Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 19:04

Intéressant point de vue présenté par Alain Lipietz le 17 mars 2017 dans l'hebdomadaire Politis. Ancien député européen, éphémère candidat des Verts à la présidentielle de 2002, Alain Lipietz est conseiller municipal de Villejuif.

« Au premier tour, on choisit, au second tour on élimine ». Longtemps la vie politique fut rythmée par ce principe. Le premier tour cristallisait le rapport de forces préalablement construit entre les différentes nuances, et donc les orientations pour le second tour.

Dès lors que le Front national est presque sûrement au second tour, on élimine dès le premier tour, et les choix, on les fait ailleurs (aux Européennes, dans la rue…). Et nous ne voulons pas plus de Fillon que de Sarkozy. Le meeting du Trocadéro l’a confirmé : il n’y a guère de différence entre eux et Le Pen. Leur victoire serait celle de la réaction autoritaire-nationaliste mondiale (Russie, Pologne, Hongrie, Turquie, Brexit, Trump…)

Cette victoire de l’extrême-droite est LE problème de notre époque. Karl Polanyi a vu dans la IIe Guerre mondiale la lutte entre les trois réponses à la crise du libéralisme des années Trente : fascisme, social-démocratie ou stalinisme. Dès lors que la social-démocratie a basculé dans le libéralisme, le vrai mystère, c’est : pourquoi les classes populaires, désespérées, choisissent-elles en masse l’extrême-droite, et non la « gauche de la gauche » ou les écologistes ? Mon hypothèse : la capitulation devant le nationalisme. Énorme examen de conscience à programmer… pour après.

Mais pour le 23 avril ? Il y a 2 possibilités, face à Fillon. Ou Macron, conseiller puis maître d’œuvre du libéralisme de Hollande. Ou la coalition de Hamon, Jadot et Mélenchon. Tous trois anti-libéraux, et écologistes. À eux trois pesant plus que Le Pen, Fillon ou Macron. Séparément, loin de la seconde place. En conscience, les écologistes, ont passé un accord programmatique avec Hamon et retiré leur candidat mal placé dans les sondages. En restent deux.

Je me battrai jusqu’à la dernière semaine pour que ces deux-là fusionnent. Sinon ? Eh bien je voterai Macron, pour éliminer Fillon. Sans garantie qu’il batte Le Pen au second tour, car il partagera bien des handicaps d’Hillary Clinton face à Trump.

Je ne partage par l'opinion de Lipietz sur Macron, mais je trouve cependant son argumentaire utile.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Présidentielle Verts
commenter cet article
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 23:30

Les résultats de la primaire organisée au sein du mouvement écologiste ont été proclamés le 29 juin 2011. Le dépouillement s’est fait au niveau national, sans chiffres territoriaux.

Europe Écologie – Les Verts (EELV) avait enregistré quatre candidats : Nicolas Hulot, animateur de télévision, ancien président de la Fondation pour la nature et l’Homme, Eva Joly, députée européenne, Stéphane Lhomme, président de l’Observatoire du nucléaire et Henri Stoll, maire de Kaysersberg, conseiller général du Haut-Rhin.

Selon les résultats, diffusés par le parti écologiste, il y a eu 25 269 votes exprimés sur environ 32 000 inscrits, soit 77,33 % de participation. Il y a eu 94 bulletins blancs, soit 0,37 %. Les postulants ont obtenu les scores suivants :

Eva Joly : 12 571 votes, soit 49,75 %

Nicolas Hulot : 10 163 votes, soit 40,22 %

Henri Stoll : 1 269 votes, soit 5,02 %

Stéphane Lhomme : 1 172 votes, soit 4,44 %

Un second tour est organisé entre les deux candidats arrivés en tête, Eva Joly et Nicolas Hulot. Le résultat définitif sera proclamé le 12 juillet.

 

Joly_Eva.jpg

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Verts
commenter cet article
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 23:05

Sur son blog, l’ancien député européen (Verts), Alain Lipietz, raconte la réunion départementale d’Europe écologie le 16 avril 2010 (20/04/2010). Pour l’ex-conseiller municipal de Villejuif (Val de Marne), souvent très critique vis-à-vis de la situation interne du mouvement écologiste, le diagnostic est favorable : « Europe-écologie : ça ne va pas si mal ! »

L’économiste qualifie la situation actuelle du mouvement de « crise de croissance ». Pour lui, « ça marche plutôt bien. Les idées évoluent très vite, on n’hésite pas à changer d’avis grace à la discussion, c’est très bien. »

La réunion d’Europe écologie, convoquée la veille de Pâques, est une surprise pour Lipietz : « on n’attend donc pas grand monde (…) près de 100 personnes viennent débattre ». Dans le département, « les non-Verts de la liste ont un fort passé politique (ex PCF, Gauche Citoyenne, MEI…) ». Ce sont eux qui sont présents le 16 avril, mais pas seulement. Il y a aussi des militants « de base, alternatifs de terrain, AMAPiens, jardins familiaux, etc. Les vrais gens de l’écologie. »

Alain Lipietz se fend cependant d’un regret : il dénonce une tendance des Verts « à brader l’économie sociale et solidaire », avec des élus régionaux abandonnant cette responsabilité au profit des socialistes ou des communistes, par exemple dans le Nord Pas-de-Calais, en Provence Alpes Côte d’Azur ou en Île de France. Dans cette dernière région, c’est Jean-Paul Planchou (Ps) qui a repris le secteur, autrefois aux mains de Francine Bavay (Verts). Lipietz dénonce le fait que « le contrat ESS négocié (…) dans la précédente mandature est suspendu pour un an en vue d’un réexamen ! »

 Alain Lipietz

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Verts
commenter cet article
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 21:06

Il n’y avait pas de candidat joinvillais sur les listes soumises au vote le 7 juin pour le scrutin européen, contrairement à 2004 où deux conseillers municipaux s’étaient présentés sans être élus : Janine Alquier (Ps) et Areski Oudjebour (alors UDF, aujourd’hui MoDem).

Mais deux anciens Joinvillais ont profité des scrutins de dimanche.

Malika Benarab-Attou (Verts) a été élue, en troisième position, sur la liste Europe écologie dans la circonscription Sud-Est. Elle siège donc désormais à Strasbourg.

Possédant la double nationalité franco-algérienne, aujourd’hui âgée de 46 ans, Malika Attou est cadre de la Sécurité sociale. Elle travaille aujourd’hui à Chambéry (Savoie).

Elle avait vécu à Joinville-le-Pont (Val-de-Marne) où elle joua un rôle actif dans le mouvement des Verts. En 2002, Malika Attou est candidate aux élections cantonales partielles et elle recueille 4,4%.

En 2001, elle était en quatrième position sur la liste écologiste, qui avait obtenu deux sièges au conseil municipal de la commune.

Malika Attou avait quitté la commune pour raisons professionnelles en décembre 2004. Elle laissait le souvenir d’une personne particulièrement sensible et agréable à tous ceux qui l’avaient côtoyé.

Je reviendrai demain sur le second vainqueur du scrutin du 7 juin, un peu plus surprenant…

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Verts
commenter cet article
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 23:08

Nous continuons l’examen des résultats des précédents votes pour le parlement de Strasbourg, afin d’éclairer les enjeux autour du scrutin du 7 juin 2009 pour renouveler les eurodéputés.

À Joinville-le-Pont, le vote écologiste a toujours été supérieur à ce qu’il est à l’échelle nationale. L’écart a même eu tendance à augmenter : alors que les votes en faveur des listes écologistes était supérieur d’un cinquième au score national en 1984 (+21%), il est devenu presque moitié plus important (+47%) en 2004.

En 2004, au niveau national, les Verts étaient nettement dominants dans cette famille, avec 7,4% contre 1,9% à leurs concurrents. Mais à Joinville-le-Pont, la répartition était plus équilibrée : la liste conduite par Alain Lipietz (Verts) remportait 8,5%, tandis que la liste de Corinne Lepage (alors à Cap21) recueillait le score honorable de 4,5%, une troisième liste arrivant à 0,7%.

À l’échelle européenne, le groupe des Verts, allié à quelques régionalistes, représente une formation importante pour assurer la décision. Des élus français y siègent depuis sa création en 1989, sauf entre 1994 et 1999.

 

 

Vote pour les écologistes (Verts et autres)

Scrutin

Europe (élus)

France

Joinville-le-Pont

2004 (3 listes)

6%

9,3%

13,7%

1999 (2 listes)

8%

11,2%

16,4%

1994 (2 listes)

4%

5,0%

6,2%

1989 (2 listes)

6%

11,6%

14,3%

1984

-

3,4%

4,1%

1979

-

4,4%

 

 

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Verts
commenter cet article
17 novembre 2008 1 17 /11 /novembre /2008 18:44

Le parti des Verts a placé en tête la motion de Cécile Duflot, secrétaire nationale sortante et maire–adjointe de Villeneuve Saint Georges (Val de Marne) lors du vote militant préalable du Congrès de à Lille (5 et 6 décembre 2008).

Comme au PS, six motions, étaient présentées devant les adhérents qui se prononçaient les 15 et 16 novembre 2008.

La participation a été de 62,5% (5.032 votants sur 8 105 inscrits) au niveau national et de 60,1% en Île de France (1 082  votants sur 1 800 inscrits).

La motion L'espoir en actes, de Cécile Duflot obtient 27,8% des suffrages au niveau national et 22% en Île de France.

Elle est suivie par la motion OAI (Ouverture, Audace, Imagination), présentée par Jean-Louis Roumégas, porte-parole des Verts et soutenue par Dominique Voynet (sénatrice maire de Montreuil, Seine Saint-Denis) ou Alain Lipietz (député européen, ancien élu de Villejuif) qui a rassemblé 25,3% des suffrages pour toute la France et 18% dans la région.

En troisième position figure Unir, dirigée par l'adjoint au maire de Paris Denis Baupin et soutenue par le député Yves Cochet, qui recueille 14,6% des voix mais fait un meilleur score dans la région capitale avec 18,9%.

Urgence écologique, urgence sociale, présentée par le maire de Cesson (Seine et Marne) et conseiller régional, Jean-Marc Brulé fait un score de 14,2%, dont 16,6% dans notre territoire. Elle avait aussi le soutien de Laurence Abeille, conseillère régionale d’Île de France (Val de Marne)

La motion de la gauche des Verts, ADEP, soutenue notamment par la députée Martine Billard et par la vice-présidente du conseil régional d’Île de France, Francine Bavay, est créditée de 11,8% mais monte à 16,7% en région parisienne.

Enfin, Rassembler les écologistes, changer les Verts) vient en dernier avec 6,2% et 7,9% en Île de France.

 

Inscrits

Exprimés

A

%

B

%

C

%

D

%

E

%

F

%

Ile-de-France

1 800

1081

181

16,74

85

7,86

179

16,56

204

18,87

238

22,02

194

17,95

Total national

8 105

5032

594

11,8

314

6,24

721

14,33

733

14,57

1398

27,78

1272

25,28

 

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Verts
commenter cet article
15 novembre 2008 6 15 /11 /novembre /2008 00:07

Après le congrès socialiste et avant celui du Pcf, les 7 679 adhérents des Verts dont 1795 en Île de France, vont se prononcer sur leurs textes d’orientation. Des assemblées générales décentralisées se sont tenues dans chaque région 6 novembre 2008 avant le congrès, baptisé « assemblée fédérale » les 5 et 6 décembre 2008 à Lille (Nord).

C’est le 16 novembre que le vote aura lieu six motions d’orientation, auxquelles sont attachés les noms des candidats à la direction du parti écologiste.

Ces textes sont les suivants :

  • Motion A : Altermondialisme, décroissance et écologie populaire : répondre aux défis (ADEP) sur laquelle on relève notamment les signatures d’Yves Contassot, ancien adjoint au maire de Paris et de Francine Bavay, vice-présidente du conseil régional d’Île de France ;
  • Motion B : Rassembler les écologistes, Changer les Verts ! (RECV) qui est en particulier paraphée par Michèle Rivasi, maire adjointe de Valence (Drôme) et ancienne députée ;
  • Motion C : Urgence écolo ! Urgence sociale ! Une nouvelle dynamique écologiste pour une décroissance solidaire et démocratique (UEUS) qui a le soutien en particulier de Jean-Marc Brûlé, maire de Cesson (Seine et Marne) et conseiller régional d’Île de France ainsi que de Laurence Abeille, conseillère régionale d’Île de France (Val de Marne),
  • Motion D : Face à l’urgence, UNIR les écologistes (UNIR), initiée en particulier par Denis Baupin adjoint au maire de Paris et par Mireille Ferri, vice-présidente du conseil régional d’Île de France ;
  • Motion E : Rassembler l’écologie : L’espoir en actes (EEA), sur laquelle on retrouve en particulier la porte-parole nationale Cécile Duflot, adjointe au maire de Villeneuve Saint Georges (Val de Marne) et Jean-Vincent Placé, conseiller régional d’Île de France ;
  • Motion F : Ouverture, Audace, Imagination ! (OAI) qui rassemble par exemple Alain Lipietz, député européen, ancien conseiller municipal de Villejuif (Val de Marne) et Dominique Voynet, sénatrice-maire de Montreuil (Seine Saint Denis).
Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Verts
commenter cet article
10 décembre 2007 1 10 /12 /décembre /2007 00:07
Je lis sous la plume d’Alain Lipietz, économiste et dirigeant des Verts : « il est clair pour les écologistes que la bataille pour la réduction du temps de travail, meilleure façon de réduire le chômage et de basculer vers une société du temps libéré, passe aussi par la réduction relative du temps de cotisation par rapport au temps de retraite. Cela, à un niveau de pension garantissant une vie digne, ce qui impliquerait seulement une croissance modérée du taux de cotisation sociale (avec un accès possible à des retraites "surcomplémentaires" mutualistes, comme pour la santé). »
Le passage provient d’un article intitulé « clarification chez les Verts » daté du 25 novembre 2007.
Cher Alain, c’est très clair en effet…
Alain Lipietz est député européen et conseiller municipal de Villejuif (Val de Marne). Il sera candidat dans cette ville lors des prochaines élections municipales.
Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Verts
commenter cet article
28 avril 2007 6 28 /04 /avril /2007 23:00

Sur la foi d'une lecture des registres du premier tour des élections présidentielles, j'avais publié l'article quivant que je maintiens pour permettre d comprendre la réaction publiée ci-dessous.Mais si l'information était exacte (la désignation par les Verts d'un conseiller municipal Joinvillais, Michel Laval, comme mandataire), c'était sans que son avis lui ait été demandé !

"Michel Laval , conseiller municipal de Joinville-le-Pont, qui a conduit la liste « Joinville Autrement, les écologistes pour Joinville » lors des municipales de 2001, avait alors l’étiquette d’écologiste indépendant, après avoir quitté le parti des Verts en 1992.

"En désaccord avec Antoine Waechter, le président du Mouvement écologiste indépendant (MEI), il quitte cette formation en 2005. Il s’était prononcé pour le non au référendum sur le traité constitutionnel européen.

"En 2007, il se présente comme un « écologiste libre ». Il a été désigné par Dominique Voynet comme son représentant pour l’élection présidentielle dans la commune, signant ainsi un rapprochement avec le parti des Verts.

"Michel Laval est aussi secrétaire de l’association Joinville écologie."

 

 

 

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Verts
commenter cet article
14 avril 2007 6 14 /04 /avril /2007 21:13

Faute d’un accord avec les socialistes, les Verts ont décidé de présenter des candidats dans l’ensemble des circonscriptions, par exemple dans le Val de Marne.

Le 2 avril, ils présentaient à Créteil leurs candidats, dont deux vedettes : le député européen Alain Lipietz concourra dans la 11ème circonscription (Villejuif), tandis que la porte-parole nationale, Cécile Duflot s’alignera dans la 3ème (Villeneuve Saint Georges). Comme lors des précédents scrutins, c’est la conseillère municipale de Nogent, Annie Lahmer , qui s’alignera dans la 7ème circonscription, qui comprend également Joinville-le-Pont et deux cantons de Champigny et Saint Maur.

En évoquant leur programme, les Verts ont privilégié les thèmes nationaux. Mais, selon le quotidien Le Parisien (3/04/2007), la porte-parole départementale des Verts, Chantal Duchène a voulu insister sur des clivages : « au plan local, nous marquons notre différence sur le projet du doublement de la A4, auquel nous sommes opposés, et sur la régularisation des sans-papiers. »

Mais où est cette différence ? Pendant l’ensemble du débat public sur le doublement de l’autoroute A4, fin 2006, tous les élus, toutes les formations politiques, toutes les associations se sont prononcées publiquement contre le projet d’élargissement… Quant au soutien aux sans-papiers, on trouve des élus de différentes tendances, en particulier de tous les partis de la gauche, et des militants associatifs ou des citoyens de tous horizons parmi les parrains des familles menacées d’expulsion ou au sein des collectifs du réseau éducation sans frontières.

Alain Lipietz a espéré que ses candidats feraient 7 à 8% et estimé que ce serai honorable que Dominique Voynet obtienne « au moins » 3% des voix lors du scrutin présidentiel. Souhaitons que la gauche écologiste conserve une place significative dans l’échiquier politique. Mais remarquons qu’à afficher de fausses divergences, elle n’apporte pas grand chose de neuf au débat politique.

 Cécile Duflot, conseillère municipale de Villeneuve Saint Georges

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Verts
commenter cet article

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes