      Rassemblement devant le ministère de la santé – 8, rue de Ségur, Paris 7ème (métro : Saint François-Xavier, ligne 13 - jeudi 10 mars 2011 de 11h30 à 13h30.

Mondor.png


petition

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans santé
commenter cet article
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 00:03

Il fut un temps où Joinville disposait d’importants équipements en matière de santé publique : un centre municipal de santé (avenue Wilson), une Caisse locale de Sécurité sociale (rue Vel-Durand).

En 2003, la majorité municipale, contre l’avis des usagers et malgré une pétition signée par près de 2000 personnes, fermait le CMS.

La caisse de l’assurance maladie aura tenu un peu plus longtemps. Malgré un temps d’ouverture réduit à deux jours par semaine, elle restait ouverte sous forme d’un espace d’information, mais fermait déjà lors des périodes de vacances scolaires.

Dorénavant, il n’y a plus rien depuis début janvier 2011. Le panonceau extérieur a été arraché. Et seule une affichette manuscrite prévient que le courrier ne sera plus ramassé. Ni fleurs, ni couronnes : on enterre discrètement les services publics.

Lancé en 2007, le plan Convergences et présence de la CPAM du Val-de-Marne prévoit de passer à 6 lieux d’accueil pour tout le Val de Marne, selon des informations transmises oralement aux employés de la CPAM. Il y en avait 41, il en reste encore 24 aujourd’hui ; celui de L’Haÿ-les-Roses a fermé en septembre 2010. Celui de Saint Maur a cessé de fonctionner le 24 janvier 2011 (selon le Saint Maur blog). Le Kremlin Bicêtre devrait suivre, avant bien d’autres.

Après la disparition du commissariat de police, de la gendarmerie et de l’agence Pôle emploi (en 2009), c’est à nouveau une suppression d’un service public à Joinville-le-Pont.

Le 16 février 2010, le conseil municipal de Joinville-le-Pont avait adopté à l’unanimité un « vœu sur le maintien de la caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) ». Tous les élus réclamaient que « la Caisse Primaire d’Assurance Maladie respecte ses engagements et maintienne une antenne sur le territoire Joinvillais afin de permettre aux usagers, souvent fragilisés, d’accéder à ce service public de proximité » ; ils n’auront pas été entendus.

220120111004

220120111002

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans santé
commenter cet article
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 23:04

Dans un département comme le Val de Marne, marqué par l’importance de ses infrastructures hospitalières l’application de la loi HPST dite loi Bachelot soulève de nombreuses inquiétudes.

Le Mouvement de défense de l’hôpital public (MDPH), un collectif de médecins, soignants, personnels hospitaliers, patients, estime qu’en supprimant l’appellation de service public hospitalier pour ne plus parler que d’établissement de santé, elle cherche à transformer l’hôpital public en entreprise.

Il est prévu de supprimer 20 000 emplois dans l’ensemble des hôpitaux. L’hôpital intercommunal de Créteil, dont Joinville-le-Pont est une des communes fondatrices, est évidemment concerné.

Le MDPH a pris l’initiative d’une pétition qui, le 12 mars avait déjà 667 058 signataires. Le mouvement espère plus d’un million de soutiens.

Le texte de la pétition :

 « Je défends l’Hôpital Public, lieu de formation des professions médicales et paramédicales, de l’innovation et des progrès thérapeutiques, qui offre à tous, sans discrimination, des soins de qualité.

Je m’oppose à son démantèlement qu’annoncent d’une part un nouveau mode de direction qui aura pour souci principal la rentabilité, d’autre part des suppressions d’emplois non justifiées qui altèreront la qualité des soins. L'Hôpital Public doit avoir un financement lui permettant de remplir ses missions.»

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans santé
commenter cet article
8 janvier 2010 5 08 /01 /janvier /2010 00:07

Début janvier 2010, il y avait 1400 Joinvillais qui s’étaient faits vacciner contre la grippe A (H1N1) au centre de vaccination de Saint-Maur-des-Fossés, le lieu principal pour les habitants de Joinville-le-Pont. À ce chiffre s’ajoutent les personnes qui ont reçu une injection sur leur lieu de travail, dans les établissements d’enseignement. Rappelons que, désormais, on pourra également se faire traiter par son médecin habituel.


Le centre a traité, au total, en 2009, 7 600 personnes de Joinville et Saint Maur.

On peut donc estimer que plus de 10% de la population communale est aujourd’hui protégée contre le virus.

La ville de Joinville-le-Pont a mis à disposition du centre de vaccination plusieurs agents communaux. Le centre est ouvert, du lundi au samedi de 8h30 à 22h et le dimanche de 9h à 13h.

Il est situé en mairie, place Charles de Gaulle à Saint Maur des Fossés.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans santé
commenter cet article
2 décembre 2009 3 02 /12 /décembre /2009 12:00

Le Téléthon mobilise traditionnellement de nombreux Joinvillais. De plus, la mairie accueille un des deux centres d’appel centralisent les promesses de dons de la banlieue parisienne, où 850 bénévoles vont se relayer. En 2008, les manifestations joinvillaises avaient permis de récolter 8 224 euros.

Mais, outre les manifestations organisées localement, c’est sur la Marne que se dérouleront les initiatives les plus spectaculaires.

À la tombée de la nuit, samedi 5 décembre, environ 300 bateaux à rame ou à pagaye, arriveront aux flambeaux au Port de Plaisance de Nogent sur Marne.

Ce sera l’épilogue d’une grande randonnée nautique à travers trois départements depuis Lagny-sur-Marne, via le canal de Vaires-sur-Marne, l’écluse de Neuilly-sur-Marne, puis une boucle pour rallier Nogent et le camping du Tremblay à Champigny, face au Pavillon Baltard et devant la zone des Guinguettes à Joinville. Au total, plus de 21 km de promenade sur l’eau.

L’arrivée devant le bâtiment de l’Aviron Marne et Joinville de Joinville-le-Pont devrait se faire sous l’œil des caméras de télévision à 18h15. Parmi les participants annoncés figurent Tanguy Estanguet, double champion olympique de kayak, et Jean-Christophe Bette, champion olympique et quadruple champion du monde d’aviron.

Vendredi soir, à partir de 20h30, une course de relais, à contre courant, autour de l’Île-aux-Loups rassemblera 16 canoës kayak de formes différentes et 15 équipages d’aviron. Selon Nogent Citoyen, on retrouvera notamment le chanteur Dave, qui a récemment pris ses premiers cours d’aviron à Joinville.

Le programme à Joinville

Vendredi 4 décembre :

18h30 : Collège Jules Ferry, tournoi de football, « Les Ballons du cœur », et démonstration de karaté par le KCJ

18h30 : parvis de l’hôtel de ville, gospel et soul music par Feel’Harmony

20h30 : Scène Prévert, « J’y suis, j’y reste » par le Théâtre Les Utopistes

Samedi 5 décembre :

9h-13h : gymnase Pierre François, initiation arts martiaux

Hôtel de ville : massage (14h-17h), maquillage pour enfants (10h-16h), apprentissage de l’anglais pour les enfants (14h-17h), initiation aux premiers secours (13h-15h), initiation langue des signes à 16h, initiation au langage des signes à 16h, « Boccia », etc.

Hôtel de ville : vente de spécialités orientales et antillaises (à partir de 11h), marrons chauds (9h-18h), barbes à papa (14h-16h).

9h-12h30 et de 13h30-17h, parvis de l’Hôtel de Ville : balade en voitures anciennes, organisé par le Lions Club International

13h-16h : hôtel de ville, mini-brocante

14h30 : Scène Prévert, « J’y suis, j’y reste » par le Théâtre Les Utopistes

15h : Tournoi de Bridge

Dimanche 6 décembre : hôtel de ville

9h-12h : Vente de marrons

11h : Démonstration de danse portugaise par l’Association Saia Rodada

12h : lâcher de Ballons

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans santé
commenter cet article
29 novembre 2009 7 29 /11 /novembre /2009 12:00

Voici un témoignage reçu d’une Joinvillaise à propos de la grippe A :

« Comme je suis une personne "à risque" j'ai reçu mon bon pour aller me faire vacciner.

Après mures réflexions j'ai décidé de me rendre au centre de vaccination indiqué sur le bon, c'est à dire mairie de St Maur.

C'était fermé.

De grands panneaux, indiquent que "sur ordre de la préfecture" le centre de vaccination est ouvert le mardi et le jeudi après midi....

La préfecture organise donc le tohu-bohu: En n'ouvrant que deux demi-journées par semaine, et en convoquant la presse, elle pourra montrer l'affluence.

Bref, si vous voulez vous faire vacciner, rappelez-vous mardi et jeudi après midi et arrivez tôt pour ne pas trop attendre… »

Le centre est ouvert, comme tous les autres dans le département, de 13 à 19h.

Une autre Joinvillaise s’étonnait quelques jours auparavant : « la liste des centres de vaccination dans le Val de Marne contre la grippe A est parue. Or Joinville n'y figure pas, alors que toutes les communes environnantes y figurent : Saint Maur, Champigny, Nogent etc. C'est un comble en ayant un maire pharmacien ! »

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans santé
commenter cet article
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 23:07

Le lycée d'Arsonval à Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne) a été le premier établissement scolaire en France à avoir fermé une classe en raison de la grippe A (H1N1) après la rentrée 2009. Lundi 7 septembre 2009, huit cas de grippe étaient relevés dans l’établissement qui accueille un millier d'élèves (dont pas mal de Joinvillais).

La classe fermée, une première ES de 36 élèves, continue malgré tout de fonctionner grâce au « cartable électronique » mis en place sur internet. Des cours d'histoire géo, de maths et de sciences économiques sont envoyés aux élèves par les professeurs. Le cahier de texte de la classe est également en ligne. Mais, selon les journalistes de l’AFP, le système ne fonctionnait pas parfaitement.

À Joinville-le-Pont, un premier cas de grippe A a été détecté lundi 7 septembre également à l’école élémentaire Bernard Palissy. L’enfant malade est écarté des cours pour 7 jours par son médecin. Selon le cabinet du maire, les associations de parents d’élèves ont été informées par et « les mesures préventives générales édictées par l’Education  Nationale et la Préfecture, ainsi que les processus de déclaration, sont suivis à la lettre. Les agents de la ville qui travaillent dans les écoles ont été formés au mois d’août à leur application. »

Dans la journée du 8 septembre, un cas, non encore confirmé, est signalé chez un enseignant du collège Jean Charcot.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans santé
commenter cet article
7 août 2009 5 07 /08 /août /2009 23:09

Pour l’information de tous, j’ai décidé de reprendre, dans le courant de l’été, les questions posées par des élus du groupe de gauche au conseil municipal de Joinville-le-Pont, Joinville en mouvement, et les réponses qui ont été apportées par le maire. Le texte reproduit ci-dessous est intégralement celui du compte-rendu officiel du conseil municipal

Voici la réponse du maire à une question posée lors du conseil municipal du 28 septembre 2008.

J’y ajoute, après la réponse du maire, un commentaire personnel.

Question du groupe des élus Joinville en Mouvement

« Une enquête menée à Paris montre que c'est aux abords des gares que les arrêts cardiaques sont les plus fréquents.

Plusieurs autorités sanitaires recommandent l’installation de défibrillateurs dans des bâtiments, équipements publics mais aussi sur voie publique. La Société française de médecine d'urgence a ainsi souligné le 4 juin 2008 a l’occasion de son congres que les défibrillateurs automatises externes « ont commence à sauver des vies ».

Plusieurs communes voisines font d'importants programmes d'équipement comme Le Plessis-Trévise (qui a équipé sa police municipale depuis 4 ans), Montreuil (qui prévoit d'en installer 30) ou Paris (qui a commence à s'équiper fin 2007 de 236 appareils).

Quelle est la politique de la commune de Joinville-le-Pont en la matière? »

Réponse de Monsieur Olivier DOSNE:

« Le taux de survie chez les victimes d'arrêt cardiaque hors milieu hospitalier est inferieur à 3%. Un appel immédiat au Samu, la réanimation et une défibrillation très précoce devraient permettre, selon l'Académie Nationale de Médecine, de multiplier ce taux par dix pour le faire passer a plus de 30%: Bien entendu le défibrillateur a lui seul ne remplace pas les secours mais permet de gagner de précieuses minutes le temps de leur arrivée.

Actuellement la Ville a équipé le Stade Municipal d'un défibrillateur. Par ailleurs, le Lion's Club en a offert un a la vil/e qui sera installe a la Police Municipale.

Jusqu'en mai 2007 la réglementation était très contraignante puisque certains types de défibrillateurs automatiques ne pouvaient être utilises que par quelques catégories de personnes spécialement formées (médecins, paramédicaux, pompiers ...). Depuis, le grand public peut les utiliser.

Nous travaillons actuellement à un plan pluriannuel d'équipement des bâtiments publics et des lieux publics où la concentration des Joinvillais est importante. Nous formerons par ailleurs les agents au maniement de ces appareils et aux premiers secours. Je saisirai par ailleurs les gestionnaires d'équipements de transports, comme la RATP, pour que des défibrillateurs soient installes à la gare RER. »

Commentaire personnel de Benoit Willot

Le plan n’a toujours pas été présenté.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans santé
commenter cet article
20 octobre 2008 1 20 /10 /octobre /2008 23:02

Une enquête menée à Paris montre que c'est aux abords des gares que les arrêts cardiaques sont les plus fréquents.

Plusieurs autorités sanitaires recommandent l’installation de défibrillateurs dans des bâtiments, équipements publics mais aussi sur voie publique. La Société française de médecine d'urgence a ainsi souligné le 4 juin 2008 à l'occasion de son congrès que les défibrillateurs automatisés externes « ont commencé à sauver des vies ».

Plusieurs communes voisines font d’importants programmes d’équipement comme Le Plessis-Trévise (qui a équipé sa police municipale depuis 4 ans), Montreuil (qui prévoit d’en installer 30) ou Paris (qui a commencé à s’équiper fin 2007 de 236 appareils).

Actuellement, il y a deux défibrillateurs à Joinville-le-Pont : un au stade Jean-Pierre Garchery et l’autre dans les locaux de la police municipale, qui a été offert par le Lion’s club.

Lors du conseil municipal du 29 septembre 2008, j’ai demandé quelle était la politique municipale en la matière. Le maire, Olivier Dosne (Ump) m’a répondu qu’un « plan d’équipement » de la commune était en cours de réflexion.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans santé
commenter cet article

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes