Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

Archives

30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 22:47

Dans le contexte particulier de cette année électorale, où certains tentent de manipuler la valeur travail, il est bon de rappeler que la véritable manifestation du 1er mai, celle qui a lieu en 2012 comme toutes les années précédentes – et les futures – aura lieu à l’appel des syndicats.

Un appel unitaire a été lancé en Île de France par la Cfdt, la Cgt, la Fsu, Sud-Solidaires et l’Unsa. Le cortège partira de Denfert-Rochereau pour aboutir à Bastille.

Les organisations de travailleurs mettent l’accent, dans leur communiqué du 17 avril, sur « le progrès social » en France et en Europe et « affirment leur volonté de faire du 1er mai 2012, journée de solidarité internationale du monde du travail », ce qui n’est pas inutile en cette période où d’autres appellent à l’érection de frontières.

Les syndicats se prononcent pour « la défense des droits fondamentaux et des libertés partout en Europe et dans le monde » et entendent « faire reculer la xénophobie, le racisme et l’antisémitisme. »

Les sujets économiques ne sont pas oublier, les confédérations rappelant que « dans beaucoup de pays européens, les populations subissent des politiques d’austérité et des réformes réduisant les droits des travailleurs et leur protection sociale ». Elles objectent que « la crise ne peut être le prétexte pour remettre en cause nos systèmes sociaux. Il faut une véritable politique de croissance, prenant en compte les enjeux écologiques, qui passe par l’amélioration du pouvoir d’achat et la création d’emplois. »

Au nom du syndicalisme européen, les organisations françaises expriment leur « opposition à ces politiques et au nouveau traité qui, en faisant l’impasse sur la croissance, ne fera que renforcer l’austérité et la crise. »

Elles en appellent enfin à « respecter la place et le rôle de la démocratie sociale, de la négociation collective et du dialogue social. »

  • Manifestation unitaire du 1er mai 2012 à 15h de Denfert-Rochereau à Bastille.

Station Denfert-Rochereau : RER B ou métro lignes 4 et 6

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans vie sociale
commenter cet article
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 23:19

C’est en 1976 que quatre aumôniers de prison, protestants et catholiques, fondent l’Association réflexion action prison et justice (Arapej Île-de-France). Ils se disaient « effarés par la détresse matérielle et morale des sortants de prison. »
Aujourd’hui, l’association gère une vingtaine d’établissements dans six départements d’Île de France. Elle emploie de travailleurs sociaux et mobilise des bénévoles pour permettre à ceux qui ont payé leur dette à la société d’avoir une chance de s’en sortir.
L’Arapej est présidée par une magistrate, Irène Carbonnier, avocat général à la Cour d’appel d’Agen et membre du Comité national de lutte contre la violence à l'école. En 1998, en tant qu’assesseur du président de la cour d'appel de Bordeaux Jean-Louis Castagnède, elle avait contribué à juger l’ancien préfet collaborateur Maurice Papon. Irène Carbonnier considère que la lutte pour contre la récidive « nécessite des politiques publiques réelles et efficaces d'aménagement et de suivi de la peine. »
En 2010, l’Arapej a accueilli près de 12 000 personnes en leur offrant un hébergement, des formations, des emplois d’insertion, un accompagnement social ou des conseils juridiques. La croissance de son activité est continue ; la politique pénale, toujours plus répressive, fait que plus de gens rentrent et donc sortent un jour de prison. Mais, au-delà des libérés d’établissements pénitentiaires, l’association s’adresse à « toutes personnes en détresse sociale. »
Dans le Val de Marne, l’association dispose de logements à Créteil, Vitry et Choisy. Elle mène des actions de formation et notamment des chantiers d’insertion dans les métiers du bâtiment. L’ensemble de l’activité bénéficie d’un subventionnement des pouvoirs publics, notamment de l’État, au titre de ses missions sociales qui visent à éviter que les gens accueillis retournent à la rue, en leur proposant un accompagnement social et professionnel.
Pour faire face à l’augmentation continue des besoins, l’Arapej du Val de Marne a dû libérer un des logements qu’elle utilisait pour ses bureaux. Elle s’est installée mi-novembre dans les anciens locaux de la Croix-Rouge, rue de l’Eglise à Joinville le Pont.
Une dizaine de salariés, essentiellement des travailleurs sociaux, se sont installés dans des locaux qui conservent ainsi leur vocation en direction des personnes en difficulté.
L'association a pour but la réinsertion des sortants de prison, je suis actuellement au service juridique qui est à la fois un service ressources pour la direction et un service public pour les personnes incarcérées et leur famille (droit pénal, droit social).
Souhaitons que cette nouvelle association joinvillaise puisse trouver tout l’appui dont elle a besoin pour exercer son activité particulièrement complexe et nécessaire.

 

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans vie sociale
commenter cet article
31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 10:26

Depuis la loi du 20 août 2008 sur la démocratie sociale, les votes pour les représentants élus dans les structures de travail ont une grande importance. Ce sont en effet ces scrutins qui fixent les règles de représentativité des organisations syndicales appelées à discuter d’accords collectifs, au niveau de l’entreprise comme de la branche. Les élections professionnelles concernent des élus aux comités d’entreprises, des délégués du personnel ou des représentants uniques selon les organismes. Il y a parfois deux collèges (employés et ouvriers d’une part, cadres et techniciens de l’autre) mais dans les petites entités, un collège unique peut exister.

Les résultats sont désormais publiés, sauf pour la fonction publique, par le ministère du travail sur un site affublé du nom guerrier de MARS. Une recherche un peu compliquée, jointe à des résultats d’autres sources (pour la mairie par exemple) permettent donc de se faire une idée du paysage syndical dans la commune de Joinville-le-Pont.

J’ai consolidé les données concernant des scrutins survenus dans des établissements rattachés à Joinville-le-Pont entre 2009 et 2011 : le lycée Robert Schuman (ex-ITG Val de Beauté), Luxury Eyewear (devenu depuis MCL Cartier), Oph Joinville Habitat, Eau de Paris (ex-Sagep), Orpea (maison de retraite), APF (foyer de Palissy), la mairie ainsi que les Auditoriums (qui ont quitté Joinville depuis).

Des scrutins sont également rattachés à une adresse joinvillaise, même s’ils concernent des personnels travaillant sur plusieurs sites : Rent a car (location de voiture), Croix rouge Samu social du Val de Marne (urgence sociale), Anas (œuvres sociales de la police nationale), CER Paris Sud Rive Gauche (auto école).

Dans trois établissements, il y a eu des « constats de carence », c’est-à-dire qu’aucune liste n’a été présentée ni au premier, ni au second tour : Bleu Joinville Hôtel Kyriad Prestige (mars 2011), boulangerie Gourmandine (avril 2010), école privée APEP (janvier 2010).

Je n’ai pas trouvé de données pour d’autres entreprises, qui peuvent être éventuellement concernées comme Hipotel, SAV (verre), Magneville (garage automobile) ou AFDIL (filtres).

Enfin, il y existe des structures sans établissements locaux où les votes sont comptés, la totalisation se faisant à une autre échelle. C’est le cas par exemple de La Poste, des banques et établissements d’assurance, de l’Éducation nationale (enseignants des écoles et collèges), de chaînes de magasins comme Franprix, du garage Sabrié, de la Ratp, de l’APOGEI (Ateliers de Polangis), du personnel du conseil général Val de Marne (crèche, centre du Parangon, personnel des collèges).

Les chiffres publiés ci-dessous concernent donc 12 établissements où un vote a été organisé et 1338 salariés, dont plus des deux-tiers ont participés aux différents votes. Dans un prochain article nous étudierons l’implantation des différentes organisations.

Élections sociales 2009-2011 à Joinville-le-Pont

 

Suffrages

 

Inscrits

1338

 

Votants

894

67%

Exprimés

827

93%

Cgt

251

30%

Cfdt

45

5%

Force Ouvrière

81

10%

Cfe-Cgc

0

0%

Cftc

82

10%

Unsa

37

4%

Sud Solidaires

63

8%

Autonomes

30

4%

Non syndiqués

225

27%

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans vie sociale
commenter cet article
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 19:00

On votait jusqu’au 20 octobre 2011 dans la fonction publique d’État, dans les hôpitaux et à La Poste. Au total, 2,7 millions d’agents étaient convoqués aux urnes.

Le scrutin électronique, mis en place pour la première fois à l’Éducation nationale, a donné des résultats médiocres, avec un effondrement de la participation.

Sur l’ensemble des scrutins, et bien que certains résultats soient encore attendus (Finances, Justice), il y a une tendance assez nette qui se profile : la Cgt et la Fsu, si elles restent les principales organisations dans leurs secteurs de force, reculent à peu près partout. À l’inverse, Force ouvrière, la Cfdt et l’Unsa progressent. La Cfe-Cgc et la Cftc confirment qu’elles ne représentent à peu près rien dans ces secteurs. Sud maintient son implantation, mais ne réussit pas de percée.

Peu de résultats territoriaux sont diffusés pour l’instant.

Dans l’Académie de Créteil, les résultats des votes à l’Éducation nationale montrent un recul important de la Cgt, qui passe de la quatrième à la sixième position. La Fsu, qui reste de très loin la première organisation, doit cependant laisser deux sièges. Fo progresse et conforte sa deuxième place. La Cfdt et Sud font leur entrée au Comité technique académique.

Éducation nationale, résultats du 20/10/2011

 

Éducation nationale

Comité technique ministériel

Diff.

Académie de Créteil

Comité technique académique

Diff.

Fsu

40,6%

43

-2

44,4%

5

-2

Unsa

20,7%

19

+2

12%

1

=

Fo

10,1%

9

+1

16,2%

2

+1

Cfdt

10,0%

9

+1

7,8%

1

+1

Cgt

6,5%

5

+1

7,6%

0

-1

Sud

5,8%

 

 

8,1%

1

+1

Autres

6,3%

 

 

3,9%

 

 

 

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans vie sociale
commenter cet article
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 07:36

Lancé par le Syndicat national des métiers de l’insertion (Synami, Cfdt), le mouvement du 23 juin 2011 est relayé par les autres organisations syndicales du personnel des missions locales : Cgt, Cfe-Cgc, Cftc et Force ouvrière. Un appel à la grève est lancé au plan national.

Les salariés des missions locales du Val de Marne devraient y être en nombre.

Pour leur « 1er rassemblement revendicatif national », les organisateurs ne se sont pas donnés un petit défit. Ils ont décidé d’investir rien moins que la pelouse du Champ de Mars à Paris, au pied de la Tour Eiffel pour y organiser un pique-nique géant.

L’objectif du mouvement, qui a mis en place un site internet « missions locales résistances » est d’abord de sauvegarder les moyens actuels des structures locales qui agissent en faveur de l’emploi des jeunes.

Ils veulent en particuliers conserver les nos 1 000 conseillers embauchés en 2009 dans le cadre du plan de relance gouvernemental. Ils réclament l’arrêt de « la lente dérive vers un accompagnement formaté et industriel, générateur de stress et de souffrance au travail pour les salariés, inefficace et irrespectueux pour les jeunes. »

L’action centrale du 23 juin fait suite à des actions décentralisées, « le petit train des missions locales » qui a rassemblé plus de 1 000 personnes en six étapes en mars 2011 à Paris, Orléans, Lille, Reims, Rennes et Bordeaux.

Le Synami-Cfdt assure que le déjeuner sur l’herbe, convoqué à partir de midi, sur la pelouse du Champs de Mars sera « géant, festif, et revendicatif » ; les participants sont priés d’apporter leur manger.

Les organisateurs attendent plus de 2 000 manifestants, dont près de 1 400 venant des régions. Ainsi, le Nord Pas-de-Calais devrait venir en force, avec 180 salariés prenant le train et 4 cars. Ils demandent que les participants aient une tenue blanche, au moins pour le haut.

Les organisations syndicales, qui seront reçues le 23 juin à 17h, au ministère du travail, espèrent être « portées par cette immense mobilisation. »

Ø      Pique-nique des missions locales, jeudi 23 juin 2011 à 12h, du Champ de Mars à Paris (RER C Champ de Mars Tour Eiffel, métro L6 Bir-Hakeim).

Ø      Le site de la mobilisation :  www.ml-resistances2011.org

Petit train en couleur-1

Le petit train qui a préparé la manifestation du 23 juin.


Repost 0
Published by Benoit Willot - dans vie sociale
commenter cet article
22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 10:14

L’association Osez le féminisme estime que « le traitement de l’affaire DSK [Dominique Strauss-Kahn] entretient la confusion des esprits » et s’inquiète « du traitement de cette affaire et de plusieurs prises de parole publiques qui entretiennent de nombreuses idées reçues autour des violences faites aux femmes. »

Avec d’autres mouvement, elle a donc lancé vendredi 20 mai 2011 un appel « Sexisme : ils se lâchent, les femmes trinquent », soutenu par plusieurs autres associations comme La Barbe et Paroles de Femmes. Dimanche matin, il était signé par plus de 10 000 personnes.

Parmi les premières signataires, on remarque Audrey Pulvar, Florence Foresti, Clémentine Autain, Françoise Héritier, Eric Fassin, Yvette Roudy, Christine Ockrent, Florence Monteynaud, Isabelle Alonso, Annick Coupé, Patric Jean, Marie-Françoise Colombani, Agnès Bihl, Annie Ernaux, Geneviève Fraisse, Julien Bayou, Dominique Méda, Caroline Mecary, Giulia Foïs... Il y a également Esther Benbassa, universitaire et candidate désignée par Europe écologie – Les Verts pour devenir sénatrice en septembre prochain dans le Val de Marne sur la liste de gauche. 

Pour exprimer leur ras-le-bol du sexisme, les associations initiatrices de l’appel organisent à Paris, un rassemblement contre le sexisme dimanche 22 mai 2011 à 17h

Voici le texte de l’appel :

Depuis une semaine, nous sommes abasourdies par le déferlement quotidien de propos misogynes tenus par des personnalités publiques, largement relayés sur nos écrans, postes de radios, lieux de travail comme sur les réseaux sociaux. Nous avons eu droit à un florilège de remarques sexistes, du « il n’y a pas mort d’homme » au « troussage de domestique » en passant par « c’est un tort d’aimer les femmes ? » ou les commentaires établissant un lien entre l’apparence physique des femmes, leur tenue vestimentaire et le comportement des hommes qu’elles croisent.

Nous sommes en colère, révoltées et révoltés, indignées et indignés.

Nous ne savons pas ce qui s’est passé à New York samedi dernier mais nous savons ce qui se passe en France depuis une semaine. Nous assistons à une fulgurante remontée à la surface de réflexes sexistes et réactionnaires, si prompts à surgir chez une partie des élites françaises.

Ces propos illustrent l’impunité qui règne dans notre pays quant à l’expression publique d’un sexisme décomplexé. Autant de tolérance ne serait acceptée dans nul autre cas de discrimination.

Ces propos tendent à minimiser la gravité du viol, tendent à en faire une situation aux frontières floues, plus ou moins acceptable, une sorte de dérapage. Ils envoient un message simple aux victimes présentes et futures : « ne portez pas plainte ». Nous le rappelons : le viol et la tentative de viol sont des crimes.

Ces propos prouvent à quel point la réalité des violences faites aux femmes est méconnue. De la part d’élites qui prétendent diriger notre société, c’est particulièrement inquiétant. 75 000 femmes sont violées chaque année dans notre pays, de toutes catégories sociales, de tous âges. Leur seul point commun est d’être des femmes. Le seul point commun des agresseurs, c’est d’être des hommes.

Enfin, ces propos font apparaître une confusion intolérable entre liberté sexuelle et violence faite aux femmes. Les actes violents, viol, tentative de viol, harcèlement sont la marque d’une volonté de domination des hommes sur le corps des femmes. Faire ce parallèle est dangereux et malhonnête : ils ouvrent la voie aux partisans d’un retour à l’ordre moral qui freine l’émancipation des femmes et des hommes.

Les personnalités publiques qui véhiculent des stéréotypes qu’on croyait d’un autre siècle insultent toutes les femmes ainsi que toutes celles et ceux qui tiennent à la dignité humaine et luttent au quotidien pour faire avancer l’égalité femmes – hommes.

La manifestation :

Rassemblement contre le sexisme

Dimanche 22 mai 2011 à 17h

Place Igor Stravinsky, près de Beaubourg à Paris.

 

dscf1947.jpg

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans vie sociale
commenter cet article
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 23:03

La société Luxury eyewear, qui produit des montures de lunettes pour le groupe Cartier, est le plus gros employeur privé de Joinville-le-Pont. Elle dispose d’un établissement industriel situé boulevard du maréchal Leclerc, qui emploie plus de 150 salariés.

Les élections sociales qui ont été organisées en 2010 sont les premières qui permettent de désigner les organisations syndicales représentatives dans la société.

Le premier tour, organisé le 21 juin 2010 n’ayant pas permis d’obtenir le quorum, avec un quart de votants, un second tour a été organisé le 6 juillet 2010, ouvert aux listes non syndiquées.

La Confédération générale du travail (Cgt) est la seule à avoir présenté des listes dans les deux collèges. Elle obtient quatre sièges sur dix, avec 43,6% des voix pour le scrutin de Délégués du personnel et 37,2% pour celui du Comité d’entreprise. Le solde va aux non syndiqués. Plus des deux-tiers du personnel ont pris part au vote. Les élus Cgt sont désignés dans le premier collège (ouvriers et employés) où elle est majoritaire. Par contre, les non syndiqués dominent dans le deuxième collège (techniciens et cadres).

La Cgt est désormais la seule organisation reconnue représentative chez Luxury eyewear et donc susceptible de négocier et conclure des accords.

On remarquera que 8 des 10 élus sont des femmes, dont les 4 mandataires de la Cgt. Élise Legros, agent de fabrication optique, militante à Luxury eyewear et membre du comité exécutif de la Fédération de la métallurgie Cgt (FTM) regrettait, lors du congrès de cette organisation en décembre 2009 « qu’il n’y ait pas encore assez de femmes » prenant des responsabilités syndicales dans cette branche professionnelle. À Joinville, le message est manifestement passé.

 

Collèges 1 et 2

Délégués du personnel

Comité d’entreprise

Inscrits

156

 

5 sièges

156

 

5 sièges

Votants

106

67,9%

 

105

67,3%

 

Exprimés

94

88,7%

 

94

89,5%

 

Cgt

41

43,6%

2 sièges

35

37,2%

2 sièges

Non syndiqués

53

56,4%

3 sièges

59

62,8%

3 sièges

 

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans vie sociale
commenter cet article
9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 23:06

Après des manifestations impressionnantes tout au long des semaines précédentes contre le projet de réforme des retraites, les organisations syndicales estiment comme la Cfdt que, après les quelques concessions secondaires du gouvernement « le compte n’y est pas. »

Elles ont donc appelé à une grande journée de grève et de manifestation mardi 12 octobre 2010. Pour la centrale de François Chérèque, c’est « une des dernières occasions de faire bouger la loi ! »

Les mobilisations massives qui ont eu lieu depuis plusieurs mois n’ont pas été inutiles, selon les syndicalistes. Une majorité de Français partage aujourd’hui l’idée que cette réforme est profondément injuste.

Mais la loi n’est pas encore votée, et tout est encore possible.

La manifestation comprendra à nouveau deux cortèges qui partiront de la place du 18 juin 1940 à Paris (métro Montparnasse) à 13h30 en direction de Bastille.

Le premier parcours rassemblera les délégations de l’UNSA, de la FSU, de la CFTC et de Force ouvrière. Il empruntera la rue de Rennes, le boulevard Saint-Germain, le pont de Sully puis le boulevard Henri IV.

Le second parcours est composé des représentants de la CGT, de la CFE-CGC, de la CFDT, de Solidaires ainsi que les organisations étudiantes. Il utilisera les boulevards du Montparnasse, de Port Royal, Saint-Marcel, de l'Hôpital puis le pont d'Austerlitz.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans vie sociale
commenter cet article
1 octobre 2010 5 01 /10 /octobre /2010 21:34

 

Après deux manifestations en septembre qui ont mis des millions de personnes dans la rue, les organisations syndicales ont appelé à faire du samedi 2 octobre 2010 un grand moment dans la lutte contre le projet de réforme des retraites conduit par le gouvernement.

Du fait de l’importance du nombre de participants attendu, deux parcours sont prévus depuis la place de la République. Le départ aura lieu à 14h30.

Le premier cortège, qui rassemblera notamment les organisations Solidaires, Unsa et Fsu rejoindra la place de la Nation en passant par Bastille.

Le second cortège convergera également vers Nation, mais en empruntant le boulevard Voltaire. Il concernera notamment les confédérations Cftc, Cgt, Cfe-Cgc et Cfdt

De nombreuses associations, notamment les mouvements étudiants se sont joints à l’appel à descendre dans la rue.

C’est le cas aussi des formations de gauche. Le parti socialiste s’y associe et appelle à la mise en pace d’une réforme « juste, durable, et efficace ». Il propose sur un espace dédié du site internet du Ps un kit pour diffuser ses propositions sur les retraites .

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans vie sociale
commenter cet article
4 septembre 2010 6 04 /09 /septembre /2010 23:01

Le 7 septembre 2010, date du début du débat parlementaire sur la réforme des retraites, les huit confédérations et organisations syndicales françaises organisent une journée de grève et de manifestations.

Un appel comma a été lancé le 23 août par l’intersyndicale Cfdt, Cftc, Cfe-Cgc, Cgt, Fsu, Solidaires, Unsa, Force ouvrière appelant également de manière séparée à cette action.

Les syndicalistes estiment que « le projet de réforme des retraites dont le contenu est injuste et inacceptable ». Pour les organisations de l’intersyndicale, « Cette réforme ne répond pas aux enjeux actuels. Les questions d’emploi notamment pour les jeunes et les seniors, celles des inégalités hommes-femmes, de la pénibilité, d’un financement durable appuyé sur une autre répartition des richesses produites, non seulement ne sont pas traitées, mais font porter à plus de 85% les efforts sur les salariés. »

Les représentants des salariés contestent le fait que « la remise en cause des 60 ans avec le report à 62 et 67 ans des âges légaux va fortement pénaliser les salariés et notamment ceux ayant commencé à travailler jeunes, ceux ayant des carrières chaotiques et incomplètes, en particulier les femmes. »

Dans l’ensemble de la France, 130 rassemblements sont prévus. En Île de France, l’intersyndicale a organisé une manifestation régionale, qui part à 14h mardi 7 septembre de la place de la République.

Dans un appel du 26 août 2010, les instances franciliennes de l’intersyndicale dénoncent l’utilisation par le gouvernement de la « procédure d’urgence » à l’Assemblée Nationale. Elles critiquent le fait que, en limitant le temps du débat parlementaire, on veut « empêcher que les propositions des organisations syndicales soient prises en compte pour consolider le droit à la retraite dès 60 ans ! »

Les organisations syndicales d’Ile de France se réuniront le 9 septembre « pour analyser la situation et décider des suites unitaires à donner rapidement à la mobilisation. »

Dans le Val de Marne, la Cgt a enregistré neuf initiatives locales et quatre appels lancés dans des branches ou entreprises publiques. Un départ collectif est par exemple organisé à 13h devant la mairie de Champigny par l’union locale Cgt.

Plusieurs organisations politiques apportent un soutien à l’action syndicale, et notamment toutes les formations de gauche. À Joinville-le-Pont, le parti socialiste organise une diffusion d’un texte d’appel le 6 septembre.

  Une manifestation le 24 juin contre l’actuel projet de réforme des retraites

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans vie sociale
commenter cet article

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes