Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 11:10

Eiffage immobilier, qui est déjà l’opérateur de la Zac des Hauts-de-Joinville, a un nouveau projet pour Joinville, qu’il a délicatement baptisé « Manhattan-sur-Marne. »

Ce projet concerne le terrain de l’ancienne usine Bi-Métal, haut lieu de l’histoire ouvrière de Joinville à la fin du 19e siècle et pendant une grande partie du 20e siècle. Il se situe dans le périmètre de l’usine des eaux, face à la cité Barbusse-Espérance et est propriété de la ville de Paris.

Eiffage a répondu, comme deux autres groupements, à l’appel à propositions de la Métropole du Grand-Paris qui concernait 61 sites de la couronne parisienne, pour lesquels 164 dossiers ont été retenus. Les résultats de la première phase de l’appel à propositions ont été diffusés le 1er mars par la Métropole.

Sur le site joinvillais, qui fait un demi-hectare, trois propositions ont été déposées :

Projet ALTAREA COGEDIM BI-METAL

Mandataire : COGEDIM PARIS METROPOLE

Promoteurs/investisseurs : SAS ACTION DEVELOPPEMENT LOISIRS ● RECREA (exploitant espace aquaAque et bien-être)

Concepteurs : GOES●PERON ARCHITECTES ● AC&T PAYSAGES ET TERRITOIRES (paysagiste)

Autres membres de l’équipe : BG INGENIEURS CONSEILS SAS (BET généraliste et stratégie énergétique) ● AI ENVIRONNEMENT (BE environnement)

Projet LINKCITY JOINVILLE BI METAL

Mandataire : LINKCITY Ile-de-France

Promoteurs/investisseurs : LINKCITY (promoteur) Concepteurs : MFR (architecte) Autres membres de l’équipe : BOUYGUES BATIMENT Ile-de-France S.A.S. (constructeur)

Projet Manhattan sur Marne Mandataire : EIFFAGE IMMOBILIER Ile-de-France

Promoteurs/investisseurs : EIFFAGE IMMOBILIER Ile-de-France (promoteur)

Concepteurs : LANKRY ARCHITECTES

Autres membres de l’équipe : ARTELIA BATIMENT ET INDUSTRIE ● BRANCHE ARCOBA (BET environnement) ● IMPULSE PARTNERS (accélérateur de start-ups)

Les trois groupements finalistes accèdent aux offres de financement négociées par les organisateurs (200M€ de financements de l’État par le biais du Programme d’investissements d’avenir, et de la Caisse des dépôts pour l’ensemble des 61 sites).

Ils doivent déposer la version finale de leur projet d’ici juillet 2017. Les lauréats seront annoncés par la métropole du Grand-Paris (dont Joinville fait partie) en septembre 2017.

Repost 0
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 09:51
Manifestation pour dire : Stop au béton !

Un collectif de citoyens s’est formé pour dire Stop au béton ! Un tract a été diffusé à Joinville-le-Pont sous le nom de « cnotrejoinville ».

Le collectif regroupe des militants associatifs. Il a aussi le soutien de formations et d’élus politiques : les socialistes du Ps, les radicaux de gauche du Prg, les écologistes d’EELV ainsi que les membres de la liste (divers droite) d’Olivier Aubry.

Les organisateurs ont appelé, samedi 20 juin 2015, une marche qui ira depuis les anciennes usines Cartier (ex-Essilor, 21, boulevard du maréchal Leclerc). Elle passera par la rue de Paris, où des travaux sont en cours, et rejoindra la gare RER, face au nouvel immeuble de la BRED.

La crainte du collectif, rejoignant des avis maintes fois mentionnés dès l’enquête publique sur le projet des Hauts de Joinville, est que les opposants, est que cet axe devienne un « canyon urbain » où le soleil sera rare.

Pour les socialistes du Ps, il s’agit de protester contre « le remplacement systématique du cadre de vie et du patrimoine par du béton. »

Pour les écologistes d’EELV, c’est une réaction « à la morgue de la majorité municipale. »

Pour des raisons professionnelles, je ne serai pas présent à Joinville le 20 juin, mais j’ai, dès le départ, soutenu cette initiative.

Repost 0
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 00:03
Rue de Paris, bâtiment historique
Rue de Paris, bâtiment historique

Une enquête publique est en cours sur l’intérêt d’un nouveau projet immobilier à Joinville. Il concerne les anciennes usines de montures de lunettes Cartier, baptisées antérieurement Luxury Eyewear et précédemment encore Essilor. Dans cet article, je donne la quatrième partie du point de vue que j’ai transmis au commissaire enquêteur sur ce projet.

Le projet présenté propose (page 28) « la suppression de la protection de l’immeuble 56, rue de Paris. »

Une « Étude patrimoniale » jointe au document de présentation du projet et réalisée par le cabinet Architecture et patrimoine conteste (page 52) la datation faite par Marie-Agnès Férault, conservateur du patrimoine, l’estimant « fort peu probable ». Mme Férault estimait dans la note insérée dans l’inventaire général du patrimoine culturel, réalisée en 1986, que le bâtiment et ses composantes datent du 17e ou du 18e siècle.

En conséquence, le cabinet Architecture et patrimoine considère (page 54) que « peu d’éléments permettent de justifier la protection de l’édifice. »

Au contraire, je considère qu’il faut qu’on sauvegarde ce témoignage rare d’un état ancien du paysage urbain de Joinville. On peut évidemment, après réaménagement, le réutiliser par exemple dans le cadre d’un équipement public.

Repost 0
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 00:07
Logements privés à Joinville
Logements privés à Joinville

Une enquête publique est en cours sur l’intérêt d’un nouveau projet immobilier à Joinville. Il concerne les anciennes usines de montures de lunettes Cartier, baptisées antérieurement Luxury Eyewear et précédemment encore Essilor. Dans cet article, je donne la troisième partie du point de vue que j’ai transmis au commissaire enquêteur sur ce projet ; un autre article va suivre.

Le projet présenté prévoit la construction de « 169 nouveaux logements, dont 17 en accession sociale ». En supposant que les logements en accession puissent être rangés dans la catégorie « logements sociaux », leur part est donc de 10%.

Selon les chiffres de la Drihl, Direction régionale et interdépartementale de l’hébergement et du logement), Joinville avait au 1er janvier 2013 un taux de logements sociaux de 27,2% avec 2 204 appartements relevant de ce classement pour un nombre de logements en résidence principale 2011 de 8 345. Depuis cette date, plusieurs centaines d’habitations nouvelles se sont ajoutées, parmi lesquels la part de logements sociaux est très faible.

De ce fait, la commune est très proche du seuil de 25 % de logements sociaux par rapport aux habitations principales fixé par l’article L302-5 du Code de la construction et de l'habitation.

La faible part de logements sociaux dans le projet contribuera encore à réduire la part dans la commune de -0,4%.

Je demande donc que la part de logements sociaux du projet ne soit pas inférieure à 25%.

Repost 0
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 00:04
Cartier rue de Paris
Cartier rue de Paris

Une enquête publique est en cours sur l’intérêt d’un nouveau projet immobilier à Joinville. Il concerne les anciennes usines de montures de lunettes Cartier, baptisées antérieurement Luxury Eyewear et précédemment encore Essilor. Dans cet article, je donne la deuxième partie du point de vue que j’ai transmis au commissaire enquêteur sur ce projet ; deux autres articles vont suivre.

Lors de l’adoption du plan local d’urbanisme, l’équilibre des activités économiques et d’habitation était un des éléments majeurs tant en ce qui concerne le Projet d'aménagement et de développement durable (PADD) que le cadre réglementaire.

Le nouveau projet prévoit la suppression pure et simple de la zone UF (centrée sur l’activité) au profit d’une extension de la zone UCa (principalement axée sur l’habitat).

La justification dans le texte de présentation (page 14) est particulièrement faible : « L’activité est une matière socio-économique dont la viabilité exige de plus en plus de dynamique et le site est lui en perte de vitesse du fait du départ de l’activité de lunetterie. »

En favorisant un peu plus la désindustrialisation et le départ d’activités économiques du centre-ville, la modification proposée va au rebours des intentions affichées du PLU de Joinville aussi bien que de celles des politiques publiques nationales ou régionales.

Je demande en conséquence que l’éventuelle modification du PLU prévoie un maintien d’une activité économique conséquente, notamment en centre-ville et dans le périmètre de l’actuel projet.

Repost 0
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 00:01
MCL Cartier
MCL Cartier

Une enquête publique est en cours sur l’intérêt d’un nouveau projet immobilier à Joinville. Il concerne les anciennes usines de montures de lunettes Cartier, baptisées antérieurement Luxury Eyewear et précédemment encore Essilor. Dans cet article, je donne la première partie du point de vue que j’ai transmis au commissaire enquêteur sur ce projet ; trois autres articles vont suivre.

Les établissements industriels qui se sont succédé sur le site objet de l’enquête (Essilor, Luxury Eyewear, Cartier MCL) ont utilisé des matériaux réputés polluants et dangereux. À ce titre, la préfecture du Val-de-Marne les fait figurer sur sa liste 2015 des « Installations Classées pour la Protection de l'Environnement (ICPE). »

Le site relève de pas moins de neuf catégories impliquant un classement ou une autorisation : hydrogène, solvants, usage de minéraux (platine notamment), électrolyse, matières abrasives, polymères et vernis.

Or, le dossier de présentation du projet présenté à l’enquête publique se contente de dire que « Le projet, à terme, ne présente pas d’incidence sur la santé publique ou la sécurité » (p 37 du dossier de présentation).

On sait pourtant que la dépollution de sols a provoqué d’importantes difficultés pour la réalisation de logements (comme à Polangis) ou d’écoles (comme à Vincennes et Nogent).

Je demande que des études sérieuses sur la pollution des terrains et sur leur traitement soient réalisées avant l’engagement du projet.

Repost 0
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 15:02
L’enquête publique pour l’aménagement Leclerc

Une enquête publique est en cours sur l’intérêt d’un nouveau projet immobilier à Joinville. Ce projet concerne les anciennes usines de montures de lunettes Cartier, baptisées antérieurement Luxury Eyewear et précédemment encore Essilor.

Selon les documents de la mairie, le projet prévoit « 169 logements, dont 17 en accession sociale »

Le projet va donc amener environ 400 habitants en plus sur le haut de Joinville, s’ajoutant au renfort provenant de la Zac autour de la mairie (1 100) et aux quelques centaines issus des opérations de l’ancien centre culturel, bd du Ml Leclerc, rue Bernier, rue de Joinville ou quai de la Marne. À l’issue de ces opérations, la population de la rive droite de la Marne devrait avoir enregistré une hausse de près de 2 000 personnes (elle comptait moins de 8 000 habitants en 2008).

S’il est mis en œuvre, le projet du maire aura comme conséquence de supprimer une zone qui était, dans le plan local d’urbanisme, réservée à l’activité économique. C’est un changement majeur, qui modifie l’équilibre voulu entre les différentes formes d’occupation du sol. Petit à petit, les unités productives quittent la commune et sont remplacées exclusivement par du logement.

Le projet prévoit également la création d’une « école maternelle de 12 classes ». Le besoin d’une augmentation de la capacité d’accueil des plus jeunes avait été mis en évidence au cours des enquêtes préalables au lancement de la Zac des Hauts de Joinville – une évidence pourtant niée par la municipalité, qui prétendait que les nouveaux arrivants n’auraient que très peu d’enfants. Les premiers installés lui ont vite donné tort.

Dans de prochains articles, je reviendrai sur les enjeux de cette modification très substantielle des règlements d’urbanisme municipaux.

Pour l’instant signalons que l’enquête se déroule jusqu’au vendredi 20 février 2015 inclus. Un registre est déposé en mairie de Joinville, où les remarques peuvent être déposées.

Le commissaire enquêteur, M. Patrice Trinquet, recevra le public à l’hôtel-de-ville le vendredi 20 février de 9h à 12h.

Repost 0
3 janvier 2014 5 03 /01 /janvier /2014 00:09

L’urbanisme, à Joinville, c’est une histoire. Depuis 30 ans, la même majorité politique et les mêmes élus nous ont livré trois nouveaux quartiers dans le cadre de zones d’aménagement concerté (Zac) : les Canadiens, les Studios de Joinville et maintenant les Hauts de Joinville.

Voici ce qui s’est passé en matière de parkings : on nous garantissait que des places de stationnement publiques seraient créées ; la commune en prenait possession. Puis, sous divers prétextes, ces places étaient cédées à des intérêts privés. C’est ce qui s’est passé pour les Studios, comme pour les Canadiens, et c’est l’actuelle municipalité qui a fini en 2012 et 2013 de liquider les places de stationnement appartenant à la mairie dans ces deux quartiers. Rien qu’aux Canadiens, il y avait 123 emplacements publics ; il en reste 0.

Maintenant, sans aucune garantie quant à la gestion de ce futur parking, le conseil municipal a été prié en décembre 2013 de déclasser l’actuel parc qui jouxte la mairie, sur le terrain de l’ancienne gendarmerie. Un parking commun aux logements et commerces, au gymnase projeté et à la mairie devrait être créé sous l’immeuble à construire. Toute l’histoire locale montre que ces équipements à usages multiples ne fonctionnent pas ; tôt ou tard, la ville constatera que ça coûte trop cher, que des habitants ou des sociétés veulent s’approprier ces places, et le processus de liquidation sera engagé.

Et voilà également ce qui est arrivé à propos des espaces verts. Le cœur du quartier des Canadiens devait être un parc urbain ; en fait, quelques pelouses truffées d’édicules avaient fait leur apparition. Il aura fallu de gros travaux, payés par les contribuables entre 2011 et 2013, pour y implanter un petit jardin. Autre parc annoncé au centre des Studios, promis pour plus de 3 000 m². On n’y trouve guère que quelques parterres de fleurs aujourd’hui.

Pour les Hauts de Joinville, on annonçait aussi un vaste espace vert, de 3 000 m². Le conseil municipal de décembre a accepté de retrancher 200 m² sur le terrain où il doit être implanté. Avec un immeuble débordant sur ce bout de pelouse, ce qui sera mis à la disposition des promeneurs et des enfants rétrécit donc.

L’implantation d’un nouveau quartier aurait dû être synonyme d’amélioration des équipements de la ville. C’est le contraire qui se passera : les écoles vont être surchargées, puisqu’aucune extension n’est prévue ; des parkings ont été supprimés et d’autres le seront ; aucune installation culturelle ; un gymnase et une crèche aux capacités d’accueil bien inférieures aux besoins…

Citons pour conclure ce passage de La comédie humaine, d’Honoré de Balzac, que nous dédierons aux Rastignac de banlieue qui tentent de mettre la main sur notre urbanisme et à ceux qui ont cru en leurs promesses : « la voici la reine des illusions » (Peau de chagrin).

 

Centre-copie-1.jpg

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans urbanisme
commenter cet article
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 00:30

C’est par un avis officiel publié dans le quotidien Le Parisien (25/02/2011) que j’ai appris la mise en révision du plan local d’urbanisme (PLU) de Joinville-le-Pont. C’est la troisième modification du document d’urbanisme communal, depuis son adoption en décembre 2007.

Je suis membre du conseil municipal et de la commission chargée de l’urbanisme, mais je n’avais jamais entendu parler de ce projet. Et j’en ignore tout…

L’avis, repris depuis sur le site internet de la mairie, est laconique. Le voici :

« Considérant la nécessité de modifier ponctuellement le zonage, notamment les zones UNb et UB, ainsi que le besoin de rectifier les erreurs de frappe et d’apporter à l’ensemble du règlement des corrections permettant de faciliter la compréhension du règlement par les usagers, une enquête publique relative à la modification du Plan Local d’Urbanisme se tient en Mairie de Joinville-le-Pont (23, rue de Paris) du 14 mars au 16 avril 2011. »

La zone UNb correspond principalement à l’actuelle usine des eaux (avenue Pierre Mendès-France). Elle est définie ainsi dans le PLU : « la zone UN est affectée à des espaces libres ou des équipements tels que : des aires de sport ou de loisirs, des équipements scolaires ou des équipements collectifs dont les caractéristiques ou la destination ne correspondent pas aux règles classiques des diverses zones urbaines. »

À contrario, « la zone UB correspond à la zone centrale de la ville qui a fait l’objet d’une urbanisation récente sous la forme d’immeubles d’habitation collectives [sic] comportant quelques activités économiques ainsi que de grands équipements. » Il est précisé que la zone UB intègre le secteur des Hauts de Joinville, bien qu’il fasse l’objet d’un projet d’aménagement spécifique.

On peut donc supposer que l’on veut intégrer une partie de la zone UNb (réservée à des équipements collectifs) à la zone UB (immeubles et activités). Mais tout ceci, nous ne le saurons qu’après ouverture de l’enquête publique.

Quant aux corrections et autres rectifications, on rappellera, avec d’autres spécialistes du droit de l’urbanisme, que le diable est dans les détails.

Comme lors des précédente révisions, en 2009 (Hauts de Joinville) puis en 2010 (site Pathé et parking du RER), le dossier soumis à enquête publique n’est pas accessible en ligne. C’était le contraire en 2007, quand le PLU a été élaboré.

 

Sagep-GE-2006.jpg

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans urbanisme
commenter cet article
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 00:17

Le projet de construction d’un immeuble de bureau sur le parking du RER de Joinville-le-Pont vient de franchir plusieurs étapes importantes. Icade, société immobilière du groupe Caisse des dépôts et consignations, propriétaire du terrain, vient d’obtenir un permis de construire pour 19 000 m² de bureaux, signé le 26 novembre 2010 par le maire de Joinville.

Le 1er décembre, annonce avoir vendu l’immeuble en état futur d’achèvement (VEFA) à une société immobilière hollandaise, Wereldhave. Le communiqué financier précise que la vente a été réalisée pour 67 millions d’euros, soit plus de 3 500€ du m².

L’immeuble est conçu par Jean-Paul Viguier et baptisé « Urban Green ». Il veut obtenir le label BBC Effinergie et recherchera la certification BREEAM International 2009 niveau Excellent. La construction, qui a nécessité la modification du plan local d’urbanisme de la commune, se fera sur hui niveaux, entre le Bois de Vincennes et la gare RER.

Particularité liée au terrain, l’immeuble aura deux adresses, l’une parisienne (route de la Pyramide) et l’autre joinvillaise (avenue des Canadiens).

Le groupe immobilier Icade annonce avoir conclu avec une promesse de vente pour un futur immeuble de 19.000 m2 de bureaux (R+7) à Joinville-le-Pont (94).

Icade annonce que les travaux devraient démarrer « au cours du troisième trimestre 2011 » et que la livraison du bâtiment est prévue « au cours du deuxième trimestre 2013. »

Wereldhave n’a pas indiqué quel serait l’utilisateur final. Les bureaux qui seront créés devraient apporter plusieurs centaines d’emploi.

Il y aurait tout lieu de se réjouir de ce projet s’il n’y avait un problème pour les utilisateurs de l’actuel parking : celui-ci va disparaître corps et biens, sans aucune solution alternative. En effet, les 208 places de stationnement qui vont être réalisées le seront pour l’usage exclusif des personnes travaillant dans l’immeuble.

Les centaines de personnes qui se rendent aujourd’hui à la gare n’auront plus aucune place de parking d’ici quelques mois. Malgré de nouvelles sollicitations encore au cours du conseil municipal du 30 novembre, la municipalité ne fait aucune proposition pour trouver une solution à ce problème.

 

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans urbanisme
commenter cet article

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes