Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

24 juillet 2014 4 24 /07 /juillet /2014 16:43
Michel Herbillon
Michel Herbillon

La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique a rendu accessible sur son site internet, jeudi 24 juillet 2014, la déclaration du député de la huitième circonscription du Val-de-Marne (celle de Joinville, Maisons-Alfort, Saint-Maurice et Charenton-le-Pont), à savoir Michel Herbillon (Ump).

Cette publication se fait conformément aux lois du 11 octobre 2013 relatives à la transparence de la vie publique, qui imposent que les déclarations d’intérêts et d’activités des députés et des sénateurs soient mises à disposition des personnes intéressées. Par contre, contrairement aux ministres, les déclarations de patrimoines des parlementaires ne peuvent être diffusées.

Michel Herbillon, né en 1951, se présente comme un cadre supérieur, n’ayant actuellement aucune activité professionnelle à côté de ses mandats de député et de maire de Maisons-Alfort.

Il perçoit cependant une rémunération mensuelle de 943,20 € en tant que responsable de l’Association du Grand ensemble Liberté Vert-de-Maisons, qui gère quatre immeubles de logements sociaux.

Il déclare recevoir, en tant que maire de Maisons-Alfort, des indemnités de 2 485,18 € par mois.

En tant que député, il a embauché deux assistants parlementaires, Romain Maria et Olivier Capitano. Ce dernier est conseiller général de Maisons-Alfort, 1er adjoint au maire de Maisons-Alfort et secrétaire départemental adjoint de l’Ump.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Législatives Val de Marne Ump
commenter cet article
10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 00:03

Le quotidien Le Figaro (28/10/2010) évoque des rumeurs sur le (très long) feuilleton du remaniement ministériel annoncé. Il indique notamment que la députée de la 7ème circonscription du Val de Marne, Marie-Anne Montchamp, pourrait faire son retour au gouvernement.

Membre du groupe Ump à l’Assemblée nationale, Marie-Anne Montchamp avait été écartée du parti Ump pour s’être présentée contre la maire de Nogent sur Marne, Jacques Martin, lors des municipales de 2008. Elle siège aujourd’hui dans l’opposition au conseil municipal de cette ville.

Si elle continue à se référer à l’Ump, Marie-Anne Montchamp, ancienne secrétaire d’État, est également porte-parole de la formation politique de Dominique de Villepin, République solidaire. Rappelons que la circonscription de Marie-Anne Montchamp (Nogent, Joinville et des parties de Saint Maur et Champigny) a été supprimée par la réforme votée l’an passé et qu’elle risque donc de ne pas retrouver un siège lors du renouvellement de 2012.

Si Marie-Anne Montchamp devait siéger au gouvernement, c’est son suppléant qui la remplacerait comme député. Olivier Dosne (Ump), retrouverait ainsi une place qu’il avait déjà occupée pendant 14 mois en 2004 et 2005, quand la députée était entrée dans l’équipe ministérielle de Dominique de Villepin, en charge des personnes handicapées. Si cela devait advenir, Olivier Dosne devrait abandonner l’un de ses deux mandats de maire de Joinville-le-Pont ou de conseiller régional d’Île de France.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Ump
commenter cet article
15 juillet 2010 4 15 /07 /juillet /2010 23:08

Munich, comme Vichy, sont de jolies villes. Mais elles éveillent dans la mémoire collective de douloureux souvenirs, ceux de la honte et du renoncement face à la barbarie nazie. C’est pourquoi ce sont des références qu’il faut manier avec une certaines prudence.

J’ai lu, daté du 14 juillet 2010, un article signé du maire de Joinville-le-Pont, Olivier Dosne (Ump) sur son blog et intitulé « Pourquoi Villepin joue un jeu dangereux ». En fait, l’article est emprunté au journaliste Ivan Rioufol, et a d’abord été publié sur un blog du quotidien officiel de la droite, Le Figaro. Mais pour que personne ne se méprenne, Olivier Dosne conclut son emprunt : « Oui, Villepin joue un jeu dangereux et je partage cette analyse. »

L’élu Joinvillais cautionne donc le contenu de l’article en question. L’ancien premier ministre aurait un discours qui « se confond avec celui de l'opposition ». Il serait coupable d’un refus « de s'opposer au très réel totalitarisme djihadiste », ce qui serait « une manière de reproduire l'attitude munichoise de naguère. »

Mais il y a autre chose de fort intéressant dans le papier en question. C’est que loin de se focaliser sur la seule personne de l'ancien premier ministre, il s’en prend à tous ses partisans.

Et en particulier à celle qui est désormais la secrétaire général du mouvement fondé en juin par Dominique de Villepin, République solidaire, Marie-Anne Montchamp. Elle est, comme les autres villepinistes, dénoncée pour son « troublant aveuglement » et sa « lâcheté »

Mais cette Marie-Anne Montchamp, est aussi la députée de la 7ème circonscription du Val de Marne, c’est-à-dire l’élue de Joinville, Nogent, Saint Maur et Champigny. Et elle avait pris pour suppléant un certain Olivier Dosne…

Fut-elle aveugle alors en le choisissant ?

  Marie-Anne Montchamp et Olivier Dosne, alors sur les mêmes affiches (2008)

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Ump
commenter cet article
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 23:08

Le quotidien Le Monde a publié, le 1er avril 2010, un point de vue signé par treize députés UMP qui appellent à « suspendre le bouclier fiscal pour redonner du sens à la politique ».

Parmi eux, il y a Marie-Anne Montchamp, députée du Val de Marne. L’ancienne secrétaire d’État est devenue sans attache territoriale, la 7ème circonscription, où elle a été élue et qui comprenait Joinville, Nogent ainsi que des parties de Champigny et Saint Maur, a été supprimée définitivement en début d’année. Elle a plusieurs fois affiché son soutien à Dominique de Villepin et reste conseillère municipale de Nogent sur Marne.

Rappelons d’Olivier Dosne, maire de Joinville, Ump également, est le suppléant de Marie-Anne Montchamp mais qu’il s’est bien gardé de lui apporter, publiquement, un quelconque soutien.

Je ne suis pas un fanatique des textes des parlementaires de droite. Mais la prise de position de notre représentante permettra peut-être de dessiller les yeux de quelques uns. Que l’attachement à la justice fiscale progresse, je ne peux que m’en réjouir. Bravo donc, Marie-Anne Montchamp !

Voici donc la tribune des élus Ump :

« Nous l'observons depuis des mois : la déconnexion entre les annonces de la politique nationale et ce que vivent nos concitoyens n'a cessé de s'accentuer. Les résultats des dernières élections régionales comme leur taux d'abstention massif l'attestent.

« La déception est d'autant plus forte qu'elle a succédé à beaucoup d'espoir (peut-être trop) suscité par la campagne présidentielle. Le risque de découragement est aujourd'hui si grand qu'il nous semble urgent de répondre à une triple exigence.

« D'abord, rappeler la vérité. La dette est énorme, et tout le monde sait qu'il faudra la rembourser. La question des retraites est liée à l'allongement de la durée de la vie, et tout le monde sait qu'il faudra cotiser plus longtemps. La santé et la présence médicale ont un coût, et tout le monde sait qu'il faudra trouver des financements.

« Sur ces sujets majeurs, comme sur la réforme territoriale, les Français sont bien plus lucides qu'on ne le dit généralement. Ils n'attendent des hommes politiques ni mesures magiques ni miracles.

« En revanche, ce qu'ils expriment, de façon parfois même désespérée, c'est un manque cruel de perspectives communes, sur tous ces sujets, qui permettent de dépasser les intérêts et les réponses catégorielles en faisant appel à l'intérêt général.

« Proposer un effort collectif. Dans un monde en plein bouleversement, le risque de décrochage pour notre pays est réel. La dette atteint près de 1 500 milliards d'euros et il faudra des années pour redresser notre situation financière.

« La maîtrise de la dépense publique – nécessaire – n'y suffira pas. Et nous sommes convaincus qu'il faudra également augmenter les recettes fiscales. Double effort donc, qui demande que l'on hiérarchise les réformes, que l'on fixe des priorités, qu'on y consacre le temps du dialogue et de l'explication.

« Assurer un plus juste partage de l'effort demandé. Avec la crise, le bouclier fiscal va apparaître comme une injustice de plus en plus grande. Où trouve-t-on les ressources pour maintenir une couverture santé dans laquelle la dépendance pèse de plus en plus lourd ? Si l'on doit faire appel à la CSG, il serait inconcevable que ceux qui bénéficient du bouclier fiscal ne participent pas à cet effort.

« De même, la réforme des retraites, parfaitement diagnostiquée, réclame non seulement notre courage mais aussi des signes d'équité. L'effort promis et tenu sur le minimum retraite (+ 25 % sur cinq ans) n'empêche pas certaines "retraites chapeau" d'apparaître comme de véritables provocations.

« Même si, globalement, cela ne représente pas des sommes à la hauteur des enjeux, ce sont des signes inacceptables, comme sont inacceptables certains écarts de rémunération proprement insensés récemment affichés.

« Redisons que, de ce point de vue, la fiscalité peut être un outil d'équité. C'est pourquoi nous demandons la suspension du bouclier fiscal et déposerons à cet effet une proposition de loi.

« Voilà longtemps que notre pays entretient un rapport particulier à la politique en lui demandant du sens. Aujourd'hui, trop de Français ne perçoivent plus ce sens qui appelle à vivre ensemble, à construire un avenir commun.

« Dans une société qui s'émiette et se fragilise dangereusement, donnons des signes pour redonner du sens.

Jean-Paul Anciaux, député de Saône-et-Loire ; Loïc Bouvard, député d'Indre-et-Loire ; Marc Bernier, député de Mayenne ; Pierre Cardo, député des Yvelines ; René Couanau, député d'Ille-et-Vilaine ; Jean-Yves Cousin, député du Calvados ; Jean-Pierre Decool, député du Nord ; Jean-Pierre Giran, député du Var ; Jean Grenet, député des Pyrénées-Atlantiques ; Marie-Anne Montchamp, députée du Val-de-Marne ; Michel Piron, député de Maine-et-Loire ; Michel Raison, député de Haute-Saône ; Jean-Marie Rolland, député de l'Yonne.

Photo0006Affiches électorales, 2007

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Ump
commenter cet article
2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 23:01

Nous terminons l’examen des résultats des précédents votes pour le parlement de Strasbourg, afin d’éclairer les enjeux autour du scrutin du 7 juin 2009 pour renouveler les eurodéputés.

Lors des scrutins de 1984 et 1994, il n’y a pas eu de liste autonome représentant la droite gaulliste, le Rpr (qui les représentait) ayant fait alliance avec la droite et les centristes de l’Udf. En 1999, le Rpr s’était allié avec DL, ancienne composante de l’Udf. Rpr, Udf et DL ont ensuite fusionné pour former l’Ump, une partie de l’ancienne Udf rejoignant cependant le MoDem.

À Joinville-le-Pont, le vote de droite a été toujours été plus important que son poids national, bien que dans des proportions qui ne sont pas considérables.

Dans l’assemblée européenne, les élus gaullistes sont restés dans un groupe autonome, allié à plusieurs souverainistes, pendant la période 1979-1989. Ils ont ensuite rejoint le groupe du Parti populaire européen (PPE), jusqu’ici principalement formé de démocrate chrétiens, en compagnie de plusieurs formations conservatrices. Le PPE est la première formation la plupart du temps en nombre de sièges à Strasbourg et Bruxelles. Il pèse d’un poids majeur sur les décisions prises.

 

 

Vote pour les listes de droite

Scrutin

Europe

(élus PPE)

France

Joinville-le-Pont

2004 (Ump)

42%

16,6%

17,2%

1999 (Rpr-DL)

37%

12,8%

14,6%

1994 (Udf-Rpr)

30%

25,6%

27,1%

1989 (Udf-Rpr)

32%

28,9%

29,6%

1984 (Udf-Rpr)

37%*

43,0%

44,0%

1979 (Rpr)

37%*

16,3%

 

* Rpr non membre du PPE.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Ump
commenter cet article
5 décembre 2008 5 05 /12 /décembre /2008 00:03

La ville de Joinville-le-Pont est-elle une « ville Ump » ?

C’est la thèse que défend Benoît Cottet, délégué au conseil national de l’Ump et membre du comité de la 7ème circonscription du Val de Marne dans un message posté le 19 novembre 2008 sur le blog du maire de Joinville, Olivier Dosne : «  je tiens juste à rappeler que notre ville est UMP est que Le Maire Olivier Dosne est donc le patron de l'UMP Joinvillaise et qu'il a delegue à Jeanine Chery la responsabilité de l'animation de la section Joinvillaise, l'Organigrame Local de l'UMP local etant definit comme tel, tout militant qui souhaiterai effectuer une action sur Joinville doit en avertir soit Mr Dosne soit Mme Chery merci de votre Comprehesion. »

Mais on se souvient qu’en mars 2008, lors des élections municipales, les Joinvillais n’ont pas élu un « maire Ump » car, alors, Olivier Dosne n’avait pas l’investiture de la formation de Nicolas Sarkozy. Au contraire, il se présentait contre le candidat officiel de ce parti, Olivier Aubry. Depuis, et contrairement à ses déclarations d’alors, Olivier Dosne a repris sa carte dans la formation de la droite. Mais cela suffit-il à faire de Joinville une « ville Ump » ? N’y a-t-il pas là un abus de langage ?

On remarquera que les élections internes de l’Ump, le 15 novembre 2008, ont vu la défaite de certains des candidats soutenus par Olivier Dosne. Ce dernier s’opposait en effet à Jacques Martin, le maire de Nogent, soutenant contre lui Pascale Luciani-Boyer, maire adjointe de Saint-Maur-des-Fossés pour un poste de délégué au conseil national et Jacques Leroy, autre maire adjoint de Saint-Maur et conseiller général pour le poste de délégué de circonscription.

Dans les deux cas, c’est Jacques Martin qui l’a emporté, avec le soutien d’Olivier Aubry. Ce qui n’a pas été du goût de tous. Ainsi, sur le même blog d’Olivier Dosne, un certain Marc rappelait (17/11/2008) que « Martin est aux prises avec la justice » et estimait que « O. Aubry représentant nouveaux adhérents.....on se fiche du monde non ? Il ne sait plus quoi faire opur exister celui-là. »

Un « Politologue » (17/11/2008) relevait que « Visiblement il'n'ya pas qu'au Parti Socialiste que Aubry pose des Problemes ».

Quant à Liliane (20/11/2008), elle revient à la question que je posais d’emblée. « je suis contente de savoir que notre ville est Ump et qu'il y a enfin une section locale . Depuis quand? et, pourquoi les adhérents n'en ont-ils pas officiellement été informés? Pourquoi n'avons nous pas eu d'informations sur cet organigramme? Ou alors, mais je n'ose même pas y penser, TOUS les adhérents ne seraient pas informés de la même façon. Non, non ce n'est pas possible, j'ai mal dû lire mon courrier depuis quelques temps! Bon, je vais me renseigner auprès de monsieur Martin, délégué de la 7ème circonscription, à moins que ce ne soit pas lui non plus qui nous informe et alors là que devient-on nous les obscurs et les sans grade justes convaincus des idées, mais que vous commencez tous à décourager avec l'absence de volonté d'union, et de communication......a moins, qu'en fait je ne comprenne rien!! »

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Ump
commenter cet article
20 novembre 2008 4 20 /11 /novembre /2008 00:06

Les élections internes à l’Ump se sont tenues le 15 novembre 2008. Pour la 7ème circonscription du Val de Marne (celle de Joinville, Nogent, et de parties de Saint Maur et Champigny) le scrutin a vu la victoire, de justesse, du maire de Nogent, Jacques Martin, président du groupe Ump au conseil général, sur Jacques Leroy, adjoint au maire de Saint Maur et également conseiller général. Le premier a recueilli 52,7% des voix ; il y a eu 345 suffrages exprimés.

Nouveau délégué de circonscription Jacques J.P Martin estime que les militants ont « fait le choix du rassemblement et de l’union. »

Parmi les Joinvillais élus figurent des fidèles du maire, Olivier Dosne (qui n’était pas candidat) dont Benoit Cottet qui devient (avec J. Martin) délégués de la fédération Ump du Val de Marne au Conseil national en même temps qu’il est élu membre du comité de circonscription. Il est accompagné de deux adjointes au maire, Virginie Rossignol et Jeannine Chéry, ainsi que de Jean-Marie Platet, conseiller municipal.

Mais Olivier Aubry, conseiller municipal, le concurrent d’Olivier Dosne lors du dernier scrutin municipal, est lui aussi élu au comité de circonscription dans le collège des « nouveaux adhérents ». Par contre son colistier Gérard Outtier, également conseiller municipal et ancien maire-adjoint, a été battu.

Pour Jacques Martin, frappé d’une peine d’inéligibilité par le tribunal administratif de Melun mais qui a fait appel de la sentence, la conquête de cette position est une manière de renforcer son poids face à un avenir politique incertain pour lui.

Rappelons que la circonscription pourrait faire l’objet d’un redécoupage l’an prochain, si, comme prévu, le Val de Marne perd un de ses sièges de député.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Ump
commenter cet article
22 septembre 2008 1 22 /09 /septembre /2008 23:09

Le maire de Joinville-le-Pont, Olivier Dosne, vient d’ouvrir son blog. Pour l’instant, il a une cible réduite puisque son premier papier est une « Lettre aux militanst UMP ». Daté du 19 septembre 2008, l’article explique qu’il rejoint la formation de Nicolas Sarkozy.

En mai dernier, Olivier Dosne déclarait à la feuille confidentielle Première Heure (6/05/2008) : « j'ai été très déçu de n’avoir pas obtenu I'investiture UMP (…) Je ne I'ai pas digéré. Je me suis battu pour des valeurs. Or, aujourd'hui, je crois avoir été trahi par mon parti ». Cinq mois plus tard, la digestion est donc faite…

Olivier Dosne s’affiche comme un militant : « mon retour au sein de l’UMP est motivé par la volonté de Nicolas Sarkozy, notre président de la République, de cimenter l’unité de son parti et des siens, afin de mener et de gagner contre la gauche les campagnes électorales qui s’annoncent, qu’elles soient nationales ou régionales. »

Le discours devient rapidement même celui d’un homme d’appareil : « J’attire votre attention sur les prochaines échéances électorales locales : si vous souhaitez participer à l’élection de votre délégué de circonscription, vous devez être à jour de votre cotisation (…) avant le 26 septembre 2008. »

Bienvenue sur la blogosphère !

* Le blog d’Olivier Dosne : http://olivier-dosne.fr/

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Ump
commenter cet article
17 mai 2008 6 17 /05 /mai /2008 07:59

Le maire de Joinville-le-Pont, Olivier Dosne (divers droite) à accordé au bulletin Première Heure (6/05/2008) un entretien dans lequel il revient sur son positionnement politique. Olivier Dosne insiste notamment sur son engagement dans la vie publique et sur ses relations avec l’Union pour une majorité populaire (Ump, le parti présidentiel) ainsi que sur les liens qu’il compte avoir avec les élus de Joinville.

« J'ai été très déçu de n’avoir pas obtenu l'investiture Ump. J'ai été fidèle, j’ai été un militant discipliné (…) tout cela pour me faire doubler par Olivier Aubry qui n'était pas inscrit à l’Ump et qui a obtenu l'investiture à l'issue d'une mascarade sans nom. Je ne l'ai pas digéré. (…) Je crois avoir été trahi par mon parti. » (…)

« J'ai adhéré à l’Ump, estimant qu’il fallait pour gouverner une grosse machine de guerre. (…) Aujourd'hui, l’Ump doit évoluer. Au vu des résultats des cantonales et des municipales, franchement, le bureau départemental doit en tirer toutes les conséquences. (…) J'ai envie de dire : "il faut des têtes", "il faudra des démissions".

« Aujourd’hui, une nouvelle génération politique arrive : il faut faire évoluer l’Ump. C'est inévitable (…) Je suis fidèle à Marie-Anne [Montchamp]. Mais, désormais, j'existe. »

Concernant le conseiller général du canton de Joinville-le-Pont, Georges Nérin (Ump), Olivier Dosne précise : « si je peux travailler avec lui, je peux aussi me passer de lui. Des conseillers généraux, il y en a d'autres. »

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Ump
commenter cet article
5 mai 2008 1 05 /05 /mai /2008 23:06

Députée de la 7ème circonscription du Val de Marne, qui comprend notamment Nogent et Joinville, Marie-Anne Montchamp était également conseillère régionale, élue en 2004 sur la liste Ump dans le Val de Marne.

Lors du débat organisé par le Forum politique nogentais avant les élections municipales en mars 2008, son absentéisme dans l’assemblée francilienne lui avait été reproché. Bien que battue par le maire sortant, Jacques Martin (Ump), Marie-Anne Montchamp était devenue conseillère municipale d’opposition à Nogent sur Marne, un mandat de trop au vu des règles sur le cumul des mandats.

Elle a choisi de démissionner de son mandat  régional fin avril.

Le site Nogent Citoyen, animé par Cécile Dubois, relève que c’est dans un journal d’extrême droite qu’elle explique sa décision : Marie-Anne Montchamp démissionne du Conseil régional et se confie au journal Minute (25/04/2008).

Minute consacrait un dossier sur les exclusions auxquelles a procédé l’Ump (16/04/2008), la députée ayant été suspendue pour trois ans du parti majoritaire. Marie-Anne Montchamp dit regretter l’uniformité de la sanction malgré la diversité des situations. Elle a rappelé qu’elle n’avait jamais mis en péril la majorité - dans une ville toujours largement acquise à la droite. 

La députée, qui reste membre du groupe Ump, a réaffirmé vouloir « apporter à son camp ce dont il a besoin pour réaliser les promesses de changement annoncées pendant la campagne ». Elle s’est montrée proches de certaines personnalités comme Michèle Alliot Marie ou Hervé Mariton.

Elle a eu également des mots très durs envers Jacques Martin : « Il est incapable d’élever sa vision au-delà de la pure tactique politicienne. Heureusement, il n’a jamais été en charge de la politique de la France. »


Marie-Anne Montchamp, députée du Val de Marne 
Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Ump
commenter cet article

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes