Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

Archives

2 avril 2015 4 02 /04 /avril /2015 14:51
Christian Favier 2015
Christian Favier 2015

Le sénateur Christian Favier (Pcf), élu du canton de Champigny 1, président sortant du conseil général du Val-de-Marne, a été élu président du conseil départemental (nouvelle appellation de l’assemblée) le jeudi 2 avril 2015.

Christian Favier a obtenu 28 voix sur 50 ; il avait contre lui un élu Ump de Maisons-Alfort, Olivier Capitanio.

Le nouvel exécutif comprend des élus de toutes les tendances de la gauche : Front de gauche, Ps, écologistes (EELV), chevènementistes (MRC) et divers gauche.

Âgé de 64 ans, Christian Favier est un ancien instituteur.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans cantonales Val de Marne
commenter cet article
29 mars 2015 7 29 /03 /mars /2015 22:13

[Rectificatif] Les résultats définitifs confirment une victoire de la gauche qui obtient 28 sièges sur 50 dans le Val-de-Marne. Une victoire serrée, avec une progression de l'Ump, qui devient la première formation de l'assemblée départementale.

Par formation, la répartition devrait être la suivante : Front national, 0; divers droite, 1; Ump 18; UDI 3; MoDem, 0; EELV, 1; MRC, 1; divers gauche, 1; Ps, 7; Pcf, 17; PG, 1.

Le sénateur Christian Favier (Pcf, Champigny 1) devrait donc retrouver la présidence.

Repost 0
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 00:09

Le fonds financement solidaire départemental Val de Marne actif pour l'initiative (VMAPI) a expertisé 236 projets en 2014 et financé 153 entreprises, contribuant ainsi à la création ou à la consolidation de 526 emplois.

Avec 2,5 M€ de prêts solidaires décaissés, 1,8 M€ de garanties bancaires mises en place, 53 000 € de primes ou subventions et 14 M€ de prêts bancaires complémentaires, l’association VMAPI (présidée par Patrice Simounet) est l'un des principaux acteurs de l'appui au développement de l'esprit d'entreprendre sur le Val-de-Marne.

En 2014, VMAPI a fusionné avec le FIDEP, fonds dédié à la reprise et au développement des entreprises à potentiel, dans le souci de faciliter l'accès à l'ensemble des financements existants aux créateurs et repreneurs d'entreprise. Ainsi, les cinq anciens fonds locaux sont regroupés dans un organisme unique, affilié aux deux réseaux Initiative France et France Active.

VMAPI compte 12 salariés et plus de 100 bénévoles, dont une quarantaine de parrains, qui ont consacré près de 2 800 heures au développement du tissu des TPE et PME du département.

Repost 0
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 12:24
Val de Marne 2015 03 22
Val de Marne 2015 03 22

Toutes nuances confondues (Ps, Pcf, EE-LV, Parti de gauche, Radicaux de gauche, MRC, divers gauche), les listes de gauche obtiennent au premier tour 45,4% des suffrages dans le Val-de-Marne. Elles sont suivies par les listes de droite (Ump, UDI, MoDem, DLF, divers droite) qui recueillent 37,1%. Enfin, le Front national atteint 17,2%.

L’Ump compte déjà deux élus dans le canton de Maisons-Alfort. Dans les 24 autres circonscriptions, la gauche semble en mesure de l’emporter dans les 13 cantons où elle est en tête. La droite paraît assurée d’en remporter 8. Trois cantons sont incertains, la droite étant en tête, mais le total des voix de gauche y est supérieur à celui de la droite : Fresnes (droite 41,6%, gauche 44,6%) ; Villejuif (droite 27,5%, gauche 56,5%) et Villeneuve-Saint-Georges (droite 31,7%, gauche 45,9%). Le FN ne paraît pas en mesure de remporter de siège.

La gauche est en tête dans 13 cantons ; dans deux cantons (Ivry, Kremlin-Bicêtre), seuls des candidats de gauche sont qualifiés pour le second tour ; 7 candidats arrivés en seconde position sont en ballotage.

La droite a remporté Maisons-Alfort dès le premier tour et est en tête dans 11 autres cantons ; à Saint-Maur 1, seuls des candidats de droite sont qualifiés pour le second tour ; 9 candidats arrivés en seconde position sont en ballotage.

Le Front national est arrivé en seconde position et ses candidats sont en ballotage pour le second tour dans 5 cantons

Au second tour, il y aura donc 16 duels gauche-droite, 3 batailles droite-FN, 2 affrontements gauche-FN, 2 rivalités gauche-gauche et une droite-droite.

Repost 0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 23:49
Résultats 22/03/2015
Résultats 22/03/2015

Le premier tour des élections dans le nouveau canton de Charenton-le-Pont s’est tenu le dimanche 22 mars 2015.

Il y aura un second tour qui opposera le 29 mars les candidats de la gauche, Jean François Clair et Alison Uddin, à ceux de la droite, Chantal Durand et Hervé Gicquel. La gauche part avec un handicap, enregistrant 34,6%, face aux 45,4% de l’Ump.

La comparaison avec les scrutins précédents est difficile, car ils se tenaient dans des circonscriptions différentes. Cependant, j’ai totalisé les scores obtenus par les candidats des deux cantons fusionnés qui formaient l’essentiel du nouveau canton de Charenton (Joinville et Charenton), le quartier de Nogent rattaché ne devant pas changer substantiellement l’équilibre d’ensemble. À noter qu’il y avait en 2008 à Joinville une candidature Udf (actuel MoDem), qui se situait en 3e position avec 16,1% des voix. L’Ump approchait la majorité absolue, avec 46% (48,7% à Charenton, 41,8% à Joinville avec un divers droite). Les socialistes se situaient à 21% (19,9% à Charenton, 22,7% à Joinville). Les écologistes remportaient 10,8% (12,2% à Charenton, 8,4% à Joinville). Le Front national était à 9,4% (11,1% à Charenton, 5% à Joinville). Enfin, le Front de gauche obtenait 6,7% (7,1% à Charenton, 6% à Joinville).

Par rapport aux scrutins précédents, on notera la baisse modérée des socialistes (-2,5%) et celle un peu plus prononcée des écologistes (-3,7%) ; par contre, les communistes et le Front de gauche progressent sensiblement (+2,3%). Globalement, la gauche perd 3,9%. De son côté, la droite perd 0,6%, tandis que le Front national gagne 4,6%. Les candidats divers droite font un score significatif (6%).

Parmi les 12 candidats en lice, un seul l’était déjà en 2011 à Charenton, l’écologiste Frédéric Leonzi et aucun n’était présent en 2008. Les deux sortants Ump, Georges Nérin (Joinville) et Jean-Marie Brétillon (Charenton) ne se représentent pas.

Repost 0
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 18:00
Georges Nérin
Georges Nérin

Âgé de 74 ans, Georges Nérin est un des piliers de la vie politique joinvillaise depuis 25 ans. Il va prendre sa retraite électorale puisqu’il ne se représente pas au scrutin cantonal.

Né en 1940, directeur de sociétés, Georges Nérin (alors non inscrit) figure en 10ème position sur la liste de Pierre Aubry (divers droite) aux élections municipales de 1989 et devient maire-adjoint. Il est reconduit en 1995 et une nouvelle fois en 2001, figurant alors au quatrième rang. Dans la municipalité, Nérin est l’homme des projets d’urbanisme.

En 2008, il se situe, en 9ème place, sur la liste d’Olivier Aubry (Ump) au premier tour, et garde son positionnement au second tour, après la fusion avec la liste Modem d’Areski Oudjebour. Cependant, il s’éloignera assez vite d’Olivier Aubry pour apporter son soutien à Olivier Dosne (Ump-dissident en 2008, puis vite réintégré dans le parti de droite).

Georges Nérin, qui se serait bien vu succéder à Pierre Aubry à la mairie, est candidat à la cantonale de 2001 dans le canton de Joinville-le-Pont (il se réduit alors à la commune), le maire, conseiller général sortant, lui apportant son soutien. Il recueille 25,7% des suffrages au premier tour, mais est battu d’un cheveu second tour par une autre adjointe, Marie-Paule de Fabrègues. L’écart est tellement faible que l’élection va être annulée ; Georges Nérin passera cependant son tour, Pierre Aubry reprenant en 2002 son siège à l’assemblée département, face à Olivier Dosne.

Il revient dans l’arène en 2008, recueillant 25,7% des voix au premier tour de la dernière élection cantonale dans l’ancien canton de Joinville, devant la socialiste Aline Baldinger. Il sera élu sans opposition au second tour. Du fait de la réforme des collectivités territoriales, son mandat, qui aurait dû finir l’an passé, est prolongé.

Repost 0
17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 18:02
candidats Ps Prg 2015 Charenton
candidats Ps Prg 2015 Charenton

C’est un droit conquis de haute lutte, et menacé dans bien des endroits du monde. La forme du vote à l’urne est peut-être un peu désuète, mais quelle alternative y a-t-il aujourd’hui ? Le je-m’en-foutisme, c’est laisser les autres décider pour vous.

Le bilan de la gauche départementale est quasi-unanimement reconnu comme bon ; et l’union dans la gestion du Val-de-Marne à peu près totale : écologistes, communistes, chevènementistes, socialistes et divers gauche gouvernent ensemble à Créteil une institution qui reste en charge de nombreux aspects de notre vie économique ou sociale.

Malgré tout, des considérations de politique nationale ont empêché que l’union se fasse dans tous les cantons, comme nous avons été pourtant un bon nombre à la proposer. Les socialistes et les radicaux de gauche ont, de manière unilatérale, décidé de ne pas présenter de candidats à Champigny pour soutenir le président sortant, Christian Favier, qui se représente.

Le risque, dans la situation actuelle, c’est que la gauche et les écologistes, divisés au premier tour, soient éliminés du second tout, laissant face-à-face la droite et le Front national.

Dans le nouveau canton de Charenton, il nous faut envoyer un message positif, en soutenant les seuls candidats à même de représenter la majorité départementale et de soutenir sa politique, responsable sur le plan environnemental, ambitieuse en matière économique, solidaire pour les jeunes ou les personnes âgées et les personnes ayant besoin d’un soutien social.

C’est pourquoi je vous propose de voter pour la liste regroupant les socialistes et les radicaux de gauche dans le canton de Charenton (qui regroupe Saint-Maurice, Joinville et une partie de Nogent). Elle est conduite par Alison Uddin, 21 ans, conseillère municipale de Charenton-le-Pont, et Jean-François Clair, conseiller municipal de Joinville-le-Pont.

La page Facebook des candidats : https://www.facebook.com/pages/Clair-Uddin-départementales-2015

Le site internet de la liste : https://clairuddin2015.wordpress.com/alison-uddin/

Repost 0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 18:00
SRCI 2015 IdF
SRCI 2015 IdF

Un arrêté du préfet d’Île-de-France du 4 mars 2015 approuve le Schéma régional de coopération intercommunale. Comme prévu depuis longtemps, toutes les 123 communes des trois départements de la petite couronne et la ville de Paris sont incluses dans la Métropole du Grand Paris (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne). Deux communes des départements de la seconde couronne s’y ajoutent Argenteuil (Val-d’Oise) et Paray-Vieille-Poste (Essonne).

Par contre, Chelles (Seine-et-Marne), Athis-Mons et Vigneux-sur-Seine (Essonne) sont rattachées à des intercommunalités de la grande couronne, malgré leurs souhaits de se rapprocher de la ville-centre.

Au total, la nouvelle métropole (MGP) rassemble, selon les chiffres de l’Insee pour 2011, 6 806 700 habitants. Les parisiens stricto sensu pèsent pour un peu moins du tiers du total (33,1%), les deux villes de grande couronne comptent pour 1,6%, la banlieue proche représente donc 65,6% des néo-métropolitains. Le Val-de-Marne à lui seul regroupe moins d’un cinquième de l’ensemble (19,6%). Rappelons que les trois départements sont appelés à disparaître.

La commune de Joinville et ses 18 000 habitants représentent 0,3% de la MGP.

Repost 0
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 23:22

Un participant au forum consacré aux départementales 2015 dans le Val-de-Marne lancé par le site Politiquemania s’est lancé dans l’exercice des pronostics pour les élections de mars 2015. Sous le pseudonyme de « Avavainouva », il a donné des scores en pourcentage pour tous les candidats, en date du 17 février.

Ces chiffres sont une pure réflexion intellectuelle, ils ne sont pas issus d’un sondage. Je reproduis, sous toute réserve, les hypothèses pour le canton n° 5, celui de Charenton-le-Pont, qui réunit également Joinville-le-Pont et Saint-Maurice ainsi qu’un quartier de Nogent-sur-Marne.

  • Hervé Gicquel et Chantal Durand, UMP 43%
  • Jean-François Clair et Alison Uddin, PS 21%
  • François Pinloche et Maria Gomez-Fardo, FN 15%
  • Frédéric Leonzi et Warda Abdelkader, EELV 12%
  • Claude Nicolas et Emilie Bertrand, FG (Front de gauche) 6%
  • Sylvie Mercier et Thierry Vimal, Nous Citoyens (div dr.) 3%

Politiquemania : www.politiquemania.com

Repost 0
15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 00:01
sous-préfecture de Barcelonnette
sous-préfecture de Barcelonnette

Vous trouvez que les sous-préfectures ne servent à rien ? Qu’il serait utile de supprimer non seulement celle de Vouziers (Ardennes), de Metz-campagne ou de Barcelonnette (Hautes-Alpes) mais également celles de l’Haÿ-les-Roses ou de Nogent-sur-Marne ? Vous pensez qu’on ferait ainsi de substantielles économies ?

Pas de problème, lancez-vous dans un « référendum d’initiative partagée. »

C’est possible depuis une réforme des articles 11 et 61 de la Constitution, qui ont été modifiés par la loi constitutionnelle du 23 juillet 2008, et il aura fallu un peu plus de 6 ans pour que le gouvernement publie les textes d’applications, avec le décret du 11 décembre 2014 ; depuis cette semaine, les formulaires nécessaires sont disponibles.

Donc, vous rédigez votre texte : « Les sous-préfectures sont supprimées en France à compter du 1er janvier 2017. Leurs missions sont reprises par les préfectures qui peuvent mettre en place, là où c’est nécessaire, des services décentralisés ». Ça ne change pas grand-chose, mais au moins on pourra vendre quelques grosses bâtisses et certaines voitures de fonction des sous-préfets.

Ensuite, vous trouvez 185 députés ou sénateurs qui veulent bien signer votre texte et le déposer (faites attention à ce qu’ils ne soient pas fonctionnaires eux-mêmes). Heureusement, vous avez beaucoup d’amis, ce qui fait que vous y arrivez.

Le conseil constitutionnel aura quelques semaines pour examiner « qu’aucune disposition de la proposition de loi n’est contraire à la Constitution », car la Constitution, c’est sacré. Si c’est le cas, il vous faut désormais récolter le soutien du public. La France étant un grand pays, il faudra que pas moins de 4 600 000 personnes (un dixième du corps électoral) signent sur un formulaire ad-hoc votre proposition.

La France étant un pays moderne, ils pourront le faire sur internet. Ils auront également la possibilité de signer physiquement, s’ils sont décidément rétifs aux nouvelles technologies, grâce à des points d’accès situés « dans la commune la plus peuplée de chaque canton ». Il leur faudra pour cela un sens aigu de la géographie administrative et de la statistique démographique : dans le canton de Charenton, par exemple, la « commune la plus peuplée » est Nogent, tandis que dans le canton de Nogent, c’est Le Perreux. Sans oublier que, dans certains territoires comme Paris ou la métropole lyonnaise, il n’y a pas de cantons… Vous avez neuf mois pour réussir.

Votre proposition de loi reçoit les soutiens prévus, parce que vos amis sont décidément nombreux ou que la population se passionne par votre croisade contre les sous-préfets. Les deux assemblées (Assemblée nationale et Sénat) ont alors six mois pour examiner « au moins une fois » votre texte – ce qui ne veut pas dire le voter : par exemple une proposition de loi sur le vote des étrangers a été examinée « une fois » par l'Assemblée nationale le 3 mai 2000, mais elle en est resté là.

Cependant, si la loi n’est pas examinée par le parlement, il est prévu que « le président de la République la soumet au référendum ». Un long combat vous attend alors contre les défenseurs des sous-préfets, qui se réveilleront alors.

La sous-préfecture de Barcelonnette, chef-lieu d’un arrondissement de 8 000 habitants (44% de la population de Joinville)

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans politique Val de Marne
commenter cet article

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes